100 villes, 100 héros, 100 drapeaux : trois villes sélectionnées en Franche-Comté

Publié le 09/09/2014 - 10:50
Mis à jour le 13/09/2014 - 01:12

Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la première Guerre Mondiale, un siècle après le début de la bataille de la Marne, le général de Villiers, chef d’état-major des armées a souhaité que 100 cérémonies se déroulent simultanément dans 100 villes de France le 6 septembre 2014 pour rappeler la mobilisation de tout un pays et l’engagement des soldats français en 1914. Parmi 400 casernes répertoriées, celles de Besançon, Lons-le-Saunier et Vesoul ont été choisies et ont organisé leurs cérémonies.

recemment_mis_a_jour122.jpg
©Ministère de la Défense
PUBLICITÉ

Les 100 sites ont été choisis parmi 400 casernes et quartiers répertoriés par le service historique de la défense à partir desquels les armées sont parties vers le front. Chacune des cérémonies a mis à l’honneur un héros local, ainsi qu’un régiment à travers son drapeau.

Au cours de ces cérémonies, rassemblant autour des armées les élus locaux et nationaux, le milieu scolaire et universitaire, ainsi que les associations d’anciens combattants, une plaque commémorative en hommage au départ de ces soldats a été dévoilée.

Organisées en partenariat étroit avec la mission du Centenaire, ces commémorations ont été l’occasion de partager avec la Nation "les valeurs de fraternité, de volonté, de courage et de sens du bien commun".

"Nos soldats d’aujourd’hui sont des citoyens, des he?ritiers et des te?moins : des citoyens franc?ais au service de notre de?fense ; les he?ritiers des vertus militaires qui ont permis de tenir dans l’adversite? ; les te?moins des valeurs qui seules peuvent apporter la victoire et de?voiler les he?ros !", indique Pierre de Villiers, général d'armée. Il ajoute que "Le 6 septembre 1914, l’arme?e franc?aise faisait volte-face pour re?tablir le front sur la Marne." "Ce sursaut est le fruit d’une « Union sacre?e » anime?e par une cohe?sion nationale et une volonte? tenace", indique-t-il. "Le 6 septembre 2014, nous sommes fiers de cet he?ritage et nous le faisons vivre pour e?clairer l’avenir avec ambition, lucidite? et de?termination au service de la France."

A Besançon, au 19e régiment du génie, le choix du drapeau et du héros ont été les suivants :

Le 19e régiment du génie

Fort de 1.500 hommes et femmes, le 19 re?giment du ge?nie (19 RG) comporte l’un des effectifs les plus importants de l’arme?e de Terre. Implante? a? Besanc?on depuis 1964, ses unite?s se sont illustre?es au cours de nombreuses batailles lors de la Premie?re Guerre mondiale. Depuis, le re?giment a e?te? engage? sur les principaux conflits du XXe sie?cle et en ope?ration exte?rieure. 

Historique

Le "19" apparai?t pour la premie?re fois en 1876 sous la forme d’un bataillon au sein du 2 RG. Il s’illustre en Extre?me-Orient et en Afrique. En 1899, il s’installe a? Hussein Dey, en Alge?rie, jusqu’a? son de?me?nagement a? Besanc?on, en 1964. Entretemps, ses unite?s se sont illustre?es lors des Premie?re et Deuxie?me Guerres mondiales, mais aussi dans le Rif, en Indochine et en Alge?rie. C’est en 1935 qu’il prend la forme d’un re?giment. A partir des anne?es 90 et jusqu’a? ce jour, il participe a? toutes les ope?rations exte?rieures de l’arme?e franc?aise. En 2010, il inte?gre trois nouvelles compagnies de travaux, qui en font l’unique de?tenteur des savoir-faire aide au de?ploiement lourd au sein de l’arme?e de Terre. Le 19 RG a ce?le?bre? en 2014 les 50 ans de son arrive?e a? Besanc?on.

