Fini la peur des piqûres chez le médecin !

Publié le 27/05/2018 - 07:15
Mis à jour le 28/05/2018 - 09:40

C'est la fin de la peur de l'aiguille : l'entreprise dijonnaise Crossject développe depuis près de 20 ans un système d'auto-injection qui propulse le médicament directement à travers la peau à l'aide de gaz sous pression. Les premiers exemplaires doivent arriver sur le marché en 2020.

aiguille.jpg
Illustration ©CC0 Pixabay
PUBLICITÉ

« On perce comme s’il y avait une aiguille, sauf qu’il n’y a pas d’aiguille« , résume Patrick Alexandre, le PDG de cette entreprise entrée en Bourse en 2014, qui se pose en concurrent des stylos injecteurs à aiguille, utilisés par exemple pour administrer de l’adrénaline en cas de choc allergique.

« Lorsque vous créez un jet de très petit diamètre avec une très grande vitesse, vous pouvez percer une cible, notamment des tissus humains. Dans notre cas de figure, le médicament est contenu dans une capsule, on va le pousser très fort et le forcer à sortir par de tout petits orifices« , décrit M. Alexandre.

Un dispositif à la précision chirurgicale

Le dispositif, nommé Zeneo, tient dans une main. L’injection se fait par simple pression sur la peau en 50 millisecondes, par deux trous de 0,3 millimètres pour les injections sous-cutanées, un seul de 0,4 mm pour une intramusculaire.

L’idée est née en 1998 au sein des laboratoires Fournier, ancien fleuron de l’industrie médicale dijonnaise aujourd’hui disparu, où M. Alexandre était chef de projet. Il a participé à la création de l’entreprise en 2001: « On a démarré à trois pour être aujourd’hui une soixantaine« , indique-t-il.

Pour une utilisation classique

Du traitement des crises d’épilepsie aux overdoses aux opioïdes, en passant par les chocs allergiques ou encore les crises d’asthme sévères : huit médicaments déjà utilisés dans les injections classiques sont en train d’être adaptés. Pour chacun l’entreprise doit demander une nouvelle autorisation de mise sur le marché (AMM) et prouver que le produit est aussi bien administré qu’avec une aiguille.

De belles perspectives d’avenir

Après 20 ans et 80 millions d’euros d’investissements, le groupe ne communique pas « précisément sur les objectifs de chiffre d’affaires« , mais les perspectives données par des analystes financiers nourrissent l’optimisme du patron de la petite entreprise dijonnaise.

« On parle de plusieurs centaines de millions d’euros. Quand vous essayez de projeter Crossject dans l’avenir, l’unité que vous devez avoir en tête c’est plus le milliard d’euros que le million« , affirme Patrick Alexandre.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.29
couvert
le 22/05 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1019.57 hPa
Humidité
96 %

Sondage