Besançon : les avocats contre la réforme financière de l'aide juridictionnelle

Publié le 26/06/2014 - 10:17
Mis à jour le 26/06/2014 - 10:17

Une quarantaine d'avocats du barreau de Besançon se sont réunis sur le parvis du TGI (tribunal de grande instance), ce jeudi 26 juin 2014, pour protester contre la réforme du financement de l'aide juridictionnelle (AJ), qui permet aux justiciables les plus modestes de bénéficier d'une prise en charge des honoraires d'avocat et des frais de justice.

Capturedcran2013121816.50.03.png
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Les avocats bisontins se sont rassemblés à l'appel du Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 60.000 avocats de France, qui avait appelé à un mouvement de "grève nationale totale" dans toute la France ce jeudi 26 juin 2014.

À Besançon, le bâtonnier Roger Masson a pris la parole pour dénoncer une "mesure antiéconomique et absurde" et évoquer ses craintes de voir "disparaître grand nombre de cabinets d'avocats". Les avocats de la capitale comtoise ont demandé que les audiences non urgentes de jeudi soient renvoyées.

Vendredi 27 juin 2014, au lendemain du mouvement, les différentes représentations de la profession se rassembleront à Paris, avec notamment la Conférence des bâtonniers, qui regroupe les responsables des 161 barreaux de France.

La profession réclame la revalorisation de l'AJ et propose notamment de l'abonder par des "financements complémentaires" et la création d’un "fonds d’aide juridique", ainsi qu'un plus grand recours aux assurances.

Le gouvernement veut réformer l'AJ pour lui trouver un "financement pérenne" après la suppression, au nom d'un meilleur accès à la justice, par la ministre Christiane Taubira du droit de timbre de 35 euros pour engager une procédure, qui servait notamment à financer cette aide.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Assises du Doubs : peine alourdie en appel pour un féminicide

Mise à jour à 14h10 • Un chauffeur routier de 58 ans a été condamné dans la nuit de mardi 10 à mercredi 11 décembre 2019 par la cour d'assises d'appel de Besançon à 30 ans de réclusion, dont 20 ans de sûreté, pour avoir tué sa femme puis dissimulé son corps avant d'installer sa maîtresse chez lui.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.1
légère pluie
le 15/12 à 6h00
Vent
6.4 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
79 %

Sondage