60 % des Francs-Comtois souhaitent que la Franche-Comté se sépare de la Bourgogne (sondage Opinion Way)

Publié le 03/03/2022 - 09:14
Mis à jour le 03/03/2022 - 14:41

Selon un sondage réalisé du 21 au 25 février 2022 par l’Institut Opinion Way, 60 % des Francs-Comtois souhaitent que la Franche-Comté se sépare de la Bourgogne. Ce dernier a été commandé par le « Mouvement Franche-Comté » et « Oui Franche-Comté ».

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 507 personnes représentatif de la population franc-comtoise âgée de 18 ans et plus. L’échantillon  a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de département de résidence. Les personnes ont été interrogées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). OpinionWay a réalisé cette enquête du 21 au 25 février 2022 en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

Pour le "mouvement Franche-Comté" et "Oui Franche-Comté", le résultat de ce sondage confirme "toute la légitimité de leur combat pour que la Franche-Comté redevienne une région à part entière avec ses propres élus, son propre budget, sa propre capitale et son propre drapeau".

Lors de ce sondage, l’échantillon sélectionné devait répondre à la question :

  • Selon vous, la Franche-Comté doit-elle sortir de l'actuelle Région Bourgogne-Franche-Comté pour redevenir une région à part entière ?

© OpinionWay

© OpinionWay

L’analyse opinionway : une majorité des Francs-comtois sont pour un retour à l’ancienne région

  • 7 ans après la réforme des régions françaises, votée en 2013 et mise en place en 2015, la fusion entre la Bourgogne et la Franche-Comté, ne fait pas l’unanimité. Ainsi, 3 Francs-comtois sur 5 annoncent être favorables à la sortie de la Franche-Comté de la nouvelle région, pour redevenir une région à part entière (60%).
  • Des disparités existent entre les différentes catégories de la population franc-comtoise. Les hommes sont davantage à se déclarer pour un retour à l’indépendance régionale (65%) que les femmes (55%). Autre clivage, les personnes âgées de moins de 35 ans se prononcent à seulement 53% pour le retour aux deux régions tandis que les personnes âgées de 35 ans et plus y sont davantage favorables (63%).
  • Le niveau de revenu est un critère différenciant : les Francs-comtois gagnant au moins 2 000 € par mois sont moins susceptibles de vouloir une Franche-Comté comme région à part entière que ceux gagnant moins de 2 000 € par mois (55% contre 68%).
  • Les Jurassiens, habitants d’un département à dominante rurale, sont les seuls à être majoritairement contre une sortie de la région actuelle (54% sont contre et 46% sont pour). Inversement, les Doubistes, les Haut-Saônois et les Belfortains y sont plus favorables (respectivement 63%, 66%, 66%). Cela s’explique peut-être par la présence d’une population plus urbaine (autour de grands pôles régionaux : Besançon, Pontarlier, Vesoul, Gray, Belfort) ainsi que par un éloignement plus marqué, notamment de Dijon, nouveau pôle régional.
  • Dans cette logique de différenciation face à Dijon, les Bisontins, habitant la seule métropole de plus de 100 000 habitants de la Franche-Comté, sont majoritairement favorables (70%) à un retour à la région Franche-Comté, impliquant un retour de l’exécutif régional dans la ville. Les communes rurales et villes moyennes (de 20 000 à 99 999 habitants) se prononcent également pour un retour à l’ancienne région, bien que dans une moindre mesure (58%).

(Source Opinion Way)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Comptez-vous faire grève et/ou manifester contre la réforme des retraites ?

La deuxième grande journée de mobilisation sociale contre la réforme des retraites se déroulera le 31 janvier 2023 à Besançon, comme ailleurs en France. La Première ministre a confirmé qu’elle ne changera pas l’âge de départ en retraite, ce qui encourage davantage les syndicats à poursuivre leurs mouvements de grève et de manifestations.

Une centaine de personnes présentes au rassemblement antifasciste devant le palais de justice ce vendredi

Organisé par la Nuée antifasciste ce vendredi 27 janvier juste avant le jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage de la statue de Victor Hugo en novembre 2022, le rassemblement a réuni une centaine de personnes devant le palais de justice de Besançon.

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.36
couvert
le 31/01 à 3h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
94 %