Augmentation des tarifs Diabolo : le mot "racket" titille le Grand Besançon

Publié le 14/08/2012 - 11:02
Mis à jour le 14/08/2012 - 19:17

Après l’augmentation de 60 % des transports scolaires dans le Grand Besançon à partir de la rentrée, Joel Deleule secrétaire général adjoint de des parents d’élèves (FCPE) n’hésite pas à parler de racket dans les colonnes de l’Est Républicain. Pour le Grand Besançon qui a voté cette augmentation fin juin  « on ne doit pas tout sacrifier à la bonne formule ! Il faut s’attacher au sens des mots ! » La collectivité explique que les tarifs des transports scolaires vont resteront « parmi les plus modestes pratiqués au sein des agglomérations de taille équivalente. »

1294324459.jpg
©dr Ginkobus

Un rien énervé !

PUBLICITÉ

C’est officiel depuis fin juin, les tarifs des transports scolaires  vont augmenter de l’ordre de 60 à 75 % (voir notre article et les tarifs). Diabolo passe de 102,3 à 165 € par an, soit de 9,3 à 15 € par mois. L’abonnement « Diabolo Réduit », à partir du deuxième enfant augmente de 75% en passant de 61 à 110 € par an, c’est-à-dire de 5,7 à 10 € par mois. Pour deux enfants, le prix à l’année passe de 158 à 275 euros. « Du racket » ni plus ni moins estime Joël Deleule, secrétaire général adjoint de la FCPE.

Le mot qui fâche

La formule n’a pas du tout été du goût du Grand Besançon qui déclare dans un communiqué un rien agacé que s’il a augmenté les tarifs « ce n’est pas dans l’intention de racketter qui que ce soit, c’est parce qu’il y avait nécessité ! »

Il explique que la flambée des prix du carburant en 2011 a nécessité une rallonge de 800 000 euros au budget dédié au transport.  Cette hausse n’aurait pas été solutionné sur le vote du Budget primitif 2012. Le Grand Besançon a alors demandé à Transdev, l’exploitant des bus Ginko, de faire des économies par un « effort de gestion supplémentaire ». Il a également modifié les services de plusieurs lignes et a voté une augmentation des tarifs Diabolo « qui bénéficiait du plus gros abattement par rapport au tarif de base ».  

L’Agglomération déclare qu’elle ne souhaite pas laisser filer des déficits, et qu’elle veut  maitriser le niveau de la subvention du budget dédié au transport (10 millions d’euros).

Elle rappelle également qu’en moyenne l’usager, et  encore moins l’ abonné Diabolo, paie moins de 22 % du coût des transports. « L’erreur du Grand Besançon réside sans doute dans une revalorisation trop faible du tarif Diabolo ». Ca va mieux quand c’est dit.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.04
légère pluie
le 21/10 à 12h00
Vent
0.49 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
97 %

Sondage