Antiterrorisme : "non seulement maintenir l'état d'urgence, mais le renforcer"

Publié le 13/09/2017 - 10:40
Mis à jour le 13/09/2017 - 11:31

Guillaume Larrivé, député Les Républicains de l’Yonne, a estimé mercredi 13 septembre 2017 qu’il fallait « non seulement maintenir l’état d’urgence, mais le renforcer », alors que le projet de loi antiterroriste destiné à remplacer ce régime d’exception est examiné cette semaine en commission à l’Assemblée.

"Ma conviction, celle des députés LR, c'est que ce projet de loi diminue le niveau de protection des Français", a affirmé M. Larrivé sur LCP, citant l'assignation à résidence qui deviendra selon lui "une vague mesure" qui "ne servira à rien" ou encore les perquisitions administratives, remplacées "par un système beaucoup plus compliqué".

"Ce qu'il faut c'est non seulement maintenir l'état d'urgence, mais le renforcer"

"On avait, avec l'état d'urgence, un certain nombre de mesures assez rapides, assez puissantes, dont on va se priver", a regretté le député, estimant que "ce qu'il faut c'est non seulement maintenir l'état d'urgence, mais le renforcer dans l'intérêt des Français". Selon lui ,le projet de loi antiterroriste présenté par le gouvernement "diminue la garde". "On n'a pas besoin de diminuer la garde, au contraire on doit la renforcer", a-t-il plaidé, soulignant qu'"on assiste quand même à une amplification, à une accélération de la menace terroriste islamiste""En l'état, je ne peux pas l'approuver car je considère qu'il prive les services de police, de gendarmerie, la justice également, d'un certain nombre d'instruments qui existent aujourd'hui dans ce qu'on appelle l'état d'urgence", a ajouté M. Larrivé.

Pour "un vrai état d'urgence juridique, opérationnel, budgétaire"

"Je considère que le gouvernement, Emmanuel Macron et Gérard Collomb ont tort de vouloir aujourd'hui sortir de l'état d'urgence et je propose que nous définissions un vrai état d'urgence juridique, opérationnel, budgétaire, jusqu'à ce qu'on gagne la guerre contre le terrorisme islamiste", a-t-il dit

Devant la commission des Lois mardi après-midi, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a défendu "un texte équilibré" adaptable "à la marge" en argumentant pour un retour à la version initiale, restreinte en partie en juillet par le Sénat, avant que les députés n'examinent environ 250 amendements mercredi.

Les députés LR, par l'intermédiaire de M. Larrivé et d'Éric Ciotti, ont déposé moult amendements pour maintenir l'état d'urgence, renforcer les pouvoirs de police administrative ou durcir les peines.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.35
légère pluie
le 21/02 à 21h00
Vent
7.46 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
84 %