Affaire Narumi : une cagnotte pour soutenir sa famille japonaise

Publié le 05/05/2019 - 11:00
Mis à jour le 07/05/2019 - 16:02

Le CLA, centre de linguistique appliquée, a créé le 1er mai 2019 dernier une cagnotte sur le site de financement participatif Leetchi. Elle pourrait permettre aux parents de la jeune Japonaise disparue depuis 2016 d'assister au procès à venir à Besançon en 2020 après une deuxième demande d'extradition du suspect.

Narumi.jpg
© FBK DR
PUBLICITÉ

Cette cagnotte, c’est une initiative de Frédérique Penilla, directrice du CLA de Besançon :  » les revenus très modestes des parents de Narumi ne leur ont pas permis d’y envoyer leur avocate. De même, pour des raisons financières, ils pourraient devoir renoncer à venir au procès de l’assassin présumé, qui se tiendra dans les prochains mois à Besançon.  Cette situation semble particulièrement injuste et intolérable, s’agissant d’une famille durement éprouvée, qui ne sait toujours pas ce qu’il est advenu de leur fille venue étudier dans notre ville », peut-on lire sur la page du financement participatif.

Un interrogatoire au Chili

Après avoir assisté au Chili à l’interrogatoire du principal suspect dans le meurtre de l’étudiante japonaise en décembre 2016 sur le campus de Besançon, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a annoncé le 25 avril 2018 qu’une deuxième demande d’extradition serait formulée, et qu’un procès aura lieu à Besançon probablement en 2020.

Plus de deux ans après la disparition de Narumi – dont le corps n’a jamais été retrouvé – Étienne Manteaux était accompagné de l’un des magistrats instructeurs co-saisis dans cette affaire, Céline Bozzoni, du directeur d’enquête et d’un enquêteur de l’antenne de la police judiciaire de Besançon.

Narumi, une ancienne étudiante du CLA

La jeune étudiante japonaise âgée de 21 ans était au CLA de Besançon pour apprendre le Français et a été vue pour la dernière fois le 4 décembre 2016. « Plusieurs étudiants de la résidence ont entendu un grand cri dans la nuit du 4 au 5 décembre » avait confirmé Edwige Roux-Morizot, procureur de Besançon au moment des faits. Depuis, aucune trace de Narumi vivante décelée.

D’après l’avocate de Narumi, la famille de la victime est en « très grande détresse psychologique », ayant la sensation que « tout espoir de retrouver Narumi est révolu. » Le père de la Japonaise aurait eu un « sentiment de colère de frustration » en apprenant que Zepeda n’avait voulu répondre à aucune question.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.88
forte pluie
le 19/10 à 18h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1007.51 hPa
Humidité
98 %

Sondage