À Dijon, un militant LFI dénonce son interpellation "arbitraire"

Publié le 22/03/2023 - 08:38
Mis à jour le 07/03/2024 - 08:39

Un jeune militant LFI a dénoncé, mardi, son interpellation "arbitraire" lors d'une manifestation contre la réforme des retraites, lundi soir à Dijon, qui lui vaudra d'être jugé fin octobre.

 ©
©

"Il fallait des coupables. On m'a dit que j'allais payer pour les dégradations", a affirmé à l'AFP le jeune homme, qui a eu 24 ans lundi, le jour où il a été interpellé lors de la manifestation non déclarée dans le centre de Dijon, marquée par des heurts avec les forces de l'ordre. "Je n'ai pas cassé", a-t-il assuré. "C'est une interpellation éminemment politique, arbitraire", a ajouté le militant LFI.

Interpellé lundi vers 20h40, il est poursuivi pour "participation sans arme à un attroupement après sommation de se disperser par une personne dissimulant volontairement son visage afin de ne pas être identifié", a indiqué à l'AFP le procureur de la République, Olivier Caracotch. Il doit être jugé le 31 octobre.

Accueilli à sa sortie de l'hôtel de police

Le militant assure n'avoir pas cherché à dissimuler son visage mais s’être simplement protégé avec un masque, et n'avoir "pas entendu" les sommations à dispersion. Il a été accueilli par une quarantaine de soutiens, notamment de LFI et de Solidaires, à sa sortie de l'hôtel de police de Dijon.

"La violence policière est une forme de violence destinée à éviter qu'on vienne en manifestation", a estimé Eloi Delaporte, candidat indépendant aux dernières élections départementales de 2021 à Dijon qui avait mené une liste incluant Alinoë Gentaz.

"Effrayer les gens pour rien"

Cette candidature "a montré son civisme et son esprit républicain", a estimé M. Delaporte, qui se présentait afin de défendre un espace naturel au nord de Dijon, depuis rasé. Le "but" de ces interpellations est "d'effrayer les gens : pour rien, on peut être en garde à vue", a estimé M. Delaporte.

Dans un tweet lundi soir, le leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a dénoncé des arrestations "arbitraires", dont de deux militants de LFI.

La Première ministre Elisabeth Borne a de son côté défendu les forces de l'ordre, mais précisé qu'elles ont un "devoir d'exemplarité".

94 agents blessés d'après Darmanin

Plus de 1.200 manifestations non déclarées, "parfois violentes", se sont déroulées en France depuis l'annonce par Mme Borne du recours au 49.3 pour adopter la réforme, a recensé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui a affirmé que "94 agents" avaient été blessés depuis jeudi.

287 personnes ont été interpellées lundi soir en France lors d'une cinquième soirée consécutive de manifestations spontanées. "Il n'y a pas d'interpellations injustifiées" à Paris, a affirmé le préfet de police Laurent Nuñez.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.92
légère pluie
le 21/06 à 6h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
95 %