Cédric Perrin sur les festivals en 2024 : "Gérald Darmanin nous oblige à faire le choix entre nos fêtes !"

Publié le 29/11/2022 - 15:42
Mis à jour le 29/11/2022 - 15:38

À l’occasion des questions orales, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort, a interrogé le gouvernement sur l'organisation des festivals en 2024, alors que Paris accueillera les Jeux olympiques et paralympiques d’été.

Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. © DR
Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort. © DR

"Les propos tenus fin octobre au Sénat par Gérald Darmanin ont consterné les responsables de 1 festivals, mais pas seulement. Je suis également abasourdi par la radicalité des déclarations du ministre de l’Intérieur, qui nous oblige en définitive à faire le choix entre nos fêtes !" a témoigné le sénateur dans l’hémicycle, faisant allusion au risque d’annulations et de reports des festivals.

"Une fois de plus, après la polémique de la circulaire Collomb, la culture paye, dans tous les sens du terme, pour des questions de sécurité. Sauf qu’en l’espèce, ce n’est pas pour la sienne...! Le plus choquant réside surtout dans la méthode : on annonce des annulations sans même prendre la peine de consulter les acteurs concernés. Cette hyper-centralisation et cette verticalité sont source de tensions et de fractures au sein de la population" a déploré Cédric Perrin, regrettant que le temps d’échange récemment organisé par la ministre de la Culture n’ait apporté "aucune réponse, ni solution aux représentants des festivals".

Dans sa réponse, la ministre Sarah El Haïry a rappelé qu’une étude "au cas par cas" était demandé aux préfets. "Démarche malheureusement tardive et insuffisante" selon le sénateur, qui "doute sur la capacité de la ministre de la Culture à renverser la situation". 

Il a enfin rappelé le rôle économique de ces manifestations dans les territoires ; "13 millions d’euros pour ce qui concerne le festival des Eurockéennes".

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.99
partiellement nuageux
le 12/04 à 15h00
Vent
2.32 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
51 %