300 poilus enterrés sous un faux nom : Christophe Grudler demande que l’état leur redonne leurs vraies identités

Publié le 09/11/2016 - 16:06
Mis à jour le 09/11/2016 - 16:06

Le conseiller départemental Modem du Territoire-de-Belfort et historien, Christophe Grudler, a fait le constat lors d’un travail de recherches sur les poilus de Belfort de la guerre 14-18 que certains d’entre eux avaient été enterrés sous un faux nom. A l’occasion du 11 novembre 2016, l’élu demande à l’état de redonner les vraies identités à ces soldats.

C’est suite à un important travail de recherche sur les poilus de Belfort morts en 1914-18, dont près de la moitié étaient originaires d'Alsace ("Livre d’or des enfants de Belfort morts en 1914-18", Les Editions du Lion) que le conseiller départemental du Territoire-de-Belfort, Christophe Grudler s’est rendu compte qu’une partie d’entre eux étaient enterrés sous de faux noms dans les nécropoles militaires françaises.

Pourquoi ?

La raison est simple. En 1914, l'Alsace est allemande. Les Alsaciens qui s'engagent dans l'armée française sont considérés comme des traitres et des déserteurs par l'Armée allemande, risquant d'être fusillés. En accord avec l'autorité militaire française, les Alsaciens-Lorrains s'engagent donc sous de faux noms, à consonance plus française, et déclarent souvent de faux lieux de naissance, en France.

De fausses identités

Plusieurs centaines de combattants alsaciens se retrouvent donc enterrés sous les noms d'Aigret, Baton, Belot, Chauviere, Clément, Dieudonné, Forestier, Leroy, alors qu'ils s'appellent Sauer, Stackeler, Pflimlin, Edel, Raeppel, Freund, Schmitt, Boesch.... Selon l’historien, Christophe Grudler, sur les 1200 premiers engagés volontaires du seul bureau de recrutement de Besançon, on compte 210 morts pour la France. 52 sont aujourd’hui encore enterrés dans les nécropoles militaires et 25% le sont sous un faux nom. 

Cela représenterait au total, sur toute la France, plus de 300 soldats alsaciens enterrés sous de faux noms.

Christophe Grudler a informé le ministère, au Souvenir français ainsi qu’aux élus locaux alsaciens, sensibles à cette cause. L’élu belfortain demande qu’un inventaire total soit effectué, et les plaques remplacées. 

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Le No Logo festival peaufine les derniers préparatifs

Le No Logo Festival revient les 9, 10 et 11 août 2024 aux Forges de Fraisans. Pour cette nouvelle édition placée sous le signe des shows exclusifs et des cartes blanches avec plus de 50% d’artistes qui ne sont jamais venus au festival, les organisateurs ont dévoilé une surprise en clôture de la Dub Factory : L’Entourloop en Soundsystem Exclusive Show. 

Cinéma en plein air à la Citadelle de Besançon chaque jeudi soir du 18 juillet au 29 août

PUBLI-INFO • Cet été, le bel écrin de nature qu’est le Parc Saint-Étienne ne vous offrira pas seulement la vue sur la ville de Besançon. En effet, sa toile estivale s’y installera de nouveau en 2024. Petits et grands, à cette occasion, pourront retrouver chaque semaine des films populaires et intemporels.

Derniers jour pour voter pour que la Saline royale devienne "Le Monument préféré des Français 2024"

Opposée à La Grande Forge de Buffon (Côte d’Or) lors du premier tour, la Saline Royale d’Arc-et-Senans a finalement été sélectionnée comme représentant de Bourgogne-Franche-Comté pour le deuxième tour de l’émission de Stéphane Bern, le Monument préféré des Français. 

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Un bus cabriolet pour découvrir Besançon autrement

Les Vedettes de Besançon passent cette fois à la terre ferme. Déjà connues pour leurs croisières sur le Doubs, elles proposent désormais de visiter la cité comtoise en montant à bord d'un bus cabriolet lors d’un circuit de 45 minutes. Premier départ prévu, le samedi 13 juillet 2024. 

“Encore une chanson d’amour” : Chloé M, la slameuse doloise, sort un nouveau clip

Chloé M, jeune doloise, découvre une nouvelle passion à l’âge de 15 ans : le slam. À 26 ans aujourd’hui, elle peut se targuer d’avoir réalisé les premières parties de Grand Corps Malade, Amel Bent ou encore Benjamin Biolay, des inspirations pour la jeune femme qui rêve de partager ses morceaux avec le grand public. Pleine d’ambition et de projets, découvrons cette franc-comtoise qui manie les mots avec élégance et poésie dans son premier clip, Encore une chanson d'amour sorti en juin 2024.

Le directeur du Fica de Vesoul, président jury du festival du film asiatique au Viêtnam

De retour de Danang où il avait "l’impression d’être à Vesoul" après avoir croisé de nombreux réalisateurs passés par le Festival International des Cinémas d’Asie (FICA) de Vesoul ces dernières années, le codirecteur et cofondateur du FICA Jean-Marc Thérouanne a présidé le Jury Netpac du deuxième festival du film asiatique du 2 au 6 juillet 2024 au Vietnam.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.29
ciel dégagé
le 19/07 à 03h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %