Nouvelle mise en examen pour l'anesthésiste Péchier, soupçonné de 30 empoisonnements

Publié le 29/03/2023 - 11:23
Mis à jour le 29/03/2023 - 14:57

L'anesthésiste Frédéric Péchier a été mis en examen mercredi 29 mars 2023 pour un nouvel empoisonnement présumé de patient, portant à 30 le nombre de cas pour lesquels il est soupçonné, a indiqué le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux.

Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro
Palais de justice de Besançon © Alexane Alfaro

Interrogé pour la troisième fois depuis le 8 mars par la juge d'instruction Marjolaine Poinsard, magistrate dont il a demandé la récusation, M. Péchier, 51 ans, a par ailleurs été placé sous le statut de témoin assisté pour un autre cas, selon M. Manteaux. Dans ce dossier hors norme, sur les 32 cas d'empoisonnements présumés pour lesquels les enquêteurs le soupçonnent, l'anesthésiste est mis en examen "de façon définitive" pour 30 d'entre eux, dont 12 mortels, et placé sous le statut, plus favorable, de témoin assisté dans deux autres cas, dont un mortel, a détaillé le magistrat.

C'est la troisième fois en un mois, et peut-être la dernière, que Frédéric Péchier est interrogé par la juge. L'interrogatoire, suspendu à la mi-journée, a repris à 14h00.

Mis en examen dans six dossiers et placé sous le statut de témoin assisté dans deux autres

Mme Poinsard voulait notamment mettre cette série d'auditions à profit pour entendre M. Péchier sur huit derniers cas dits "supplétifs" d'empoisonnements supposés et voulait récapituler l'ensemble des dossiers pour lesquels elle mettra in fine M. Péchier en examen. Sur ces huit derniers cas, M. Péchier est donc mis en examen dans six dossiers et placé sous le statut de témoin assisté dans deux autres.

L'anesthésiste, qui avait choisi de garder le silence depuis le début de cette série d'auditions, a cette fois "répondu à quelques questions de la juge d'instruction, celles où il est en mesure de répondre parce qu'on a les éléments", a indiqué à la suspension Me Randall Schwerdorffer, qui s'exprimait aux côtés de son client.

La défense se plaint en effet de ne pas avoir reçu avant ces interrogatoires un "pré-rapport" d'expertises qui a servi de socle à ces auditions. Cela l'aurait empêchée de poser à temps des questions aux experts sur leurs conclusions. "Tant qu'on n'aura pas pu" interroger les experts, M. Péchier ne peut pas répondre à un certain nombre de questions, a expliqué Me Schwerdorffer, rappelant que ce point faisait l'objet d'une requête devant la chambre de l'instruction.

Le conseil n'a pas voulu préciser les points sur lesquels son client s'est exprimé.

M. Péchier, qui est libre sous contrôle judiciaire, était arrivé sans faire de commentaires peu avant 10h00 au tribunal judiciaire. Frédéric Péchier est suspecté d'avoir pollué, entre 2008 et 2017, les poches de perfusion de patients dans deux cliniques privées de Besançon pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur, mais aussi pour discréditer des collègues avec lesquels il était en conflit.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.52
nuageux
le 20/04 à 21h00
Vent
0.25 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
91 %