Voeux du Grand Besançon sous le signe des Jeux olympiques... Rencontre avec Florence Masnada et Stéphane Traineau

Publié le 10/01/2018 - 21:07
Mis à jour le 17/04/2019 - 08:36

A l’occasion des vœux du président du Grand Besançon et maire de Besançon Jean-Louis Fousseret mercredi 10 janvier 2018 au palais des sports, Florence Masnada, double médaillée olympique en ski alpin et Stéphane Traineau, directeur des équipes de France de judo et double médaillé olympique, et Denis Masseglia, président du comité national olympique et sportif français, sont venus célébrer le 50e anniversaire du passage de la flamme olympique à Besançon

En 1968, Florence n'était pas née et Stéphane n'avait que 2 ans. Quelques années plus tard, ils prouveront au monde entier leur talent sportif respectivement dans le ski alpin et le judo. Nous avons profité de cette occasion pour rencontrer Florence Masnada et Stéphane Traineau, tous les deux médaillés des Jeux Olympiques.

Quel est votre plus beau souvenir de Jeux olympiques ?

Florence : "Les médailles, car c'est un moment fantastique ! J'ai eu la chance de faire des jeux en France en 1992 à Albertville et d'avoir une médaille, mais on s'en rend compte plus tard : deux jours plus tard, Carole Merle a également été médaillée, je l'ai vu monter sur le podium et j'ai dit -C'est génial !- et mon entraineur m'a dit : -non, mais il y a deux jours c'était toi en fait- et c'est là que j'ai vraiment réalisé. Six après en 1998 aux Jeux olympiques à Nagano, j'ai obtenu ma seconde médaille et j'en ai beaucoup plus profité, car c'était mes derniers jeux."

Stéphane : "Bien sûr ce sont les médailles, mais entre mes jeux à Atlanta et ceux de Sydney, ce sont les jeux de Sydney qui m'ont le plus marqué parce que je savais que c'était les derniers, c'était une médaille de bronze. C'était bien, j'étais à ma place. En plus de cela, le lendemain de cette médaille, David Douillet gagnait son deuxième titre olympique et rentrait dans l'Histoire en tant que plus grand judoka de tous les temps. Ça a été un moment très particulier et très fort. Et paradoxalement, mes premiers J.O en 1988 à Séoul sont aussi un de mes plus beaux souvenirs, car c'était les derniers jeux à échelle humaine : en tant qu'athlète, on avait notre accréditation pour notre jeu, mais on pouvait aussi aller voir les autres sports. C'était la dernière fois. Après Séoul, les athlètes devaient payer pour se balader. À l'époque, il y avait cette proximité avec les jeux très forte, ce n'était pas encore les jeux business." 

Aujourd'hui, quel est votre rapport à vos sports respectifs ?

Florence : "Aujourd'hui, j'adore toujours le ski, j'en fais toujours plein l'hiver, d'ailleurs je suis ravie avec toutes ces chutes de neige ! Et je commente les courses de ski pour Eurosport. J'enseigne un petit peu le ski, je participe à des séminaires dans des stations autour de chez moi à Aix-les-Bains, je vais également aller en Chine, etc." 

Stéphane : "Le rapport avec le judo était un peu distendu pendant quelques années, mais depuis 2 mois, j'ai repris du service en tant que directeur des équipes de France. Le jeu est un sport de contact et je suis revenu au contact avec le premier objectif de Tokyo, mais surtout  avec l'objectif avec Paris 2024. Ma mission sera de préparer ce grand moment."

Infos +

  • Le maire et président du Grand Besançon a déclaré au début de son discours des voeux être "fier de ses sportifs et les soutient, à l'image de nos joueuses de handball qui évoluent en compétition européenne et donc certaines, comme leur gardienne, Catherine Gabriel  ont été sacrées championnes du monde le 17 décembre dernier".
  • Jean-Louis Fousseret a profité de la venue de Denis Masseglia pour lui demander de faire venir la flamme olympique lors de Paris 2024. Le président du comité olympique a accepté de "faire remonter" la suggestion...
  • Une trentaine d'anciens athlètes qui avait participé aux Jeux olympiques de Grenoble en 1968 était également au palais des sports ce mercredi soir. Ils étaient équipés de la flamme olympique de l'époque (voir diaporama).
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Un nouveau magazine sur la Haute-Saône débarque en kiosque

À travers son nouveau magazine "Haute-Saône authentique", Eric Lejeune rend hommage à la Haute-Saône. Disponible depuis vendredi 24 mai 2024 et jusqu’au mois de septembre chez les marchands de journaux du Doubs et de toute la Bourgogne – Franche-Comté, ce magazine de 100 pages décrit les différents aspects de ce département voisin.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Flamme olympique dans le Doubs : un très lourd dispositif de sécurité prévu le 25 juin

À l’occasion du troisième comité de pilotage relatif à la sécurité du passage de la flamme olympique dans le Doubs le 25 juin 2024, l’équipe préfectorale a tenu une conférence de presse lundi 27 mai, en présence des représentants des forces de l’ordre, afin de présenter les mesures de sécurité mises en place sur les différents sites du parcours.

Une cérémonie pour “donner du sens à l’héritage de la Résistance” à la Citadelle

À l’occasion de la journée nationale de la Résistance, une cérémonie commémorative a eu lieu lundi 27 mai 2024 à la Citadelle de Besançon aux poteaux des fusillés de l’Esplanade Denise Lorach en présence de la sous-préfete, de la maire de Besançon, de la rectrice d’académie et de nombreux élus et membres de l’autorité. 

3e Coupe du monde des jeunes bergers : la Bourgogne – Franche-Comté, hôte de la compétition

Du 25 mai au 1er juin 2024, c’est en France que se dérouleront les épreuves de la troisième Coupe du monde des jeunes bergers. Vingt-neuf candidats issus de 17 pays du monde entier joueront le prix de champion sur plusieurs épreuves. Ces épreuves sont réparties sur des étapes itinérantes, dont une à Charolles, en Bourgogne - Franche-Comté.

Sondage – Pensez-vous que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris sont une bonne chose pour la capitale et la France ?

Cet évènement international qui se tiendra pendant du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024 à Paris est le sujet de nombreuses critiques et inquiétudes, comme c’était le cas avant les JOP de Londres, de Rio ou de Tokyo : transports en commun, eau potable, sécurité, prix des billets et des logements, pollution, impact sur la population parisienne, budget, gentrification, conditions des bénévoles, etc. Et vous, pensez-vous que les JOP à Paris sont une bonne chose pour la France ? C’est notre sondage de la semaine.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Journée du bien-être animal à Besançon : les associations invitées à se faire connaître…

La Ville de Besançon organisera une journée dédiée au bien-être animal le samedi 5 octobre 2024 entre 10h00 et 17h00 à l’Hôtel de Ville. Dans ce cadre, la collectivité met à disposition des associations qui luttent en faveur de la cause animale un espace d’échanges afin qu’elles puissent présenter leurs actions au public présent.
 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.83
légère pluie
le 29/05 à 6h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %