55 M€ supplémentaires pour l'aide alimentaire

Publié le 01/07/2020 - 17:43
Mis à jour le 01/07/2020 - 17:43

Le gouvernement va débloquer 55 millions d'euros supplémentaires, après 39 millions en avril, pour les associations qui apportent une aide alimentaire aux ménages fragilisés par la crise sanitaire, a annoncé mercredi 1 er juillet 2020 la secrétaire d'Etat Christelle Dubos.

Images d'archives - Banques Alimentaires 2015 ©
Images d'archives - Banques Alimentaires 2015 ©

"Nous anticipons les conséquences de la crise économique", car "on estime que plus de huit millions de personnes vont avoir besoin, d'ici la fin de l'année, d'une aide alimentaire", a précisé Mme Dubos sur RMC. "Huit millions, c'est énorme!", a-t-elle souligné.

Avec cette nouvelle enveloppe, "on double quasiment le budget annuel pour l'aide alimentaire", via des associations tels que les Restos du Coeur, la Croix-Rouge française, les banques alimentaires ou le Secours populaire, a ajouté la secrétaire d'Etat.

Les fonds serviront à acheter des denrées, mais aussi à financer des "chèques alimentaires" utilisables directement par les bénéficiaires, une solution utile notamment pendant l'été où de nombreux bénévoles des associations partent en vacances, a-t-elle fait valoir.

Mi-mai, le gouvernement avait par ailleurs versé une aide aux ménages les plus modestes (allocataires des minima sociaux) de 150 euros, plus 100 euros par enfant, pour un total de 880 millions d'euros distribués à 4 millions de foyers.

Dans un rapport publié mercredi, un groupe de députés transpartisan de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale suggère la création de chèques alimentaires dans les départements ou les régions, dans le cadre d'un plan de relance de l'agriculture. Ils estiment que "l'accès à l'alimentation et le soutien à l'agriculture doivent impérativement être liés".

Selon eux, des chèques alimentaires locaux "fléchés" vers des produits locaux permettraient aux populations les plus fragiles d'accéder à une alimentation de qualité, notamment des produits issus des filières où le confinement a entraîné des excédents (fromages, cidre..).

Ceci permettrait ainsi de limiter le gaspillage alimentaire, le confinement ayant provoqué la destruction de beaucoup de produits non vendus.

Ces distributions devraient aller de front avec un "plan global de soutien à l'agriculture", ajoutent-ils en anticipant une nouvelle "guerre des prix" dans la grande distribution résultant de la crise économique et de la perte de pouvoir d'achat des ménages.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Seul, un militant pour le climat bloque la circulation au centre-ville de Besançon

Pendant une vingtaine de minutes ce samedi 12 juin vers 16 heures, un militant d'Extinction Rébellion s'est assis sur le pont de la République à Besançon bloquant momentanément la circulation des véhicules. Seul, il portait un panneau : "Je suis terrifié par la violence engendrée par la crise climatique et écologique."

Covid-19 : l’épidémie recule nettement en Bourgogne Franche-Comté !

Ces 7 derniers jours l'épidémie a nettement reculé dans tous les départements de Bourgogne Franche-Comté, y compris la Côte-d’Or, qui affichait en début de semaine l’incidence la plus élevée de métropole. L’indicateur est repassé en-dessous de 100 pour 100.000 habitants comme dans l’ensemble des départements, la moyenne régionale s’établissant autour de 65 pour 100.000 habitants, le taux de positivité des tests à 2,5%.

Cinq hectares pour développer le concept d’écologie intégrale sur le terrain de Claire Combe…

Le terrain de Claire Combe, situé sur la colline des Buis, a été cédé en novembre 2020 par le diocèse et la paroisse du centre-ville de Besançon au secours catholique. Depuis, une expérience est mise en place afin de créer un lieu de vie particulier permettant d'accueillir aussi bien des personnes en situation de précarité que des acteurs associatifs...

Risque de noyade dans le Doubs : les sapeurs-pompiers invitent à la prudence

Suite au décès d'un jeune homme suite à une noyade à la Gare d'eau à Besançon vendredi dernier, les sapeurs-pompiers du Doubs rappellent, dans un communiqué du 3 juin, qu'il est strictement interdit de se baigner dans les lacs et rivières du département du Doubs, hors zones de baignades référencées et autorisées, le risque de noyade étant toujours présent.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.14
partiellement nuageux
le 16/06 à 9h00
Vent
1.05 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
87 %

Sondage