Chasse aux loups : l'arrêté du gouvernement indigne les associations

Publié le 31/07/2019 - 15:25
Mis à jour le 31/07/2019 - 15:55

L’arrêté est entré en vigueur le 26 juillet 2019 et porte sur les dérogations aux interdictions de destruction pouvant être accordées par les préfets concernant le loup… Les associations de protection de l’espèce s’insurgent et rappellent une « opinion publique défavorable ». En mars dernier, un loup avait été aperçu à Bians-les-Usiers.

Illustration loup © Pixabay
Illustration loup © Pixabay

"À l’heure des grands discours en faveur de la biodiversité, c’est une trahison honteuse et scandaleuse", expliquent les organisations ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages), la SNPN (Société nationale de protection de la nature ), la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux), Agir pour l'environnement et FERU (association nationale de protection et de conservation de l'ours du loup et lynx).

Un an après la publication du plan loup 2018-2023 qui a été "rejeté par les scientifiques et les citoyens", rappellent les organisations, les pouvoirs publics "empirent les tensions en inventant de nouvelles mesures anti-loup". Ce que dénoncent les organisations ? "Cercle zéro, Zone Non Protégeable, tirs mixtes et surtout hausse du prélèvement de loups (de 12 à 19 %). Cette hausse conséquente du plafond de tirs cache l’échec cuisant de la politique, non pas de protection des troupeaux, mais de tirs. Mais l’État français persiste dans cette posture".

Des mesures "inefficaces", selon les associations

Ces dispositions sont connues pour "être inefficaces, dangereuses pour la survie du loup en France et les scientifiques mettent en garde", soulignent-ils en citant l'expertise collective 2017 et réponse à la saisine tirs de loups février 2019 du Muséum National d’Histoire Naturelle et de l’ONCFS, avis défavorable du CNPN, avis du Conseil scientifique, études internationales).

Ce qui est demandé par les organisations :

  • "De procéder à une évaluation rapide et partagée de l’impact des tirs déjà effectués depuis de nombreuses années sur la prévention des attaques comme annoncé dans le Plan national loup (PNL) et comme demandé par nos associations depuis plusieurs années.
  • De développer une véritable ingénierie de protection s’appuyant non seulement sur le triptyque (berger / chiens de protection / parc de contention) mais aussi sur l’expérimentation de nouveaux moyens d’effarouchement et de protection (Fox light, Fladries, etc.)
  • La mise en place, dès l’été 2019, d’une conditionnalité effective des indemnisations des dommages, comme aussi annoncé dans le PNL, avec contrôle de la mise en œuvre des moyens de protection.
  • L’abandon du concept de non-protégeabilité des troupeaux et de la gestion différenciée des tirs sur les fronts de colonisation.
  • L’Engagement formel de l’État d’un portage politique par le gouvernement du statut de protection du loup en respect de nos engagements internationaux.
  • D’abandonner complètement cette régulation acharnée et ces tirs de loups inutiles".

Cet arrêté et ses nouvelles mesures sont "en contradiction avec le droit communautaire et national. Nous allons immédiatement porter un recours au conseil d’État", est-il précisé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.73
légère pluie
le 24/05 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
89 %