Le CHU de Besançon au bord du malaise

Publié le 29/05/2013 - 15:45
Mis à jour le 29/05/2013 - 19:30

Carence des effectifs, sécurité des patients menacée, nouvelles mobilités entre les services, etc. L'intersyndicale du CHRU de Besançon estime que l'état général de l'hôpital s'aggrave, particulièrement depuis un an. Ce vendredi 31 mai, les personnels des blocs opératoires et de salle de réveil ont décidé de maintenir leur mouvement de grève, le jour de la visite de Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Ils ont envoyé une lettre ouverte à la direction...

 ©
©

la sécurité des patients menacée

D'un côté la direction de l'hôpital et son plan de retour à l'équilibre (la dette est passée de 54 à 192 millions de 2005  à 2010). De l'autre, un personnel qui se sent "épuisé, découragé, démotivé" selon les termes des personnels des blocs opératoires qui ont écrit une lettre ouverte à leur hiérarchie. Ils estiment qu'il ne peuvent plus "assurer la sécurité des patients par manque d’effectifs - infirmiers anesthésistes, infirmières de bloc, aides-soignantes, etc. - (...) La santé et la sécurité même des patients sont menacées. Certaines procédures d’hygiène et de nettoyage ne peuvent plus être assurées. Les implants et les instruments nécessaires pour opérer ne sont plus stérilisés en temps et en heure." 

Devoir jouer les "superwomen"

Reste que l'écart entre les objectifs budgétaires et les conditions de travail du personnel conduit à un véritable malaise. Les infirmiers de bloc opératoire expliquent qu'il est dangereux de développer la polyvalence entre les services et qu'ils ne peuvent pas "maitriser" toutes les spécialités. Mais c'est bien le manque de personnel qui est le plus mal vécu. "L’IBO joue les superwomen s’occupant de la surveillance du patient (fragile), du chirurgien, du matériel, de la gestion des implants, du programme opératoire et, pour peu qu’il n’y ait pas d’aide-soignante, doit recoucher le patient et nettoyer la salle !

Pour preuve du problème, les syndicats expliquent qu'une troisième salle de réveil a dû être fermée un mois après le déménagement de l'hôpital St-Jacques vers Minjoz, faute de personnel, provoquant des perturbations dans le fonctionnement des blocs. Cette salle n'a depuis été rouverte que partiellement. Mais selon les syndicats, ce problème n'est que l'arbre qui cache la forêt. Il semblerait que la grogne enfle aussi dans d'autres services...

Un climat d'inquiétude pour tous

Car les personnels des blocs opératoires ne sont pas les seuls à avoir vu se dégrader leurs conditions de travail. L'intersyndicale du CHRU signale également :

  • l’insuffisance de remplacement de l’absentéisme des personnels dans les laboratoires et les services de soins, de la pédiatrie à la gériatrie.
  • L’insuffisance de moyens humains du service transport patient générateurs de retard et de désorganisation.
  • L’insuffisance de moyens humains et de rémunérations correctes des personnels ouvriers et logistiques de catégories C.
  • L’insuffisance de mesures efficaces pour pallier la désaffection de l’hôpital pour des professions dites en tension.
  • Des annonces de suppressions de postes dans les laboratoires qui rejoindront bientôt le site du pôle cancéro-biologie.

L'intersyndicale insiste sur le fait que cela fait dejà plusieurs mois que les conditions de travail se sont dégradées. "Les informations officieuses concernant la situation financière du CHRU, ainsi que le surcoût du désamiantage créent un climat d’inquiétude. La non remise en cause de la tarification à l’activité et les injonctions de rentabilité ont aujourd’hui des conséquences dommageables sur le management des personnels. Les restructurations des services par le biais de la mutualisation, visent à rentabiliser toujours plus, mais sur le dos des salariés", explique-t-elle.

La ministre de la Santé très attendue 

Les 23 et 24 mai, 90% des personnels médicotechniques administratifs des laboratoires étaient en grève totale pour dénoncer les insuffisances des moyens de remplacement pour assurer un fonctionnement normal. D’autres laboratoires pourraient suivre.

Les personnels des blocs opératoires et des salles de réveil entendent bien faire grève le 31 mai, jour de la venue de la ministre de la Santé Marisol Touraine pour dénoncer leurs nouvelles conditions de travail qui pourraient mettre en péril la sécurité des patients, et l’intersyndicale interpellera la ministre sur les préoccupations des personnels du CHRU.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les défis du Hacking Health de Besançon

Vidéos •
En 48 heures chrono, 400 participants vont se remuer les méninges pour tenter de trouver la meilleure solution à chacune des 22 problématiques soulevées par des patients, professionnels de santé, professionnels du me?dico-social et du handicap, ou jeunes innovateurs désireux de créer un nouveau produit. Voici les 21 défis (+ 1 à venir !) du Hacking Health 2021 de Besançon.

Covid-19 : 73 % des 12-17 ans ont reçu une première injection du vaccin en Bourgogne Franche-Comté

Le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer s'est félicité lundi de la progression de la vaccination des collégiens et lycéens contre le Covid-19, qui dépasse 69% pour la première injection, appelant au "volontarisme" des familles pour poursuivre dans cette dynamique. En Bourgogne-Franche-Comté près de 148.000 adolescents de 12 à 17 ans ont reçu au moins une dose soit 73 % de cette classe d'âge.

Covid-19 : vers un allégement des mesures en Bourgogne-Franche-Comté ?

Un Conseil de défense se penchera prochainement sur une possible adaptation des restrictions liées au Covid-19 en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire alors qu'"on voit la situation s'améliorer", a indiqué dimanche 19 septembre 2021 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur BFMTV. Au 20 septembre 2021, 34 départements (dont deux en Bourgogne Franche-Comté) sont déjà sous le seuil de 50 cas pour 100.000 habitants…

Le centre de vaccination de Micropolis réduit progressivement la voilure

À partir du 1er octobre 2021, le vaccinodrome de Besançon-Micropolis  sera ouvert trois jours et demi par semaine au lieu de sept actuellement. La réduction sera progressive. Principale nouveauté : à partir du vendredi 17 septembre 2021, les personnes sans rendez-vous peuvent désormais être reçues pour se faire vacciner.    
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.74
couvert
le 27/09 à 12h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
100 %

Sondage