Principales participations aux batailles de la Premie?re Guerre mondiale

Les compagnies du 19 sont mobilise?es de?s les premie?res heures de la Grande Guerre. Elles combattent en Belgique, dans la Marne, dans l’Aisne, puis en Artois et en Champagne, en 1915. Les compagnies du 19 se sont particulie?rement illustre?es lors des batailles de Verdun et de la Malmaison. En 1916, ses sapeurs sont les premiers a? s’emparer du fort de Douaumont lors de sa reprise aux Allemands. En 1917, ils permettent d’enlever le fort de la Malmaison. Ils seront engage?s jusqu’a? la fin de la guerre, en Picardie et en Champagne.

Ces actions d’e?clats valent a? plusieurs compagnies du re?giment d’e?tre de?core?es de la Croix de guerre 1914-1918.

Autres engagements du re?giment

Le re?giment s’est particulie?rement illustre? au cours de la Deuxie?me Guerre mondiale, notamment lors des campagnes de Tunisie, d’Italie, de France et d’Allemagne.

Entre 1949 et 1954, la 19 compagnie de marche du ge?nie combat le Vie?t-Minh en Indochine.

Entre 1952 et 1962, implante? en Alge?rie, il participe a? la pacification en Afrique du Nord.

En 1992 de?bute une intense pe?riode d’ope?rations exte?rieures, en Bosnie-Herze?govine. Entre 1992 et 2014, le re?giment a notamment e?te? au Kosovo, au Liban, au Tchad, en Co?te d’ivoire, en Afghanistan, en Jordanie et au Mali. 

De?corations du re?giment

Le drapeau du 19 RG est le deuxie?me drapeau le plus de?core? de l’arme du ge?nie. Il porte dans ses plis huit inscriptions : Verdun 1916 ; La Malmaison 1917 ; Maroc 1925 ; Tunisie 1942-1943 ; Italie 1943-1944 ; France 1944-1945 ; Allemagne 1945 ; AFN 1952-1962.

Il est en outre de?core? de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme et une e?toile de vermeil obtenue par le 82 BG et de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme obtenue par le 151 RG. 

Le héros : Colonel Gustave Arnoulx de Pirey (1865-1952)

Le colonel Gustave Arnoulx de Pirey nai?t au cha?teau de Maizie?res, dans le Doubs, le 21 avril 1865.

Officier saint-cyrien, il part fin juillet 1914 comme commandant le du 2 bataillon du 60 re?giment d’infanterie (60 RI) de Besanc?on, avec lequel il participe aux combats d’Altkirch, Brecheaumont, Mulhouse, Proyart et la Marne.

Blesse? une premie?re fois a? Proyart, le 29 aou?t 1914, d’une balle de shrapnell a? la jambe gauche, sans pour autant e?tre e?vacue?, il fut plus grie?vement blesse? le 7 septembre 1914, a? la ferme Nogent, pre?s de Bouillancy, ou? il eut la jambe droite traverse?e par une balle de fusil.

Revenu sur le front le 12 novembre 1914, il remplit d’abord les fonctions de lieutenant-colonel au 60ème RI, puis passe chef de bataillon au 35 RI de Belfort, avec la promesse de revenir au 60 RI, son re?giment de pre?dilection.

Il assista, avec le 35 RI, a? la bataille de Soissons et a? l’offensive de septembre de 1915, ou? il fut blesse? de deux balles, l’une a? la poitrine, l’autre a? la cuisse droite.

Soigne? sur le front, il fut nomme? lieutenant-colonel commandant le 60ème RI en novembre 1915 et assista depuis a? tous les combats de son re?giment.

Il fut blesse? une cinquie?me fois a? Verdun, le 27 fe?vrier 1916, d’un e?clat d’obus a? la main droite et fut nomme? colonel le 1er septembre 1918.

Titulaire de six citations et nomme? au grade d’officier de la Le?gion d’honneur, il fut de?core? de l’ordre de Kara Georges de Serbie a? l’occasion des combats de Verdun.

Il de?ce?de en 1952. 

Le drapeau du 60e RI

Historique

Cre?e? par Louis XIV en 1669, le "Royal Marine" avait pour mission de servir sur les bateaux avant de devenir le 60 re?giment d’infanterie de ligne, en 1791. Depuis sa cre?ation, a? travers ses transformations successives, et jusqu’a? sa dissolution en 1984, le 60 RI a participe? a? de nombreuses campagnes : guerres de succession, puis lors de la pe?riode re?volutionnaire face aux arme?es e?trange?res, guerres napole?oniennes, contre la Prusse en 1870, Premie?re et Deuxie?me guerres mondiales, et enfin en Alge?rie. Sa devise est "Ma peau peut-e?tre, mon sourire, jamais." 

