Avec ou sans rendez-vous, les médecins libéraux répondent présents !

Publié le 19/11/2014 - 14:46
Mis à jour le 19/11/2014 - 14:46

Une enquête inédite réalisée par l'Union régionale des professionnels de santé et des médecins libéraux de Franche-Comté (URPS-ML FC) montre que 99% des généralistes et 90% des spécialistes acceptent des consultations non programmées.

Du jour pour le lendemain

PUBLICITÉ

Par « consultations non programmées », l’Union régionale fait référence aux demandes de rendez-vous par les patients dans un délai d’une demi-journée. Ce qui demande une grande adaptabilité de la preuve des médecins libéraux. Et c’est précisément ce qui se passerait en Franche-Comté comme le révèle cette étude.

Chaque médecin libéral accepterait en effet en moyenne 5,4 demandes de consultations non programmées par jour, soit l’équivalent de 10.000 consultations journalières (et 2 millions de consultations rapportées à l’année). « Contrairement à ce qu’on pense, les urgences n’assurent qu’une infime partie de ces soins non programmés« , indique Pierre Bobey de l’URPS-ML FC qui rappelle que 7500 conseils téléphoniques sont également donnés chaque jour.

Des médecins bien organisés

Les Francs-Comtois peuvent donc se sentir rassurés. Les médecins libéraux répondent bien présents quand il le faut ! Les difficultés parfois rencontrées pour trouver un médecin traitant ou obtenir des consultations n’étant que « des cas particuliers » selon l’URPS-ML FC.

Seulement 1,75 patients par médecin ne seraient pas pris en charge le jour-même. « Ces patients bénéficient alors de conseils, de renvoi vers les confrères ou sont reçus le lendemain », précise Christine Bertin-Belot, présidente de l’URPS-ML FC.

Les différents modes d’organisation mis en place sont également salués. Près d’un médecin sur deux auraient définis des plages horaires spécifiques pour ces soins non programmés, en plus de leurs autres consultations. En outre, près de 5% des médecins généralistes francs-comtois n’exerceraient « que sur du non programmé. »

Pas de « supermarchés de la médecine »

Près de 20% des 1856 médecins libéraux de la région ont répondu à cette enquête, représentant pour un tiers des spécialistes et pour deux tiers des généralistes. Ce sont ces derniers qui assurent le plus de consultations non programmées. Du côté des spécialistes, les pédiatres et les radiologues seraient davantage concernés.

Bien sûr, cette enquête fait écho à l’actualité et au nouveau projet de loi de santé. La présidente de l’URPS-ML FC invite dans ce contexte à s’appuyer davantage sur les professionnels libéraux et sur ce qui existe déjà, sans vouloir faire à tout prix « des supermarchés de la médecine ! »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

La semaine européenne de la vaccination commence le 24 avril 2019 à Besançon

La Semaine européenne de la Vaccination (SEV) se déroule du 24 au 30 avril 2019. Cet évènement constitue un temps fort pour l’ARS Bourgogne-Franche-Comté qui rappelle que "la vaccination est la prévention la plus efficace contre de nombreuses maladies infectieuses". Deux villages Info Vaccination et les premiers seront installés à Besançon le 24 avril et Dijon le 26 avril.

Nouvelle blessure avec une seringue au centre de tri du Sybert à Besançon

L'agent s'est piqué accidentellement ce mardi 2 avril 2019 avec une seringue usagée jetée dans le bac de déchets recyclables. Il s'agit du cinquième incident de ce type depuis le début de l'année. La direction du Sybert, en charge de la gestion et de la valorisation des déchets, rappelle les consignes de tri des déchets de soin.

Danger sur votre brosse à dents : deux tiers des dentifrices contiennent du dioxyde de titane

Un composé chimique présent dans de très nombreux dentifrices pourraient mettre en danger votre santé. C'est ce que dénonce jeudi 28 mars 2019 l'association Agir pour l'environnement. Selon elle, le dioxyde de titane, controversé, car il contient des nanoparticules, est largement présent dans les dentifrices. Elle souhaite que ce produit ne soit plus utilisé dans les dentifrices et les médicaments.

Mars Bleu : comment éviter le cancer colorectal ?

La campagne Mars Bleu pour sensibiliser la population au cancer colorectal (maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du côlon ou du rectum) se poursuit encore pendant quelques jours. Les plus récentes recherches démontrent que l’alimentation et l’activité physique jouent un rôle très important dans la prévention de ce cancer. Voici quelques conseils pour éviter le cancer colorectal…

Lutte contre le cancer à l’EFS de Besançon : un médicament « vivant » pour vaincre la leucémie

C'est une première mondiale. Après cinq années de recherche, les Dr Christophe Ferrand et Dr Marina Deschamps aidés de  leur équipe de l'établissement français du sang Bourgogne Franche-Comté à Besançon ont développé de nouvelles immunothérapies dans le traitement de la leucémie. La création d’une start-up est en réflexion afin de lever deux à quatre millions d’euros.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 9.1
couvert
le 22/04 à 3h00
Vent
0.95 m/s
Pression
1010.602 hPa
Humidité
78 %

Sondage