"Visa refusé", la nouvelle bande dessinée signée Didier Viodé…

Publié le 24/10/2019 - 16:26
Mis à jour le 18/12/2019 - 15:46

Après ses vidéos en hyperlapse devenues virales sur la toile, nous découvrons un autre talent de l'artiste bisontin Didier Viodé grâce à la sortie le 27 septembre 2019 de sa nouvelle bande dessinée "Visa refusé" (éd. L'Harmattan, 2019). Découverte…

Sept ans après la parution de sa première bande dessinée "Vive la corruption" en 2011, Didier Viodé présente une nouvelle histoire avec son personnage principal Yao dans "Visa refusé". Cette BD "est née des suites de débats et de discours sur l'immigration choisie de Nicolas Sarkozy lorsqu'il était président de la République, qui stipulaient que les étrangers hautement diplômés et les artistes pouvaient désormais disposer d'un visa intitulé "compétences et talents" pour se rendre en France", nous explique l'auteur.

Pour écrire ce roman graphique, il s'est également inspiré de ses propres souvenirs, de son parcours d'artiste contemporain, de l'actualité et des sujets de société Nord-Sud.

"C'est un travail non pas sur l'immigration, mais surtout sur la liberté de partir", souligne Didier Viodé.

Pourquoi un format BD ?

Didier Vidéo explique que "J'ai opté pour un format BD, pour le plaisir de dessiner et c'est un excellent médium et moyen pour parler à plus de gens, quel que soit leur couche sociale."

Le résumé de "Visa refusé"Artiste peintre engagé, vivant dans un bled où le marché de l'art est inexistant, Yao rêve de voyager, afin d'exposer ses oeuvres en Occident. Cet album évoque, sous forme d'histoires courtes, tous les obstacles et péripéties rencontrés par Yao pour l'obtention de son visa. Un style caricatural et humoristique qui dénonce les difficultés et les inégalités pour l'obtention d'un visa et les conditions précaires des artistes en Afrique.

À propos de l'auteur…

Didier Viodé, né en Côte d'Ivoire, a vécu une partie de son enfance au Bénin, son pays d'origine. Après avoir étudié à l'Institut National Supérieur de l'Art et de l'Action culturelle d'Abidjan (INSAAC), il obtient le DNSEP de l'école des Beaux-arts de Besançon (France) en 2007 et reçoit, la même année, le prix "Africa e mediterraneo" en Italie. Il a déjà publié à l'Harmattan BD "Vive la corruption" en 2011 et participé à l'album collectif "Thembi et Jetje tisseuses de l'arc-en-ciel", chez le même éditeur.

Infos +

  • "Visa refusé" (éd. L'Harmattan BD)
  • Sortie le 27 septembre 2019
  • Disponible chez tous les libraires de France y compris à Besançon ainsi que sur internet

©Didier Viodé ©
©Didier Viodé

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

NG Productions : "On a besoin que les gens sortent, on a trop souffert comme ça"

À l'occasion des 15 ans de NG Productions, nous avons rencontré le fondateur de cette société de productions de spectacles à Besançon, Hamid Asseila. Il nous raconte ses temps de forts notamment avec Elton John, son projet de festival sur quatre jours en 2023, sa vision sur l'épidémie de Covid-19 et les prochaines dates à ne pas manquer...

L’Orchestre universitaire de Besançon Franche-Comté donnera un concert sur un Dragon Boat !

L’Orchestre symphonique universitaire Besançon Franche-Comté a décidé de se lancer un nouveau défi en se produisant le 9 avril 2022 à bord d’un Dragon Boat (ou bateau-dragon) le long des berges de Port-sur-Saône… Cet événement sera suivi d’un concert dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein.

Concerts debouts vs meetings politiques : « S’il y a des mesures, soit elles sont valables pour tout le monde, soit pour personne »

Concerts debout interdits, jauge limitée à 2000 personnes pour les grands rassemblements à l'exception des meetings politiques, interdiction de boire debout dans les bars… Le monde de la culture est dans l'incompréhension et redoute ces prochains mois. Le directeur de la smac La Rodia à Besançon nous en parle.

Sabine Weiss, la dernière photographe « humaniste » est décédée

Sabine Weiss aimait capturer les "morveux", les "mendiants" et les "petits narquois" croisés dans la rue : cette photographe, espiègle et rigoureuse, connue également pour ses photos de mode parues dans Vogue était la dernière disciple de l'école française humaniste. Comme Doisneau, Boubat, Willy Ronis ou encore Izis, Sabine Weiss, décédée mardi à 97 ans, a immortalisé la vie simple des gens, sans toutefois revendiquer une quelconque influence.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.36
peu nuageux
le 21/01 à 18h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1035 hPa
Humidité
39 %

Sondage