Le 60 RI au cours de la Premie?re Guerre mondiale

Au cours de la Premie?re Guerre mondiale, le 60 RI appartient a? la "division des As", la 14 division d’infanterie dont les quatre re?giments d’infanterie ont obtenu la fourrage?re pour leurs faits d’armes. C’est a? cette e?poque qu’il prend le surnom de "l’As de cœur".

Il est mobilise? tout au long de la guerre, notamment dans l’Ourcq, en Champagne, a? Verdun et dans l’Aisne. En 1917, le ge?ne?ral Nivelle le qualifie ainsi : "Remarquable re?giment qui s’est toujours trouve? aux endroits ou? il y avait des risques a? courir et de l’honneur a? gagner."

Le 4 novembre 1918, le 60 re?giment d’infanterie sous les ordres du colonel Arnoulx de Pirey, est cite? a? l'ordre de la 4 Arme?e, pour l'assaut de la Butte de Tahure, lors de l'offensive ge?ne?rale du 26 septembre 1918.

Le drapeau du 60 RI

Son drapeau porte les inscriptions suivantes : Marengo 1800 ; Wagram 1809 ; Valence 1812 ; Kabylie 1857 ; L’Ourcq 1914 ; Champagne 1915-1918 ; Verdun 1916-1917 ; L’Aisne 1917-1918 ; AFN 1952-1962.

Il est e?galement de?core? de la Croix de guerre 1914-1918 avec quatre palmes et de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme.


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Une boutique éphémère connectée à Pontarlier

Une boutique éphémère connectée à Pontarlier

Développée par la CCI du Doubs, la Boutique Connectée est une boutique éphémère mobile où découvrir et tester toute une panoplie de solutions digitales ludiques et interactives. La Boutique Connectée sillonne les routes et s’arrête trois jours à Pontarlier durant ce mois d’octobre 2019.

Bientôt à Besançon, une conférence publique sur « Être franc-maçon en 2019 » organisée par une loge bisontine

Bientôt à Besançon, une conférence publique sur « Être franc-maçon en 2019 » organisée par une loge bisontine

Une conférence publique comme on en voit rarement à Besançon se déroulera vendredi 8 novembre 2019. Rarement puisque ce sont des francs-maçons bisontins qui organisent cet évènement dont Christian Moussard, biologiste hospitalo-universitaire à la retraite et franc-maçon depuis 45 ans. Le thème : "Être franc-maçon en 2019" animé par René Rampnoux, maçon bordelais et ancien grand maître adjoint du Grand Orient de France.

Une photographe bisontine reçoit un award pour ses photos de bébés et de futures mamans à Paris

Une photographe bisontine reçoit un award pour ses photos de bébés et de futures mamans à Paris

Marion Dumont, 30 ans, est photographe spécialisée dans la sublimation de la femme enceinte et l'immortalisation des premiers jours de vie du nourrisson. Lors de la convention "Focus Talk and Live Show" qui s'est déroulée les 13 et 14 octobre 2019, la photographe bisontine a reçu le 2e prix du jury dans la catégorie "nouveau-né" grâce à cinq photos (diaporama ci-contre). Entretien…

Port du voile par les accompagnatrices scolaires : un projet de loi soutenu par Alain Joyandet sera examiné au Sénat

Port du voile par les accompagnatrices scolaires : un projet de loi soutenu par Alain Joyandet sera examiné au Sénat

Le Palais du Luxembourg examinera le mardi 29 octobre 2019 une proposition de loi à l'initiative du groupe Les Républicains, qui sera défendue par Jacqueline Eustache-Brinio avec le plein soutien d'Alain Joyandet. L'objet est de fixer dans le droit l'obligation pour toutes les personnes qui concourent au service public de l'éducation nationale "de faire preuve d'une totale neutralité religieuse".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.37
couvert
le 23/10 à 18h00
Vent
0.94 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
96 %

Sondage