60 millions de consommateurs dénoncent une quarantaine de produits ménagers "polluants"

Publié le 09/03/2017 - 12:23
Mis à jour le 09/03/2017 - 16:19

Sprays, désodorisants, antacariens, désinfectants… Le magazine 60 millions de consommateurs a dévoilé le nom d’une quarantaine de produits d’entretien ménager ce jeudi 9 mars 2017 qui sont une « source pollution majeure de l’air intérieur ». 

 ©
©

Dans son numéro hors série d’avril-mai 2017, le magazine dresse ainsi la liste de dix sprays assainissants, douze produits désodorisants, douze antiacariens et douze désinfectants. Des produits à "éliminer", selon l’association de consommateurs, car "loin d’assainir la maison", ils cumulent "des substances allergènes, irritantes, voire toxiques".

La majorité des 46 biens épinglés contient des composés organiques volatiles (COV), tel que le limonène – irritant et allergène –, précise 60 Millions de consommateurs. Parmi les produits incriminés, sont notamment cités un désinfectant La Croix, des désodorisants de la marque Fébrèze ou encore des produits Sanytol. 

"Tout est fait pour que nos produits (…) soient de plus en plus respectueux de l’environnement et de la santé" 

"Notre secteur est très réglementé", se défend l’Afise, une association qui fédère les industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle. D’après sa déléguée générale, Valérie Lucas, "tout est fait pour que nos produits (…) soient de plus en plus respectueux de l’environnement et de la santé".

Outre la composition des produits, l’étude pointe du doigt les informations mentionnées sur les emballages. Seul un des biens testés a un étiquetage satisfaisant, "les autres omettent de mettre en garde les consommateurs".

Ainsi, concernant plus particulièrement les traitements antiacariens, les clients ignorent souvent que les substances utilisées "sont en réalité des pesticides", interdits en usage agricole, même lorsqu’ils sont d’origine naturelle, affirme l’étude. "Et même à des doses plus faibles, ces produits sont dangereux." Ils représentent "d’ailleurs une menace mortelle pour les chats".

Pour Valérie Lucas, 60 Millions de consommateurs fait "une confusion" entre les substances employées dans l’agriculture et celles destinées au grand public. "Les dosages et les conditions d’utilisation sont différents", fait-elle valoir, ajoutant que "les fabricants développent des produits sûrs pour un usage précis".

"Les deux tiers des marques trichent "

Le magazine dénonce par ailleurs le discours des fabricants autour du naturel, soulignant par exemple que "malgré leurs allégations “100 % bio”, “100 % naturel”, les sprays assainissants aux huiles essentielles contiennent des substances allergènes, irritantes voire toxiques". Et l’association de dénoncer pour ce type de produits un étiquetage "tout simplement inacceptable". "Les deux tiers des marques trichent et font rétrécir les pictogrammes de danger, sans doute pour ne pas effrayer le consommateur."

De la même manière, les liquides vaisselle au bicarbonate, les lessives au savon noir, les dégraissants au savon de Marseille ou encore les nettoyants au savon d’Alep, contiennent "des ingrédients dits “naturels” qui sont en fait "incorporés en quantité dérisoire", déplore l’étude.

Le magazine recommande à "l’ensemble des fabricants [qu’il a] épinglés de revoir de fond en comble leurs étiquettes" et appelle "les consommateurs à limiter le recours à l’arsenal dont les industriels voudraient les équiper".

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Allaitement : cachez ce sein ?

Le 2 juin dernier, une jeune maman qui voulait allaiter son enfant alors qu'elle se trouvait au musée du Louvres à Paris n'a pas été autorisée à le faire. Un agente de sécurité lui a indique que cela n'était "pas permis". Notre diéteticienne Chloé Vuillemin se penche sur cette question de l'allaitement en public, le fonctionnement de l'allaitement et ses bienfaits nutritionnels.

Avez-vous la solaire attitude ?

Le vendredi 17 juin 2022 a débuté à l’école primaire Jean Macé de Besançon, une campagne de prévention aux risques solaires. C’est une campagne mise en place depuis 2016 par la Ville de Besançon, associée à l’Asfoder, l’Association des Dermatologues de Franche-Comté. 

Journée nationale de réflexion sur le don d’organes : le CHU de Besançon veut libérer la parole…

A l’occasion de la journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, qui a lieu chaque année le 22 juin, le CHU de Besançon met en lumière des témoignages vidéos de proches de donneurs et de receveurs, et rappelle ainsi l’importance de parler du don d’organes autour de soi.

Canicule ou intoxication : onze écoliers pris de maux de tête et de vomissements à Pin en Haute-Saône

mise à jour • En pleine vague de chaleur, dix écoliers se sont plaint de maux de tête et de vomissements vendredi après avoir joué dans la cour de leur établissement à Pin, des symptômes qui pourraient être liés à une insolation ou à une intoxication alimentaire, selon le maire et la préfecture.

Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.63
nuageux
le 25/06 à 15h00
Vent
2.25 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
28 %

Sondage