3.400 lits d’hospitalisation ont été fermés en 2019 dans les établissements de santé français

Publié le 01/10/2020 - 12:16
Mis à jour le 01/10/2020 - 11:50

Alors que le ministre de la Santé, Olivier Véran, doit gérer l'épidémie de coronavirus, les chiffres publiés mardi 29 octobre 2020 par son ministère vont rappeler la crise des hôpitaux à son bon souvenir. Selon l’étude, un peu plus de 3.400 lits d’hospitalisation complète ont été fermés en 2019 dans les établissements de santé français. Dans le même temps, ils ont créé 1.500 places d’hospitalisation partielle.

hopital besancon neonatologue CHRU
Illustration© d poirier

Les grèves et manifestations qui ont agité l’hôpital l’an dernier n’ont pas inversé la tendance : hôpitaux et cliniques ont encore réduit leur capacité d’accueil de 0,9 % en 2019. Les 3.005 établissements publics et privés disposaient très exactement de 392.262 lits d’hospitalisation complète, soit 3.408 de moins en un an, précise la direction statistique des ministères sociaux (Drees). Un "repli dans la tendance observée depuis plusieurs années", qui "reflète la volonté de réorganiser l’offre, parfois face à des contraintes de personnel empêchant de maintenir les lits".

A l’inverse, le "virage ambulatoire" a poursuivi sa course : 1.499 places "de jour" ont été ouvertes, soit une hausse de 1,9 % portant leur nombre total à 78.790. L’hospitalisation à domicile a même enregistré un bond de 5,5 %, avec 19.100 patients, "pouvant être pris en charge simultanément sur le territoire".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pour Annie Genevard, « tous les commerces sont essentiels »

Après avoir rencontré des commerçants de sa circonscription, Annie Genevard, députée LR du Doubs et vice-présidente de l'Assemblée nationale, souhaite insister auprès du gouvernement "pour que ne soient pas fermés les commerces de proximité qui sont essentiels à la vie sociale, surtout dans la période terriblement angoissante que nous vivons. Tous les commerces sont essentiels."

Besançon : réaction d’Anne Vignot suite au confinement annoncé par le président de la République

La forte dégradation de la situation sanitaire a conduit le président de la République à annoncer un confinement à compter de ce jeudi 29 octobre à minuit. Anne Vignot, maire de Besançon, présidente de Grand Besançon Métropole, prend acte de cette décision, "nécessaire au regard de la crise sanitaire".

L’opposition fustige « l’échec » de Macron mais appelle au respect du reconfinement

Un "oui mais de colère", "pilotage incohérent", "échec cinglant" : avant même le débat prévu ce jeudi 29 octobre 2020 au parlement, les partis d'opposition ont fusillé la politique de l'exécutif face au Covid-19, même s'ils appellent au respect du confinement annoncé mercredi par Emmanuel Macron.

Confinement : les mesures précisées ce jeudi à 18h30 par J. Castex

Le Premier ministre s'exprimera ce jeudi 29 octobre 2020 pour détailler les annonces faites par le président mercredi soir, d'abord devant l'Assemblée nationale puis devant le Sénat l'après-midi, où les nouvelles mesures liées au confinement seront soumises à un vote des parlementaires, avant une conférence de presse prévue à 18H30.

Après le couvre-feu, le reconfinement ? E. Macron s’exprimera ce mercredi soir

Le chef de l'Etat présidera un nouveau Conseil de défense ce mercredi 28 octobre dans la matinée, le deuxième en deux jours, avant le Conseil des ministres. Conjectures et rumeurs devraient suivre jusqu'aux annonces d'Emmanuel Macron à 20H00 à la télévision. "Tout peut bouger jusqu'au dernier moment", a prévenu un conseiller ministériel.

Covid-19: Castex au front, nouveaux couvre-feux en perspective

"L'heure est grave", au point que Jean Castex remonte ce jeudi 22 octobre 2020 en première ligne pour annoncer le basculement de plusieurs départements en "alerte maximale" contre le Covid-19, avec de nouveaux couvre-feux à la clef. 54 départements seront à leur tour contraints de respecter un couvre-feu à partir de vendredi minuit. Dans la région, la Côte-d'Or, la Saône-et-Loire et le Jura sont concernés...    

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.11
couvert
le 31/10 à 12h00
Vent
1.9 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
83 %

Sondage