Affaire Razia à Besançon : son mari reconnaît l'avoir tuée dans des messages

Publié le 05/11/2018 - 17:43
Mis à jour le 05/11/2018 - 17:43

Le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a confirmé l’arrestation du mari de Razia, assassinée le 30 octobre 2018 en pleine rue dans le quartier St Ferjeux à Besançon. Il a par ailleurs décrit les conditions de son interpellation.

Dans un premier temps, deux ressortissants afghans ont reçu un message téléphonique et un SMS du meurtrier présumé de Razia dans lesquels il reconnaît avoir l'avoir tuée.

Par ailleurs, grâce à l'avis de recherche lancé par le parquet de Besançon, les forces de l'ordre ont pu l'intercepter 72 heures après le drame.

Dans la nuit de jeudi 1er au vendredi 2 novembre 2018, il a été localisé dans un train entre Budapest et Belgrade. Pendant ce temps, les autorité ont pu prendre les mesures administratives nécessaires à l'émission d'un mandat d'arrêt européen permettant son interpellation. Quelques heures plus tard, l'époux de Razia a pu être arrêté in extremis à l'aéroport d'Athènes. Il semblerait qu'il ait souhaité rejoindre l'Afghanistan ou l'Iran.

Il devrait être extradé dans moins de deux mois en France.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

afghane assassinée

Le meurtrier présumé d’une Afghane tuée en pleine rue bientôt extradé vers  la France (procureur)

Le meurtrier présumé et mari de Razia, Afghane de 34 ans poignardée à mort en pleine rue la semaine dernière dans l’est de la France, arrêté vendredi à l’aéroport d’Athènes, devrait être extradé rapidement vers la France, a déclaré  ce lundi 6 novembre 2018 le procureur de la République dans la ville de Besançon (est).

Femme mortellement poignardée à Besançon : elle tentait de se séparer de son mari et avait déposé plusieurs plaintes pour violences

Mardi 30 octobre 2018 vers midi, Razia, une mère de famille de 34 ans a été assassinée rue Wittman dans le quartier de St Ferjeux à Besançon. Décédée après avoir reçu plusieurs coups de couteau notamment portés à la gorge, son mari est le suspect n°1 dans cette affaire. Un appel à témoins a été lancé pour le retrouver.

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.54
partiellement nuageux
le 24/05 à 3h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
99 %