ANV-COP21 : deux portraits d'Emmanuel Macron décrochés des mairies de Devecey et Cussey-sur-l'Ognon

Publié le 02/03/2020 - 14:00
Mis à jour le 02/03/2020 - 14:15

Après 135 portraits décrochés en 2019, les actions de décrochage de portraits d’Emmanuel Macron dans les mairies se poursuivent avant les élections municipales. Vendredi 28 février, c’est dans les mairies de Devecey et de Cussey-sur-l’Ognon que les portraits du président de la République ont été retirés.

Vendredi dernier, sept militants et militantes d'Action Non Violente-COP 21 se sont emparés de deux portraits officiels du président de la République dans les mairies de Devecey et de Cussey-sur-l'Ognon et les ont remplacés par des affiches questionnant "Où est Macron?". Une lettre expliquant l'action a été laissée dans chaque mairie (à lire en bas de cet article).

Ces actions menées dans de nombreuses mairies de France ont pou objectif de "dénoncer l'inaction et l'hyprocrisie du gouvernement sur les questions écologiques", indique ANV-COP21 Besançon. EN exemple, une des mairies visées a déposé l'année dernière des arrêtés anti-pesticides qui ont été annulés par le tribunal administratif.

Lettre d'explication de l'action de décrochage du portrait d'Emmanuel Macron :

"À l’attention de l’équipe municipale et du personnel de mairie :

Mesdames, messieurs,

Nous avons réquisitionné aujourd’hui le portrait d'Emmanuel Macron situé dans la mairie de votre commune, dans le cadre d'une mobilisation nationale intitulée #DécrochonsMacron. Cette démarche inhabituelle appelle quelques explications, que nous souhaitons vous fournir.

En un an, plus de 130 portraits présidentiels ont été décrochés dans des mairies de toute la France. Ces actions, qui ont été menées avec non-violence envers les personnes et sans dégradation de matériel, contiennent deux symboles : le vide laissé au mur symbolise l’inaction du gouvernement en matière sociale et climatique ; tandis que le fait de sortir le président est une manière de l’emmener voir la réalité du pays, du dérèglement climatique qui est déjà là et qui s’aggrave, de la colère sociale qui s’exprime de mille façons face aux injustices, du déclin de la biodiversité qui menace la vie sur Terre dans un futur proche.

Notre action ne vise donc pas spécifiquement votre commune, ne la voyez pas comme une attaque contre votre propre travail sur le plan écologique et social. Elle ne vise pas non plus l’autorité de l’État, puisque le portrait présidentiel n’est pas un symbole officiel de la République. Son absence ne vous empêchera pas de continuer à travailler pour le bien de votre commune et de ses habitant?es. Nous nous en prenons à l’inaction, voire à l’action néfaste et aux doubles discours du gouvernement concernant les urgences écologiques et sociales. En juin dernier, le Haut Conseil pour le climat a épinglé le gouvernement sur sa politique climatique tandis que le Réseau Action Climat a montré très récemment que l’écart entre les objectifs et la réalité continue de se creuser. (1)

La France comme le reste du monde vit une tendance au réchauffement qui s'accélère (2) avec des épisodes météorologiques violents : sécheresse, vague de chaleur, feux de forêt, etc...

Ne pas tout faire aujourd’hui pour limiter le changement climatique revient à commettre un crime contre les générations futures, qui en subiront les conséquences mais n’auront pas les moyens de le combattre. Les citoyennes et les citoyens ne s'inquiètent pas d'un mur vide, mais de l'inaction politique face aux injustices sociales et au chaos climatique, qui nous menacent tous.

Considérez cette réquisition comme temporaire : nous nous engageons à rapporter le portrait présidentiel dès que le gouvernement aura amorcé une politique en accord avec les engagements pris lors de la COP21, à savoir nous mettre sur une trajectoire ne dépassant pas les 1,5°C de réchauffement climatique, et assurant une justice sociale dans la mise en œuvre de ces mesures. Pour les générations actuelles et futures, faisons en sorte que cela arrive au plus tôt.

