Alerte Témoin

Choix majoritaire des "Insoumis" pour abstention ou vote blanc: une "erreur" pour Le Foll

Publié le 03/05/2017 - 09:00
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:22

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a fait part, ce mardi 2 mai 2017 à Dijon, de son "incompréhension" face au choix des "Insoumis" de préférer largement l'abstention ou le vote blanc à un vote en faveur d'Emmanuel Macron, y voyant une "erreur".

capture_decran_2017-05-03_a_09.43.39.png
©Twitter Jean-Christophe Cambadélis

"Je réagis avec incompréhension. La gauche, traditionnellement, a toujours été dans ce combat (...) contre le Front national. On est au deuxième tour d'une présidentielle, il y a un choix qui s'impose, celui qui consiste à défendre les valeurs de la République (...) Moi, je considère aujourd'hui que c'est une erreur que de faire ce choix-là", a déclaré M. Le Foll à la presse, quelques minutes avant l'ouverture d'un meeting de soutien à Emmanuel Macron avec Bernard Cazeneuve.

Pour Le Foll, il y a "dans le projet Front national des remises en cause profondes des valeurs de la République"

"Le choix, il doit être d'abord la France, la République dans l'Europe", a souligné M. Le Foll, jugeant qu'il y a "dans le projet du Front national des remises en cause profondes des valeurs de la République, (...) la remise en cause de la construction européenne (...) la sortie de l'euro, sur les questions d'immigration et de sécurité, des positions parfaitement inacceptables".

"Il y a un deuxième tour, il n'est pas encore joué et il faut qu'on soit mobilisé. C'est pourquoi on a souhaité se réunir ce soir à Dijon", a encore expliqué M. Le Foll. "Un vote ca se mérite (...) un vote ça se conquiert, rien n'est joué, rien n'est jamais joué en démocratie", lui a fait écho M. Rebsamen à ses côtés.

"On ne peut pas être neutre"

Arrivé quelques minutes après MM. Le Foll et Rebsamen, le Premier ministre a expliqué à la presse qu'il y "avait des moments historiques particuliers, où il faut savoir prendre ses responsabilités". "Donc moi je m'engage de toutes mes forces, avec le premier secrétaire du Parti socialiste, avec l'ensemble des socialistes, avec les membres du gouvernement, pour que Marine Le Pen ne soit pas élue et pour cela il faut appeler à voter sans la moindre ambiguïté pour Emmanuel Macron", a-t-il poursuivi.

Jean-Christophe Cambadélis a de son côté souligné que "la situation n'est pas facile", alors que "les dernier sondages" marquent "une montée de Marine Le Pen", et que les Insoumis ont pris position en faveur du vote blanc ou de l'abstention.

"Tout ça ne fait pas un climat propice à la mobilisation. Or il faut se mobiliser. Car évidemment Marine Le Pen peut l'emporter. Et en même temps si elle était battue, ça n'est pas la même chose d'être battue à 38 ou à 42%. Je fais remarquer que son père faisait 18% (...) Il se passe quelque chose. On ne peut pas être neutre, regarder, commenter, apprécier, soupeser, il faut se mobiliser", a-t-il mis en garde.

Environ 500 personnes participent à ce meeting organisé à l'initiative du PS à cinq jours du second tour de la présidentielle.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     13.57
    ciel dégagé
    le 22/09 à 3h00
    Vent
    1.15 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    86 %

    Sondage