Affaire Mila : un Doubiste interpellé pour cyberharcèlement

Publié le 01/10/2021 - 11:49
Mis à jour le 01/10/2021 - 11:49

Le 28 septembre 2021, cinq nouvelles personnes ont été interpellées dont un Doubiste. Ils ont été placés en garde à vue pour cyberharcèlement. Ils seront jugés les 11 et 12 avril prochains. Ce jeudi, un homme de 24 ans a été condamné à dix mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris.

L’internaute de 24 ans était jugé pour avoir menacé l’adolescente lors du premier jour du procès de ses cyberharceleurs, en juin dernier.

Le jeudi 30 septembre, un jeune homme de 24 ans a été condamné à dix mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir menacé de mort Mila sur Twitter. Les faits s’étaient produits lors du premier jour du procès de plusieurs de ses cyberharceleurs, en juin dernier. En juillet, onze personnes avaient été punies de peines de quatre à six mois de prison avec sursis pour avoir injurié, harcelé et menacé de mort sur les réseaux sociaux la jeune femme, qui avait publié des vidéos polémiques sur l’islam.

Au début de ce retentissant procès en juin, Mehdi B. avait publié sur son compte Twitter, suivi par 400 abonnés, un message dans lequel il demandait si quelqu’un souhaitait décapiter Mila. Son message avait été signalé aux forces de l’ordre par un autre internaute. Dans un autre tweet, le prévenu avait exprimé le souhait "qu’Allah la brise". Il avait par la suite supprimé plusieurs de ses messages. "C’était ridicule", "j’ai été débile", s’est-il défendu lors de son l’audience.

Le prévenu fera appel

Le jeune homme a expliqué avoir agi sous le coup de l’énervement face à ce qu’il a considéré comme un "manque de respect" de la jeune femme et a concédé avoir "du mal" avec le blasphème. À la barre, Mehdi B., qui comparaissait libre, n’a cessé de minimiser les faits qui lui étaient reprochés et a concédé des excuses à la plaignante sous l’instance du parquet. Le ministère public avait requis contre lui six mois d’emprisonnement avec sursis. Son avocat a annoncé son intention de faire appel du jugement.

Le jeune homme, présenté comme un musulman non "rigoureux", avait expliqué en garde à vue que si le jour des faits, il "aurai(t) bien mis une baffe" à Mila, il souhaitait à présent "discuter avec elle". La jeune femme Mila était présente à l’audience. Elle n’a pas lâché le prévenu des yeux et a expliqué au tribunal que les messages qui l’ont visée "ne sortiront jamais de (s)a tête". Cinq autres personnes, interpellées mercredi et suspectées de l’avoir harcelée sur Internet et menacée de mort, ont été renvoyées devant le tribunal, qui les jugera en avril prochain.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Fête nationale : le programme et les nouveautés à Besançon

Cette année, au-delà des traditionnels défilé, pique-nique et feux d'artifice, un village des armées sera installé sur le parking de Chamars (au niveau du retournement des bus). L'occasion de montrer que Besançon est aussi "une grande ville de garnison". Une initiative du général Pierre-Yves Rondeau, commandant la 1re division, commandant d'armes de la garnison de Besançon, commandant la base de défense de Besançon et délégué militaire départemental du Doubs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.26
partiellement nuageux
le 13/07 à 12h00
Vent
1.97 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
60 %