(1) https://reseauactionclimat.org/bilan-demmanuel-macron-sur-le-climat/

(2) Article le monde les décodeurs du 03/01/2020 “ 2019 à été la troisième année la plus chaude”

Les membres d’Action non-violente COP21"

Infos +

Le décrochage du portrait du président de la République est, en théorie, s'il est interprété comme un acte de rébellion contre l'Etat, est passible en France de 5 ans de prison et de 75 000€ d'amende. Mais lors deux affaires à Lyon en septembre 2019, un juge avait admis que le portrait officiel du président de la République française pouvait être décroché et brandi ensuite lors d'une manifestation contre sa politique. Il avait alors relaxé deux militants avant de déclarer : "la réalité du dérèglement climatique affecte gravement l'avenir de l'humanité, ce qui légitime d'autres formes de participation des citoyens, dans le cadre d'un devoir de vigilance critique."

1 Commentaire

ouah c'est chaud comme manif on sent que c'est violent quelle belle action trêve de plaisanterie ils ont rien d'autre a foutre que de faire c---r le monde en décrochant des portraits pour qu'on parle d'eux pitoyable vous n’êtes que des clowns
Publié le 2 mars 2020 à 14h54 par • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Besançon : Ludovic Fagaut réagit au projet de végétalisation de la place de la Révolution

Jeudi 6 octobre, par voie de communiqué de presse, le groupe Besançon Maintenant, par la voix de son président Ludovic Fagaut, s'est exprimé sur la volonté de Ville de Besançon d'engager une réflexion autour de la végétalisation de la place de la Révolution. L'élu bisontin indique avoir déjà émis des propositions de végétalisation à l'été 2021, qui n'ont pas été retenues.

Éclairage public, baisse du chauffage, … que faut-il retenir du plan de sobriété énergétique ?

Ce jeudi 6 octobre, à 17 heures, la Première ministre Élisabeth Borne a pris la parole pour présenter le Plan de sobriété énergétique, qu’elle a annoncé le 23 juin dernier avec Agnès Pannier-Runacher, ministre de la transition énergétique. L’objectif principal : réduire de 40 % sa consommation d’énergie d’ici 2050.

Comment la Ville de Besançon compte-t-elle végétaliser la place de la Révolution ?

C’est l’un des principaux ilots de chaleur du centre-ville de Besançon : la place de la Révolution. De novembre 2022 à mars 2023, une grande concertation invite les riverains et commerçants de cette grande place minérale à s’exprimer pour la végétaliser tout en tenant compte des nombreuses contraintes… 

Travaux publics et coût de l’énergie : la FRTP BFC craint de « grosses difficultés »

La 10e édition du Carrefour des collectivités locales se tiendra les 13 et 14 octobre 2022 à Besançon, à Micropolis. Quelques jours avant cet événement, Vincent Martin, président de la Fédération régionale des travaux publics de Bourgogne-Franche-Comté, a exprimé ses inquiétudes sur l’avenir lors d’un échange avec les élus locaux mardi 4 octobre. 

Incivilités autour de la maison d’arrêt : Besançon maintenant interpelle le ministre de la Justice

Jets de colis, cris, incivilités… Les parvis de la maison d’arrêt de Besançon, située dans le quartier de la Butte, sont le théâtre quasi quotidien de nuisances, ce que déplorent les riverains depuis plusieurs années. Pour porter leurs voies, les élus de Besançon maintenant, dont Ludovic Fagaut, ont écrit au directeur de l’établissement pénitentiaire ainsi qu’au ministre de la Justice fin août dernier.

« France 2030 » : 40 millions d’euros pour accompagner des projets stratégiques en Bourgogne Franche-Comté

Ce lundi 3 octobre, en présence du secrétaire général pour l’investissement en charge de "France 2030", Bruno Bonnell, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Fabien Sudry, et la présidente de Région, Marie-Guite Dufay, ont signé, aux côtés de Bpifrance et de la Banque des Territoires, la convention régionalisée du plan "France 2030", qui mobilise 1 milliard d’euros de fonds publics à l’échelle nationale et 42 millions d’euros pour le territoire de Bourgogne-Franche- Comté, selon un principe de parité : 1€ investi par l’État pour 1€ investi par la Région.

Légalisation du cannabis : les élus de Générations, Social, Ecologie, Démocratie approuvent les propos de la maire

Suite aux déclarations publiques de la maire et de Benoît Cypriani, adjoint en charge de la sécurité, de la lutte contre les incivilités, de la tranquillité publique, sur la dépénalisation du cannabis, les élus du groupe Générations, Social, Ecologie, Démocratie ont souhaité réagir par voie de communiqué de presse signé du président du groupe Kévin Bertagnoli. 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.67
couvert
le 07/10 à 21h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
91 %

Sondage