César 2023 : "La nuit du 12" sacré meilleur film

Publié le 25/02/2023 - 08:36
Mis à jour le 25/02/2023 - 07:16

"La Nuit du 12", qui raconte l'enquête impossible sur un féminicide, a triomphé aux 48e César ce vendredi 24 février à Paris, envoyant un message féministe dans une soirée où les réalisatrices n'étaient présentes que dans les discours. Le long-métrage a remporté six prix, dont un rare doublé : César du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Dominik Moll.

La Nuit du 12, réalisé par Dominik Moll, césarisé vendredi 24 février. © DR
La Nuit du 12, réalisé par Dominik Moll, césarisé vendredi 24 février. © DR

Bastien Bouillon et Bouli Lanners ont reçu le prix du meilleur espoir masculin et du meilleur acteur dans un second rôle, pour leur interprétation d'un duo d'enquêteurs de la PJ qui tentent d'élucider l'assassinat d'une jeune fille, sans témoins.

Inspiré d'un fait divers, La Nuit du 12 livre une galerie de suspects qui ne se rendent même pas compte de la misogynie de leurs propos, et s'attaque aussi au machisme dans la police. Dominik Moll, en remportant sa deuxième statuette de réalisateur, 22 ans après Harry un ami qui vous veut du bien, a eu "une pensée pour la vraie Clara, la vraie victime de l'affaire qui a donné lieu au film. Elle s'appelait Maud".

Il a rendu hommage au public français "qui a une appétence pour les films qui sortent des sentiers battus" : son long-métrage a bénéficié d'un solide bouche à oreille et rassemblé 509.000 spectateurs.

Surtout, le couronnement de "La nuit du 12" envoie un message bienvenu.

"Les cinéastes devaient s'emparer du récit" sur les violences faites aux femmes, a lancé l'une des productrices du film, Caroline Benjo. "Vive les femmes et vive les hommes qui rejoignent leur combat", a-t-elle ajouté dans un discours fort, écouté larmes aux yeux par l'actrice Judith Chemla, qui a dénoncé publiquement les violences domestiques qu'elle a subies.

"Elles me manquent"

Ce signal était d'autant plus attendu que les nominations avaient encore plus que les années précédentes laissé les réalisatrices de côté : aucune nommée pour la meilleure réalisation, une seule pour le meilleur film (Valéria Bruni Tedeschi).

Plusieurs lauréates ont profité de leurs remerciements pour les sortir de l'oubli. Comme Virginie Efira, César de la meilleure actrice pour Revoir Paris, qui a souhaité dédier ce prix à sa réalisatrice Alice Winocour, et "l'étendre" à d'autres, dont Rebecca Zlotowski (Les enfants des autres, absente des nominations).

"On ne sera ni de passage, ni un effet de mode !", a promis la cinéaste Alice Diop, César du meilleur premier film pour "Saint Omer".

Tonie Marshall reste à ce jour la seule femme à avoir reçu un César du meilleur réalisateur avec Venus Beauté (institut) (2000).

Noémie Merlant a eu une pensée pour toutes celles "qui aurait dû être célébrées". "Elles me manquent" a déclaré l'actrice, César du meilleur second rôle féminin pour L'Innocent.

Ce film de Louis Garrel, qui était favori avec 11 nominations, est le grand perdant de la soirée, avec un seul autre trophée, pour son scénario.

Côté interprète masculin, Benoît Magimel a vécu "un moment assez fou" en remportant pour la deuxième année d'affilée le César du meilleur acteur, avec Pacifiction - Tourment sur les îles. Du jamais vu.

Brad Pitt en surprise

Dans une toute autre catégorie, la star américaine Brad Pitt a fait une apparition surprise pour remettre un César d'honneur à l'un des cinéastes qui a forgé son jeu, David Fincher ("Seven", "Fight Club"..).

"Je salue la culture du cinéma français, votre engagement pour un cinéma qui reflète ce que nous sommes de plus petit et de plus simple, et pas seulement nos aspirations héroïques quand on a enfilé des collants", a lâché Fincher.

Les César n'ont pas oublié l'Ukraine, évoquée par Louis Garrel (ce pays "vit une tragédie depuis un an maintenant à cause de cette guerre folle et criminelle"), ni l'Iran, par Golshifteh Farahani ("Choisissez ce régime ou nous, le peuple iranien").

Une séquences des César pas diffusée

Une activiste pour le climat, soutenant le collectif Dernière rénovation et arborant un T-shirt "We have 761 days left" (il nous reste 761 jours) a brièvement interrompu le début de la cérémonie, avant d'être sortie. Cette séquence n'a pas été diffusée sur Canal+, diffuseur des César.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Un nouvel EP live pour le groupe Dead Chic

Vendredi 23 février 2024 le groupe franc-comtois Dead Chic sort un EP live de 8 titres au format digital. Enregistré lors de leur concert du 27 octobre 2023 au Boeuf sur le Toit, "The Venus Ballroom Live" propose une immersion dans ce qui fait l’ADN du groupe, la scène live.

The Prodigy, Royal Blood, David Guetta… La programmation complète des Eurockéennes dévoilée

Après l’annonce des premiers noms en décembre dernier, les Eurockéennes de Belfort viennent de lever le voile sur la programmation complète de l’édition 2024 qui aura lieu du 4 au 7 juillet sur la presqu’île du Malsaucy. En plus des David Guetta, Lenny Kravitz, Gazo et autres viennent s’ajouter de belles surprises telles que Prodigy ou encore Royal Blood. 

Le Bo district festival s’invite dans le pays de Montbéliard

En 2024, le pays de Montbéliard agglomération et ses 73 communes sont au centre du projet Capitale française de la culture. Pour l’occasion, le Moloco propose un tout nouveau festival : Bo district. Du 9 au 14 avril 2024, une vingtaine de concerts, de tous genres musicaux (électro, pop, rock, indie, rap…) ainsi que des ateliers culturels seront proposés au grand public dans différentes villes du territoire.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Disparition du chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa : une illustre carrière commencée à Besançon

Le chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa est décédé le 6 février dernier à l'âge de 88 ans. En 1959, il avait remporté, à tout juste 24 ans, le premier prix du Concours international de Besançon... Le début d’une remarquable carrière internationale.

Goodiiz, la boutique pop aux mille univers du centre-ville de Besançon

Irving, grand adepte de cinéma et de pop culture, a décidé de faire de sa passion, son métier. Dans une ambiance colorée aux mille univers, il a ouvert en juillet 2023 sa boutique Goodiiz dans le centre-ville de Besançon, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention des collectionneurs, mais aussi des simples curieux qui passent par là.

Le Fica fête ses 30 ans ce samedi Vesoul

Depuis le 6 février 2024, le festival international des cinémas d’Asie de Vesoul propose de nombreuses projections et compétitions. Samedi, une cérémonie est organisée à 20h30 avec la projection en compétition de The Snow Leopard le dernier film de Pema Tseden, réalisateur tibétain 2 fois lauréat du Cyclo d’or à Vesou.  Le tout sera suivi avec un lâcher de lanternes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.88
pluie modérée
le 22/02 à 0h00
Vent
8.66 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
78 %