Barbara Romagnan défend la réduction du temps de travail

Publié le 03/03/2015 - 17:01
Mis à jour le 03/03/2015 - 17:01

Dans un communiqué, la députée (PS) du Doubs revient sur les propos tenus par Jean-François Lagarde (UDI) sur France Inter et insiste sur le fait que « la réduction du temps de travail n’a pas ruiné la France. »

 ©
©

Pas d’accord

Interrogé ce mardi 3 mars à la radio, Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et maire de Drancy, a évoqué parmi les solutions à apporter à la crise, un retour aux 39 heures payées 35, sans compensation de salaire, "au motif que la génération qui a connu leur mise en place se serait offert des loisirs."

Pour Barbara Romagnan, il ne s'agit d'une contre-vérité. L'objectif n'étant pas "de s’offrir des loisirs (d’autant que la RTT recouvre un champ bien plus large, en termes de temps familiaux, d’engagements bénévoles, d’aidants familiaux), mais d’absorber les gains réguliers de productivité afin d’éviter le chômage."

Une nécessité économique

Pour la députée du Doubs, "la politique de réduction du temps de travail a des effets sociaux en termes de qualité de vie, - d’ailleurs appréciés des Français -, mais elle est avant tout une nécessité économique."

Le passage au 35h aurait, en outre, permis de créer des emplois selon elle, contrairement à ce qu'avance M. Lagarde. "Entre 1997 et 2002, la France a créé 2 millions d’emplois salariés dans le secteur marchand, tandis que le PIB progressait globalement sur la période de 16 % ; il en résulte une création moyenne de 125 000 emplois par point de PIB."

Quant à la proposition du président de l'UDI voulant que "tout le monde [fasse] le même effort", et doive travailler par conséquent 39 heures payées 35, la députée du Doubs répond que tout le monde ne fait pas le même travail. Elle évoque ainsi la pénibilité de certains secteurs d'activités : "considérer que travailler cinq heures supplémentaires ne constitue pas un effort surhumain constitue une méconnaissance de la diversité des emplois et de leurs conséquences sur la santé."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18
pluie modérée
le 20/06 à 3h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
93 %