Adieu IUFM, bonjour les écoles supérieures du professorat et de l’éducation

Publié le 24/01/2013 - 09:18
Mis à jour le 24/01/2013 - 09:18

Les écoles supérieures du professorat de l’éducation (ESPE) ouvriront leurs portes en septembre 2013 et mettront fin aux IUFM, en place depuis une vingtaine d’année. Explication avec Pierre Statius, directeur de l’IUFM de Franche-Comté.

Refondation

La création des ESPE s’inscrit dans le cadre du projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République qui a été présenté ce mercredi 23 janvier en Conseil des ministres.

Pour le directeur de l'IUFM de Franche-Comté (également premier vice-président de la Conférence des directeurs des IUFM), c'est un élément de satisfaction. Il voit dans cette refonte « le retour de la République ! ». « C’est la réforme que nous attendions depuis les années 80 », assure-t-il.

Des futurs enseignants mieux formés

Parmi les principaux changements dans la formation des enseignants : la professionnalisation. Elle se fera dès l’entrée en première année de master, avec l’intégration dans le concours au professorat d’épreuves didactiques, avec des approches pédagogiques et de mises en situation. 

« C’est une révolution pour le second degré », explique Pierre Statius. Le premier degré qui l’intégrait déjà ne verra, lui, pas de gros changements. En deuxième année de master, les étudiants deviendront stagiaires à tiers temps.

De plus, l’Etat propose un cadrage national des master. « C’est la garantie pour tous d’avoir la même formation à Besançon qu’à Brest. Cette réforme, c'est le retour de l'Etat », résume le directeur.

Une école universitaire et professionnelle

Chaque ESPE fonctionnera dans un système coopératif avec les autres unités de formation et de recherche de son université de rattachement. « Nous allons avoir une école universitaire et professionnelle. » De 500 étudiants, l’IUFM de Franche-Comté devrait ainsi passer à 1500 étudiants (en double inscription) après son passage en ESPE.

Les implantations locales de l'IUFM ne seraient également pas menacées. « Le président de l’université et moi-même sommes davantage dans une logique de rapprochement », commente Pierre Statius. Pas de fermeture prévue donc pour les sites de Lons-le-Saunier et Belfort. L’IUFM de Vesoul pourrait, lui, être intégré au site de l’IUT à proximité du lac de Vaivre, pour constituer « un campus ».

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

L’Université de Franche-Comté célèbre ses 600 ans d’existence

Le 21 novembre 1422, le Pape Martin V autorisait la fondation d’une université à Dole qui sera officiellement créée le 21 Jun 1423 par Philippe le Bon, Duc de Bourgogne. Six siècles plus tard, alors qu’elle a officiellement pris place à Besançon depuis 1691, l’Université de Franche-Comté est désormais l’une des dix plus vieilles universités de France et s’apprête à célébrer ses 600 ans d’existence. 

Bourgogne-Franche-Comté : les étudiants récompensés pour leur engagement

Jeudi 24 novembre s’est déroulée la remise des prix des 1ères Olympiades du développement durable de Bourgogne-Franche-Comté. Elles avaient pour objectif de sensibiliser les étudiants au développement durable et à la transition écologique, et de leur montrer qu’on peut agir au quotidien et adopter des gestes répondant aux enjeux climatiques.

Franche-Comté : ils offrent des livres dans les maternités pour sensibiliser sur le développement du langage

L’Association franc-comtoise pour la prévention en orthophonie (AFCPO) organise l'action nationale "1 bébé 1 livre" dans les maternités de Franche-Comté. Cette dernière bénéficie du haut patronage du ministère de la Culture et du ministère de la Santé et s’inscrit dans la lutte contre l’illettrisme.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.68
nuageux
le 07/12 à 18h00
Vent
1.77 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
79 %