MCGP (joaillerie) : 150 nouveaux emplois en cinq ans sur Temis

Publié le 01/01/2019 - 18:03
Mis à jour le 07/01/2019 - 23:46

Le groupe MCGP "se dote d’un nouvel outil de production pour asseoir depuis Besançon, son développement dans la filière Horlogerie Bijouterie Joaillerie Orfèvrerie (HBJO)". Un bâtiment de 7000 m2 sera notamment construit sur la zone de Temis à Besançon. Très discret , MCGP, déjà présent  à Chatllon-le-Duc avec la société Losange, emménagera dès l’été 2019.  

PUBLICITÉ

Quels changements seront apportés à Temis ?

La stratégie industrielle est « fondée sur un fort développement des compétences dans le secteur de la joaillerie (…) avec une création de plus de 150 emplois à cinq ans sur Besançon », nous indique-t-on. Un bâtiment de près de 7000 m2 sera construit rue Syamour à Temis Besançon.

Ce site industriel a « une approche environnementale inédite« , est-il précisé. Il a notamment la certification BREEAM*. Cette dernière traite autant les aspects écologiques que les aspects socio-culturels d’un bien immobilier et se concentre tout particulièrement sur les conséquences globales, locales et internes du bâtiment pendant son cycle de vie.

Cette certification prend en compte de nombreuses dimensions : le management, la santé et le bien-être, l’énergie, le transport, l’eau, les matériaux, les déchets, l’occupation des sols et l’écologie, la pollution.

(* Building Research Establishment Environmental Assessment Method)

Le groupe MCGP

Après avoir repris l’atelier de haute joaillerie parisien Coringer en 2010, la société MCGP a acquis le groupe Losange en 2012… plus connu sur l’agglomération de Besançon, à Chatillon- le-Duc, sous le nom de Franck & Person. Le groupe est l’un des spécialistes de la fabrication en petites et grandes séries de pièces de joaillerie ; il exploite deux sites de production à Besançon (25) et à Moulins (01).

MCGP renforcera ainsi sa position de fabricant de référence sur l’intégralité de la gamme de la joaillerie.

TEMIS, vitrine régionale des « savoir-faire microtechniques »

La technopole, lancée depuis plus de 20 ans à Besançon, connait d’importants développements, toujours fondés sur « l’excellence industrielle dans les domaines des technologies de la précision et de la petite dimension », est-il souligné.

L’aéronautique, le spatial, le biomédical, l’industrie 4.0, le luxe…sont autant de secteurs porteurs pour l’industrie microtechnique régionale.

« Le choix du groupe MCGP-Losange vient conforter celui du Grand Besançon, de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la CCI du Doubs, tous rassemblés au sein de TEMIS pour aménager un parc au service du développement industriel et de l’innovation par les microtechniques », explique Jean-Louis Fousseret, président de TEMIS et du Grand Besançon.

Info +

Sur plus de 2 ha, le nouveau site MCGP participera à la transformation du parc, côté rue de Vesoul, sur l’ancien site des usines LHERITIER où d’autres projets industriels sont également à l’étude. Le chantier a débuté en octobre. MCGP emménagera dès l’été 2019.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.88
ciel dégagé
le 24/03 à 9h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1025.85 hPa
Humidité
87 %

Sondage