Violences faites aux femmes : depuis Dijon, Emmanuel Macron appelle à ne pas "relâcher l'effort"

Publié le 26/11/2022 - 18:09
Mis à jour le 26/11/2022 - 18:48

Le président de la République, qui a rencontré vendredi 25 novembre à Dijon des victimes, a appelé à ne "pas relâcher l'effort" dans la lutte contre les violences faites aux femmes, estimant qu'il fallait améliorer formation et prévention malgré d'importants "progrès collectifs".

"J'ai subi des violences pendant vingt ans", lui a raconté une des deux femmes victimes de violences conjugales avec lesquelles le chef de l'État s'est entretenu. Après avoir longtemps eu "trop peur" de porter plainte, elle l'a finalement fait après des "coups de couteau" et un signalement de l'hôpital.

L'homme a été condamné à de la prison ferme mais elle a expliqué vivre "dans l'angoisse" de sa sortie, car même si une mesure d'éloignement est prise, "ce n'est qu'un papier". "Je sais très bien qu'un jour il va me tomber dessus", a renchéri, des sanglots dans la voix, la seconde victime.

Une simulation d'interpellation par l'école de gendarmerie

Le président Macron avait auparavant assisté, à l'école de gendarmerie de Dijon, à un exercice de simulation d'une intervention des forces de l'ordre pour interpeller un mari violent et prendre en charge immédiatement sa femme et ses enfants.

"Il y a quand même eu des progrès collectifs", avec "un immense travail de formation de nos forces de sécurité intérieure", a estimé Emmanuel Macron lors d'une table ronde, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Ce thème, et plus largement l'égalité hommes-femmes, a été décrété "grande cause" de ses deux quinquennats. "Il ne faut pas relâcher l'effort", a toutefois insisté le président.

Emmanuel Macron interpellé par des avocats

Au tribunal de Dijon, il a été interpellé par quelques avocats. "On ne voit rien, j'aimerais bien que vous ne découvriez pas la situation !", lui a lancé un avocat en robe alors qu'il assurait que les choses bougeaient, notamment grâce aux moyens renforcés par le gouvernement. "La dénonciation ne fait pas avancer le sujet !", lui a répondu, agacé, Emmanuel Macron.

D'autres ont déploré des "délais" de traitement des dossiers encore "trop longs". "Moi je ne lâcherai pas, vous pouvez compter sur moi", a fini par promettre le chef de l'Etat. "J'entends l'urgence et les besoins."

Plus de 90 % des mesures décidées à l'issue du Grenelle contre les violences conjugales, fin 2019, sont "complètement mises en oeuvre", se félicite-t-on à l'Élysée. Emmanuel Macron a rappelé la possibilité de recueillir les plaintes à l'hôpital et la multiplication des dispositifs de prévention comme les "bracelets anti-rapprochement".

Une hausse de 14 % des appels en 2021

Interrogé sur la mise en place de juridictions spécialisées, il a rappelé que des travaux parlementaires étaient en cours en vue d'une "décision avant l'été". "Je n'abandonne pas du tout l'idée, on en a besoin, il faut être très ambitieux et mettre le maximum de moyens", a-t-il dit. "Mais il faut se garder d'avoir une ou deux personnes qui, dans un département, ne s'occuperaient que de ce sujet", "il faut absolument que tout le monde soit mieux formé sur le sujet", a-t-il ajouté.

Des magistrats lui ont d'ailleurs fait part de leur scepticisme sur l'idée de juridictions dédiées, qui risquent d'aboutir à un "éloignement des acteurs".

La Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF), qui gère le numéro d'appel 3919, a fait état d'une hausse de 14 % des appels en 2021, par rapport à 2019.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.85
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
7.91 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %