Avec ou sans rendez-vous, les médecins libéraux répondent présents !

Publié le 19/11/2014 - 14:46
Mis à jour le 19/11/2014 - 14:46

Une enquête inédite réalisée par l’Union régionale des professionnels de santé et des médecins libéraux de Franche-Comté (URPS-ML FC) montre que 99% des généralistes et 90% des spécialistes acceptent des consultations non programmées.

 ©
©

Du jour pour le lendemain

Par "consultations non programmées", l'Union régionale fait référence aux demandes de rendez-vous par les patients dans un délai d'une demi-journée. Ce qui demande une grande adaptabilité de la preuve des médecins libéraux. Et c'est précisément ce qui se passerait en Franche-Comté comme le révèle cette étude.

Chaque médecin libéral accepterait en effet en moyenne 5,4 demandes de consultations non programmées par jour, soit l'équivalent de 10.000 consultations journalières (et 2 millions de consultations rapportées à l'année). "Contrairement à ce qu'on pense, les urgences n’assurent qu’une infime partie de ces soins non programmés", indique Pierre Bobey de l'URPS-ML FC qui rappelle que 7500 conseils téléphoniques sont également donnés chaque jour.

Des médecins bien organisés

Les Francs-Comtois peuvent donc se sentir rassurés. Les médecins libéraux répondent bien présents quand il le faut ! Les difficultés parfois rencontrées pour trouver un médecin traitant ou obtenir des consultations n'étant que "des cas particuliers" selon l'URPS-ML FC.

Seulement 1,75 patients par médecin ne seraient pas pris en charge le jour-même. "Ces patients bénéficient alors de conseils, de renvoi vers les confrères ou sont reçus le lendemain", précise Christine Bertin-Belot, présidente de l'URPS-ML FC.

Les différents modes d'organisation mis en place sont également salués. Près d’un médecin sur deux auraient définis des plages horaires spécifiques pour ces soins non programmés, en plus de leurs autres consultations. En outre, près de 5% des médecins généralistes francs-comtois n’exerceraient "que sur du non programmé."

Pas de "supermarchés de la médecine"

Près de 20% des 1856 médecins libéraux de la région ont répondu à cette enquête, représentant pour un tiers des spécialistes et pour deux tiers des généralistes. Ce sont ces derniers qui assurent le plus de consultations non programmées. Du côté des spécialistes, les pédiatres et les radiologues seraient davantage concernés.

Bien sûr, cette enquête fait écho à l'actualité et au nouveau projet de loi de santé. La présidente de l'URPS-ML FC invite dans ce contexte à s’appuyer davantage sur les professionnels libéraux et sur ce qui existe déjà, sans vouloir faire à tout prix "des supermarchés de la médecine !"

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cigarettes plus chères et interdites : que contient le nouveau plan de lutte contre le tabagisme ?

Nouvelles hausses du prix des cigarettes ou extension des "espaces sans tabac" à la plage, au parc ou près des établissements scolaires : le gouvernement a présenté mardi 28 novembre 2023 un nouveau plan de lutte contre le tabagisme pour "relever le défi d’une génération débarrassée du tabac dès 2032".

La mention "Haute qualité de soins” attribuée au CHU de Besançon

Le CHU de Besançon s’est soumis du 5 au 9 juin 2023 à l’évaluation par la Haute Autorité de Santé (HAS), organisme indépendant, du niveau de qualité et de sécurité des soins qu’il dispense. Tous les objectifs d’un référentiel portant sur le patient, les équipes de soins et l’intégralité de l’établissement ont été passés en revue de manière approfondie par une équipe de neuf experts-visiteurs.

Déserts médicaux : une pétition lancée pour une meilleure accessibilité aux soins

Dans un communiqué du 20 novembre 2023, l’association de consommateurs l’UFC Que choisir du Doubs - Territoire de Belfort, dévoile des chiffres jugés "affolants" sur la désertification médicale qui frappe le département du Doubs, révélée par l’actualisation de la carte de la fracture sanitaire. Une pétition a été lancée.

Une bonne soupe, ça vous tente ?

En sachet ou surgelée ? "Maison" ou en brique ? Les températures chutent, le froid commence à se faire sentir... la soupe fait son retour ! Notre diététicienne bisontine Valentine Caput fait le point sur les bienfaits de la soupe de légumes sur notre santé... à conditon qu'elle remplisse tous les critères.

Désormais, les patients en oncologie au CHU de Besançon peuvent manger ce qu’ils veulent, quand ils veulent…

Dans le cadre de la Semaine nationale de la dénutrition, le CHU de Besançon informe d'une grande nouveauté au sein de l'établissement et plus particulièrement au coeur de son service oncologie. Il s'agit d'une vitrine permettant aux patients de manger quand ils le souhaitent et surtout, ce dont ils ont envie... Objectif : donner plus d'autonomie alimentaire pour prévenir de la dénutrition.

Réserves de sang fragiles en Bourgogne Franche-Comté, l’EFS appelle aux dons

Les vacances scolaires et le jour férié de la Toussaint ont impacté les réserves de produits sanguins qui sont aujourd’hui très fragiles, selon un communiqué de l’Etablissement français du sang de Bourgogne Franche-Comté lundi 6 novembre 2023. Avec un nouveau jour férié le 11 novembre, l’EFS appelle les citoyens à se mobiliser dès cette semaine.

Unité d’accueil pédiatique enfants en danger au CHU de Besançon : déjà 70 enfants accueillis…

L’Unité d’accueil pédiatique enfants en danger (UAPED) du Doubs, ouverte depuis mi-avril 2023, a été inaugurée vendredi 20 octobre au CHU de Besançon en présence de nombreux représentants de l’hôpital, mais aussi de la justice, de l’Etat, du Département du Doubs et de l’association France Victime. Objectif de ce nouveau service : prendre en charge plus vite et plus efficacement les enfants victimes de violences.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.2
nuageux
le 29/11 à 18h00
Vent
1.43 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
88 %