Arnaud Danjean : "C'est l'occasion de sanctionner une nouvelle fois le parti socialiste"

Publié le 29/04/2014 - 16:25
Mis à jour le 17/04/2019 - 12:13

Arnaud Danjean, numéro 2 de la liste UMP de Nadine Morano dans le Grand Est pour les élections européennes 2014 était à Besançon ce lundi 28 avril pour présenter le programme de la liste et pour encourager les Bisontins à aller voter le 25 mai pour "sanctionner une nouvelle fois le parti socialiste et le gouvernement".

02-dsc_9424.jpg
©

Européennes 2014

"Les taux d'impôts en Europe dans les sociétés ou pour les particuliers ce n’est pas l'Europe qui nous les impose, c'est la France, le gouvernement socialiste qui nous les imposent, le droit du travail qui est sans doute un des plus complexes en Europe et qui ne le reforme pas, c'est les socialistes qui nous l'imposent, c'est pas l'Europe… ce sont tous ces sujets-là qui font que l’enjeu est européen, mais aussi national. C'est pour ça aussi que je vous dis que cette campagne c'est l'occasion non seulement d'envoyer des gens qualifiés et crédibles à Strasbourg et à Bruxelles. Mais c'est aussi l'occasion de sanctionner le parti socialiste et je ne vois pas pourquoi on se gênerait ! Il a déjà pris une baffe aux municipales, mais j'ai pas l'impression qu'il a bien compris le message, il va peut-être falloir lui en mettre une autre sur l'autre joue le 25 mai" a déclaré Arnaud Danjean.

 Il a ajouté "A tous ceux qui sont tentés par le vote de contestation, pour le Front national ou pour d'autres partis contestataires, je vais être un peu dur, un peu cruel, mais une voix qui ira à ces partis-là est une voix perdue à Strasbourg ou à Bruxelles." 

Le programme 

"Réduire l'immigration en France

  • Refuser tout nouvel élargissement européen
  • Refuser 'entrée de la Turquie dans l'Union européenne
  • Réformer Schengen de fond en comble :
  • Refuser l'immigration subie, réduire le regroupement familial et organiser une immigration choisie
  • Exclure de Schengen les pays qui ont des frontières passoires
  • S'opposer à l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans Schengen
  • Expulser dans leur pays, hors Schengen, les délinquants récidivistes et les criminels

Créer des emplois en France

  • Faciliter l'emploi en particulier des jeunes en renforçant le Fonds social européen pour la formation, l'apprentissage, l'entrepreunariat, la mobilité
  • Agir pour que la Banque centrale européenne (BCE) soutienne la croissance et l'emploi
  • Maîtriser les dépenses publiques et la fiscalité à tous les niveaux
  • Réserver une part des marchés publics aux PME produisant en Europe
  • Mettre fin à la concurrence déloyale et renforcer la convergence fiscale et sociale
  • Soutenir une politique agricole commune (PAC) forte, dotée d'un budget ambitieux.

Plus d'efficacité au service des Français

  • Organiser des coopérations entre différents cercles d'États européens
  • Renforcer et rééquilibrer le couple franco-allemand affaibli par François Hollande
  • Simplifier et réduire les normes européennes
  • Concentrer l'action de l'Union européenne là où elle est vraiment utile (l'Europe ne doit pas intervenir dans les politiques familiales et sur les questions de société)

Une France plus compétitive

  • Construire de grands projets à l'échelle européenne : une politique industrielle pour faire émerger des champions mondiaux, une politique énergétique avec un soutien au nucléaire, etc.
  • Réserver l'accès à nos marchés publics aux entreprises des pays qui nous ont eux-mêmes ouvert leurs marchés
  • Imposer la réciprocité dans tous les accords commerciaux et soumettre les importations à des normes éthiques, sanitaires, sociales et environnementales.
  • Mieux mettre en valeur les atouts de la France des outre-mer

Mieux faire entendre la voix de la France

  • Doter l'Europe d'une politique diplomatique et militaire digne de ce nom
  • Mieux défendre nos valeurs, assurer notre sécurité notamment face aux menaces terroristes"
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing est mort du Covid-19

+ Réactions politiques •

Le troisième président de la Ve République Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique avant de voir son mandat fracassé par la crise économique, est mort mercredi 2 décembre 2020 dans la soirée du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 94 ans.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.1
légère pluie
le 04/12 à 12h00
Vent
2.6 m/s
Pression
989 hPa
Humidité
97 %

Sondage