Alstom Transport balise sa voie

Publié le 25/09/2013 - 14:09
Mis à jour le 25/09/2013 - 15:22

Les sites d’Alstom Transport de Belfort et d’Ornans, en Franche-Comté, fédèrent un réseau de 75 entreprises sous-traitantes. Le constructeur ferroviaire travaille de plus en plus en partenariat avec ses sous-traitants. Il s’appuie aussi, en partie, pour sa R&D sur des laboratoires et des sociétés d’ingénierie extérieurs.

 
 ©
©

Selon Jérôme Wallut, directeur général d’Alstom Transport France, la bataille sur les coûts n’est plus une fin en soi. "Tous nos sites, et spécialement ceux d’Ornans et de Belfort en Franche-Comté, développent des partenariats avec leurs sous-traitants, par souci de les faire évoluer au rang de concepteurs intégrateurs, mais aussi de les faire passer de PME au stade d’entreprises de taille intermédiaire (ETI)", indique le dirigeant.

Cette stratégie favorise de multiples rencontres techniques, des déplacements organisés à l’étranger : Inde, Afrique du Sud ou encore Kazakhstan, et un apport par Alstom de 8 millions d’euros au fonds de modernisation des entreprises ferroviaires, doté de 40 millions. Autre conséquence : le maintien en France d’un important outil industriel et de toute l’ingénierie.

Alstom Transport exploite au total dix sites, dont ceux de Belfort (600 salariés), centre d’excellence mondial pour les motrices TGV et les locomotives, et d’Ornans (400 personnes), à statut identique pour les moteurs.

Investissements et recrutements

Le premier fédère 50 entreprises et dépense 25 millions d’€ par an. Il vient d’intégrer 70 personnes, dont une cinquantaine d’ingénieurs parmi lesquels de nombreux diplômés de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM). L’unité d’Ornans , reconfigurée pour 10 millions d’€ entre 2008 et 2010, n’est pas en reste avec ses 25 sous-traitants, ses 8 millions d’achats annuels et sa quinzaine d’embauches récentes.

Lire la suite de l'article de Didier Hugue  avec notamment le témoignage de Olivier Cailler, ,gérant de Sosolic Industries à Ornans, sur le site de notre partenaire Traces Écrites 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.08
couvert
le 03/03 à 9h00
Vent
2.7 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
88 %