Buisson : "ça en dit long" sur la présidence Sarkozy

Publié le 06/03/2014 - 08:46
Mis à jour le 06/03/2014 - 08:46

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a jugé mercredi 5 mars que le fait que Patrick Buisson, qui a enregistré à son insu Nicolas Sarkozy, ait été "le premier conseiller" de l'ex chef de l'Etat, en disait "long" sur la présidence Sarkozy.

Pierre Moscovici ©roman ©
Pierre Moscovici ©roman ©

"M. Buisson était un homme qui ne devait pas avoir sa place au sommet de l'Etat, auprès du chef de l'Etat. L'avoir écouté, en soi, est une faute", a dénoncé le ministre de l'Economie, invité de "Questions d'info" LCP/FranceInfo/AFP/LeMonde. "Qu'il écoute Nicolas Sarkozy, c'est leur problème, même si c'est

parfaitement dégradant, même si c'est honteux, mais qu'il soit là, qu'il soit le premier conseiller, qu'il soit l'homme qui parle à l'oreille des uns et des autres et qui est écouté, ça en dit long sur ce qu'était le système de gouvernement de l'ancien temps", a-t-il jugé.

"On est ébaubi, ébahi, stupéfait que cet homme-là ait été le premier conseiller de l'ancien président de la République", a-t-il déclaré, rappelant ses engagements de "monarchiste pas modéré, maurassien" et pour "la fusion entre la droite et l'extrême-droite""C'était un homme qui était au coeur du dispositif, il était là tous les jours", a martelé le ministre.

Les enregistrements de Patrick Buisson, diffusés par Le Canard enchaîné et Atlantico, portent sur une réunion à l'Elysée et une autre à la Lanterne à Versailles, peu avant le remaniement ministériel qui allait intervenir le 27 février 2011.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.78
ciel dégagé
le 28/02 à 12h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
47 %

Sondage