Alstom, loi NoTRE : Longeot lève la voix au sénat

Publié le 11/06/2015 - 08:53
Mis à jour le 11/06/2015 - 08:55

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs et maire d’Ornans, est intervenu au Sénat le mardi 9 juin 2015 au matin. Le sénateur a interrogé le gouvernement concernant la décision de l’Etat de devenir principal actionnaire d’Alstom. Il a également exprimé son opposition à la loi NoTRE, ainsi que son inquiétude quant à l’avenir de l’industrie ferrovière. 

 ©
©

Lors de la cession de l’essentiel de la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric, le gouvernement avait annoncé, en juin 2014 "entrer à hauteur de 20% du capital d’Alstom et d’en devenir le principal actionnaire". Selon les propos de l'ancien ministre au Redressement productif, Arnaud Montebourg, l’Etat pourrait ainsi exercer "sa vigilance patriotique"

Aujourd’hui, le chiffre d’affaire d’Alstom s’élève à 6 milliards d’euros. Jean-François Longeot s’interroge sur les "éléments qui peuvent rassurer les salariés et pouvoirs publics (...) afin d’avoir une activité pérenne"

Industrie ferroviaire : quel avenir en France ? 

Jean-François Longeot a interpelé le gouvernement à propos de l’avenir de l’industrie ferroviaire en France suite à la Commission "Avenir des trains d’équilibre des Territoires" présidée par Philippe Duron. Ce rapport remettait profondément en cause le rôle du ferroviaire en France, préconisant l’ "abandon par l’Etat de nombreuses lignes nationales, mettant en avant une «alternative routière".  Or, pour le sénateur du Doubs, il est urgent de "se pencher sur le financement du rail alors que l’Etat français n’y participe qu’à hauteur de 23% contre 90% en Suède". Craignant de graves conséquences pour l’emploi, le maire a appelé l’Etat à "reprendre à son compte les 36,78 milliards d’euros de la dette de la SNCF" et à "mener une politique active de soutien à l’industrie ferroviaire".

Jean-François Longeot : unique sénateur à s'opposer à la loi NoTRE 

Jean-François Longeot est l’unique sénateur de Franche-Comté à ne pas avoir voté le projet de loi NoTRE le mardi 2 juin 2015. L’ambition est de reformer les territoires du pays. il s'oppose à ce que "les intercommunalités deviennent peu à peu des collectivités de plein exercice, en lieu et place des communes et que ces dernières ne deviennent des coquilles vides, sans pouvoirs ni moyens"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.11
légère pluie
le 22/06 à 12h00
Vent
2.22 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
96 %