Une pétition lancée pour "interdire les animaux en boîte de nuit"...

Publié le 22/11/2016 - 10:01
Mis à jour le 22/11/2016 - 10:01

La présence d'un serpent, d'un perroquet et surtout d'un ours muselé samedi 19 novembre au soir dans une discothèque d'Ille-et-Vilaine suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux, où une pétition pour "interdire les animaux en boîte de nuit" a recueilli des milliers de signatures.

 ©
©

Insolite

Samedi soir, c'était Soirée Cirque à la Scala de Guipry-Messac, une discothèque située à une quarantaine de kilomètres au sud de Rennes. Si
l'événement n'est pas nouveau - la Scala organise ce type de soirée chaque année depuis 2011 -, cette fois, les fêtards ont diversement apprécié la présence d'animaux sur le site.

De nombreux messages d'insultes ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux, criant à la maltraitance animale, tandis qu'une pétition déposée sur
le site Change.org recueillait ce mardi à 9 heures plus de 7.000 soutiens, un chiffre qui gonflait de minute en minute. "Les animaux ont le droit au respect, alors arrêtons les frais et interdisons aux boîtes de nuit d'utiliser les animaux pour pouvoir faire du chiffre", pouvait-on y lire.

"A aucun moment, ces animaux n'ont été dans les clubs avec la foule et la musique"

Face à ce déferlement de réactions, Alain Fournier, le directeur de la discothèque, également propriétaire d'un établissement à Laval, a publié lundi
soir une vidéo sur Internet pour s'excuser de l'émoi qu'a pu provoquer "la photographie d'un ours muselé sortie du contexte de la soirée". Etaient effectivement "présents un serpent, un perroquet, un ours", reconnaît le responsable dans cette vidéo mais, tient-il à préciser, "cet ours
est né en captivité, n'a pas été prélevé à son habitat naturel" et était encadré de dresseurs professionnels.

Par ailleurs, ajoute-t-il, "l'ours, le perroquet et le serpent ont été présentés à l'accueil de nos établissements" et, "à aucun moment, ces animaux
n'ont été dans les clubs avec la foule et la musique, ils ont été totalement respectés (...) comme dans un cirque avec des spectateurs". "Il nous faut savoir entendre et prendre en compte ce qui a pu choquer", conclut-il cependant, annonçant qu'il y aura "d'autres soirées cirques (...) mais il n'y aura plus d'animaux présentés à l'entrée".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Raid Amazones 2022 : un coup de pouce pour deux Bisontines engagées avec l’association « SOS Préma »

Audrey Stoerkel et Orianne Muscillo, auxiliaires de puériculture en salle de naissance au CHRU de Besançon, ont décidé de participer à l’aventure et de participer au Raid Amazones en novembre 2022. Elles parrainent l'association "SOS Préma » qui aide à la prise en charge des bébés prématurés ainsi que de leurs parents.

20 % des habitants de Bourgogne-Franche-Comté en difficulté pour utiliser internet

Selon un récent rapport de l’Insee, 440.000 habitants de 15 ans et plus  n'ont pas utilisé internet au cours de l'année 2019. L’ouest de la Bourgogne Franche-Comté est encore plus concerné par cette "illettrisme numérique"  caractérisé par l'inaptitude à utilisé les outils numériques au quotidien.

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.32
nuageux
le 26/05 à 12h00
Vent
2.81 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
29 %

Sondage