Alerte Témoin

Cancer et qualité de vie des patients : une priorité au CHU de Besançon

Publié le 12/05/2016 - 13:49
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:52

L'hôpital de Besançon est le premier en France à mettre en place un questionnaire de santé sur la qualité de vie des patients atteints de cancer pour une prise en charge globale et non plus uniquement centrée sur la maladie. À travers un questionnaire sur tablette ou en ligne sur internet, il permet aux médecins de gagner du temps et de mieux adapter les soins. Après une phase de faisabilité menée depuis septembre 2015, le dispositif devrait s'étendre à plusieurs services d'oncologie d'ici fin 2017.

CHU cancer qualité de vie from maCommune.info on Vimeo.

BonnetainMouilletCHUBesanoncancerqolibry.jpg
Pr Franck Bonnetain (en haut) et Dr Guillaume Mouillet © damien poirier

En France, les questionnaires de qualité de vie sont le plus souvent utilisés dans le cadre d'essais cliniques pour tester l'efficacité et les effets de nouvelles thérapeutiques sur le plan physique, psychique ou social. Mais, au quotidien, ils sont peu utilisés par les médecins qui se concentrent le plus souvent sur le traitement du cancer.

Au CHRU de Besançon, Franck Bonnetain, Pr d'épidémiologie et de  bio statistique et responsable du département méthodologie et qualité de vie en oncologie, a décidé la mise en place d'un dispositif via le logiciel CHES permettant de mieux accompagner les patients pour une prise en charge globale et personnalisée. "L'idée est d'instituer un recueil de la qualité de vie des patients  en routine avant chaque consultation médicale qui permettra au médecin de bénéficier d'un suivi des différentes dimensions de qualité de vie du patient à savoir fatigue, santé mentale image corporelle santé physique, etc." précise Franck Bonnetain. "L'objectif est de mieux appréhender les problèmes que le patient peut rencontrer au décours de son traitement à travers l'évolution de sa maladie. Le médecin peut alors mieux appréhender ces aspects qu'il n'avait pas forcément le temps d'aborder au cours d'une consultation… "

Restitution immédiate des résultats au médecin

Ce nouvel outil est actuellement en phase de faisabilité et a été tout d'abord implémenté (projet Gynecol) le 15 septembre 2015 dans le service du Dr Sophie Paget Bailly auprès de 35 patientes atteintes d'un cancer pelvien. Patients et médecins ont visiblement bien accueilli ce dispositif qui en parallèle est également mené via le projet "Qolibry" mené par Ikram Essaad en collaboration avec les oncologues et notamment le Dr Guillaume Mouillet. Trois localisations ont été retenues : le sein, le côlon-rectum et le poumon. Tous les nouveaux patents sont invités à répondre à un questionnaire spécifique via un site internet sécurisé ou directement sur place. Près de 150 patients bénéficient de ce nouveau protocole.   

Le projet Quolibry a reçu le premier prix du challenge  e-pocrate, un concours autour de l'innovation e ligne autour de la relation patient  - professionnel de santé en lien avec les nouvelles technologies. Prochainement, le projet Quanarie au sein du CHRU et de l'inter région Grand est inclura les patients atteints d'un cancer du rein métastatique. "Ce type d'approche permet d'améliorer la qualité de vie du patient, mais aussi sa satisfaction vis-à-vis des soins. Et une étude récente de 2016 publiée aux États-Unis montre que cela améliore aussi la durée de vie si le patient est métastatique" conclut le Pr BonnetainÀ terme, d'ici fin 2017, l'objectif est de généraliser ce type de questionnaires à tous les patients du CHRU de Besançon atteints d'un cancer. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les jeunes pointés du doigt dans l’épidémie de Covid : le message du préfet du Doubs

En septembre, mois de rentrée universitaire et du retour des soirées étudiantes, les jeunes ont été pointés du doigt et jugés comme co-responsables de l'augmentation de cas positifs à la Covid-19 à Besançon comme dans de nombreuses villes de France. Le préfet du Doubs Joël Mathurin a un message pour eux…

Rassemblements amicaux et familiaux : les conseils du préfet du Doubs

COVID-19 • Depuis lundi 28 septembre 2020, les rassemblements privés de plus de 30 personnes sont interdits, ce qui n'empêche pas les petits repas en famille et les apéros entre amis qui peuvent eux aussi être des sources de propagation de la Covid-19. Entre "bulles sociales" et rencontres rares avec des personnes, le préfet du Doubs donne ses conseils. Il évoque également la présence des personnes fragiles en réunion familiale…

Doubs : rassemblements de plus de 30 personnes interdits à partir de ce lundi

Suite aux annonces du ministre de la Santé Olivier Véran jeudi 24 septembre, le préfet du Doubs Joël Mathurin publie un nouveau décret ce lundi 28 septembre 2020 interdisant notamment les rassemblements de plus de 30 personnes dans le cercle privé. Le port du masque devient obligatoire dans les centres-ville de six communes supplémentaires du département.

Besançon : un nouveau centre de dépistage « Covid-19 » en drive pour les patients prioritaires

La préfecture du Doubs, l’Agence Régionale de Santé, Grand Besançon Métropole et la ville de Besançon ont travaillé en lien avec les laboratoires LPA et CBM25 pour proposer depuis mercredi un centre de dépistage rue du Docteur Mouras pour les bisontins et grands bisontins. Le site est ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h et le samedi de 8h à 16h.

 

Coronavirus : le nombre d’hospitalisations augmente « très nettement » Bourgogne Franche-Comté

Point sanitaire • En Bourgogne Franche-Comté le taux d'incidence avoisine les 60 cas pour 100.000 habitants. Seuls les départements du Jura et de la Haute-Saône restent en dessous du seuil d’alerte. En moyenne, dix nouvelles hospitalisations sont enregistrés par jour dans la région et 550 regroupements de cas restent en cours d’investigation, de traitement ou de suivi, dont 17 clusters.

Coronavirus : cinq des huit départements de Bourgogne Franche-Comté en « rose »

Zone d'alerte • Le ministre de la Santé Olivier Véran a présenté mercredi 23 septembre 2020  les nouveaux niveaux d'alerte selon la situation sanitaire à l'échelle des départements. En Bourgogne Franche-Comté, la Côte d'Or, le Doubs, le Territoire de Belfort, la Nièvre et la Saône-et-Loire sont en simple "alerte". Le Jura, la Haute-Saône et l'Yonne restent en "gris" sans alerte particulière.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.23
peu nuageux
le 30/09 à 21h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
95 %

Sondage