Alstom dit oui à General Electric, l'issue est proche

Publié le 22/06/2014 - 10:23
Mis à jour le 23/06/2014 - 12:19

Alstom a dit oui au projet d'alliance avec General Electric sur ses activités énergie mais la validité de l'offre reste toujours suspendue aux discussions entre Bouygues et l'État.

1222966150_alstom_logo_tenue.jpg
En Franche-Comté, Alstom compte deux sites de production à Belfort et à Ornans
PUBLICITÉ

Le Conseil d’administration d’Alstom « a unanimement décidé d’émettre un avis favorable à l’offre de GE« , pour la vente sous conditions de ses activités énergie, valorisée 12,35 milliards d’euros, mettant presque fin à un dossier qui défraie la chronique économique depuis avril.

« C’est un projet trois fois gagnant. Pour Alstom, dont il devrait renforcer les positions et les emplois« , pour GE et pour l’État, car « le projet d’accord me paraît pleinement répondre aux préoccupations du gouvernement dans l’énergie et le transport« , s’est réjoui le PDG d’Alstom Patrick Kron, dans un entretien au Journal du Dimanche.

« C’est un formidable projet industriel » qui va « créer un champion mondial de l’énergie« , a surenchéri le PDG de l’américain, Jeffrey Immelt.

Mais la validité de l’offre restait toujours suspendue samedi soir aux négociations entre l’État et Bouygues. Vendredi 20 juin 2014, le gouvernement s’était prononcé en faveur du projet de l’américain face à celui du tandem germano-nippon Siemens/Mitsubishi Heavy Industries. Il avait annoncé, dans le même temps et à la surprise générale, qu’il comptait devenir l’actionnaire principal d’Alstom afin d’exercer sa « vigilance patriotique », selon les mots du ministre de l’Économie d’Arnaud Montebourg.

Pour ce faire, il compte racheter 20 des quelque 30% que le groupe diversifié Bouygues détient dans Alstom. Mais, selon des sources proches du dossier, les discussions entre les deux parties achoppent sur le prix de cette acquisition.

« Zéro euro » pour le contribuable

L’État souhaite racheter ces parts au prix du cours actuel, soit 28 euros par action, selon la dernière cotation d’Alstom vendredi à la clôture de la Bourse de Paris. Car dans le climat actuel, le gouvernement ne peut pas paraître dispendieux et devra montrer qu’il a tout fait pour négocier au plus serré pour une dépense qui se chiffrera en milliards.

Mais Bouygues en demanderait environ 35 euros, selon des sources proches du dossier, soit la valorisation que le groupe fait lui même de sa participation dans ses comptes (3,07 milliards pour environ 30% du capital d’Alstom).

Arnaud Montebourg assurait lui samedi soir que cette opération « coutera zéro euro aux contribuables » et sera financée par la vente de « certaines » participations de l’État dans des grands groupes français. « Aujourd’hui, parce que nous avons vendu un peu de Safran, d’Airbus et d’Aéroports de Paris, nous disposons de 2,7 milliards d’euros en caisse« , expliquait encore le ministre

« La présence d’un actionnaire comme l’État français sera précieuse pour le développement des relations commerciales dans de nombreux pays« , assurait pour part Patrick Kron.

Après accord entre Bouygues et l’État, la réalisation de l’opération sera encore « subordonnée à la consultation des instances représentatives du personnel, à l’obtention des autorisations réglementaires, y compris au titre du décret relatif aux investissements étrangers en France« , selon l’industriel. Et c’est aux actionnaires que reviendra « la décision finale« .

GE a expliqué dans un communiqué attendre une concrétisation en 2015, assurant qu’elle se traduira dès la première année par une forte hausse du bénéfice par action, un indicateur clé aux États-Unis.

Le conglomérat américain proposait depuis fin avril de racheter pour 12,35 milliards d’euros les activités énergie d’Alstom, qui représentent 70% de son chiffre d’affaires, le pôle transport ferroviaire constituant le reste.

Depuis jeudi, il offrait en plus de créer trois coentreprises à parité (turbines à vapeur, réseaux et énergies renouvelables) avec Alstom et de lui céder son activité de signalisation ferroviaire.

Surtout, dans l’alliance à 50-50 dans les turbines à vapeur (qui équipent les réacteurs des centrales nucléaires d’EDF), l’État français aurait un droit de veto assorti de droits de gouvernance.

Sur l’offre Siemens/Mitsubishi Heavy Industries, Alstom se contente d’expliquer qu’elle « ne répondait pas de manière adéquate à l’intérêt social d’Alstom ni à celui de l’ensemble de ses parties prenantes ».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

250 à 350 embauches pour PSA Vesoul

250 à 350 embauches pour PSA Vesoul

La plateforme logistique de pièces détachées du constructeur automobile de Vesoul recrute. D'ici la fin de l'année, 250 à 350 emplois sont à pourvoir sur différents postes. PSA assure prendre en charge la formation du personnel. 

La poste de Mouthe rouvre ses portes

La poste de Mouthe rouvre ses portes

Nouvelle signalétique, mobilier moderne, couleurs dynamiques, espace clair, nouvel accueil, tout a été repensé à la poste de Mouthe… Elle rouvre ses portes le 29 juillet 2019 à 14h00. Elle était fermée depuis le 13 juin dernier.

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

publi-info • Le centre de sports indoor Play Arena propose une offre unique à Besançon : 3 terrains de football, 4 terrains de badminton et 2 courts de squash sur une surface de plus de 2 800 m2. C’est aussi un complexe aménagé pour l’accueil des séminaires d’entreprises et team building.

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.99
nuageux
le 24/07 à 0h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1017.27 hPa
Humidité
82 %

Sondage