TEMIS Sciences ouvrira en juin 2014

Publié le 29/05/2013 - 21:29
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:43

Il sera le plus grand bâtiment de recherche publique de Franche-Comté et accueillera 260 personnes des équipes bisontines de l’institut FEMTO-ST : TEMIS Sciences est aujourd’hui sorti de terre. Une visite de chantier était organisée ce mercredi 29 mai avec la presse.

Haute technologie

Installé au cœur de la technopole TEMIS, le nouveau bâtiment d’une surface utile de 5300 m2 sera entièrement dédié à la recherche. Après un peu moins d’un an et demi de travaux, il est aujourd’hui hors d’eau, hors d’air et devrait être livré en juin 2014. "Nous en sommes au milieu du chantier et nous allons entrer dans la phase du second oeuvre", précise Denis Bouvier du cabinet d’architectes grenoblois, Groupe 6.

À ce premier projet, s’ajoute l’extension de la salle blanche de 850 m2, qui a également bien avancée puisqu'elle ouvrira au 3e trimestre 2013. Les délais ont ainsi été tenus. Un pari qui n’était pourtant pas gagné dès le départ. "Nous avons rencontré des problèmes lors des fondations, le site étant sur d’anciennes carrières", ajoute l’architecte.

"Un chantier emblématique" à 33,8 millions d’euros

L’opération mobilise un investissement de 33,822 millions d’euros dont 32,78 millions sont affectés à la maîtrise d’ouvrage régionale. À noter par ailleurs le soutien de l’Europe à travers le FEDER à hauteur de 15,6 millions d’euros.

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, n’hésite pas à parler d’"un chantier emblématique", tout en rappelant au passage son investissement en faveur de la recherche. "La région Franche-Comté a décidé de dédier 20 millions d’euros à la recherche, soit 4 millions par an, alors que cela ne fait pas partie de ses compétences légales."

Plus de 2000m2 de laboratoires

Du côté de l’institut FEMTO-ST, on se réjouit également de l’ouverture prochaine de ce bâtiment qui coïncidera avec ses 10 ans d’existence. "Nous ne pouvions rêver plus bel anniversaire", reconnaît Nicolas Chaillet, son directeur. Sur les sept départements scientifiques qu’il compte, deux se verront donc regrouper sur ce site : il s’agit des départements d’optique et de micro nano sciences et systèmes.

2175 m2 d’ateliers mutualisés et de laboratoires leur seront dédiés en rez-de-chaussée et 2170 autres m2 accueilleront l’administration, la direction et les bureaux des chercheurs, regroupés au sein des étages supérieurs dans la diagonale de bois, qui surplombe la base carrée de l’édifice et sa toiture jardin.

FEMTO-ST, comparé au MIT 

"Ce bâtiment va permettre de renforcer l’interdisciplinarité scientifique du laboratoire", ajoute Nicolas Chaillet. Des travaux autour des moyens de télécommunication, des nouveaux moyens de calcul et de puces à très petite dimension y seront notamment développés. Reconnu au niveau national comme le plus important laboratoire dans les sciences de l’ingénierie, FEMTO-ST pourrait même prétendre avoir "l’ambition du MIT", selon son directeur.

* MIT = Massachusetts Institute of Technology

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

L’opticien Atol s’installe pour la première fois dans le Grand Besançon !

PUBLI-INFO • Depuis mercredi 7 octobre 2020, un nouvel opticien s'est installé sur la zone commerciale Valentin sur une surface de 180 m2 : il s'agit d'Atol, mon opticien. Cette enseigne n'existait pas encore dans le Grand Besançon. Bertrand Andriot et son équipe vous accueillent et vous conseillent pour habiller vos yeux selon vos besoins et vos envies.

« France Relance » : quelles sont les premières entreprises retenues en Bourgogne-Franche-Comté ?

30 projets d'investissement productif • En visite ce jeudi 15 octobre 2020 à Dijon dans le cadre  du déploiement de "France Relance", Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance a salué les 30 premières entreprises de Bourgogne-Franche-Comté  lauréates du "Fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires". Les 30 projets représentent 20 millions d’euros de subventions d’État pour un total de 115 millions d’euros d’investissements dans la région.

L’aménagement des échéances fiscales et sociales pour les entreprises affectées par la crise sanitaire

Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des Comptes Publics, et Alain Griset, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, ont échangé mardi 13 octobre 2020 avec les acteurs économiques sur les différents dispositifs de soutien aux entreprises, notamment en matière d’échéances fiscales et sociales.

IP-IP, une nouvelle coop digitale des entrepreneur.es du numérique en Bourgogne Franche-Comté

Les Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE) de Bourgogne Franche-Comté lancent une nouvelle filière pour accompagner les porteurs de projets et les entrepreneur.es du secteur du numérique régional dans un cadre coopératif et sécurisant. Créer un collectif d’entrepreneur.es numériques réunis sous un label commun, c’est le pari des CAE de Bourgogne - Franche-Comté concrétisé par la naissance de la Coop digitale IP-IP. Avec pour objectif de leur permettre de faire "plus vite, plus fort, plus grand"...
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.53
légère pluie
le 23/10 à 0h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
98 %

Sondage