Choix majoritaire des "Insoumis" pour abstention ou vote blanc: une "erreur" pour Le Foll

Publié le 03/05/2017 - 09:00
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:22

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a fait part, ce mardi 2 mai 2017 à Dijon, de son "incompréhension" face au choix des "Insoumis" de préférer largement l'abstention ou le vote blanc à un vote en faveur d'Emmanuel Macron, y voyant une "erreur".

capture_decran_2017-05-03_a_09.43.39.png
©Twitter Jean-Christophe Cambadélis
PUBLICITÉ

« Je réagis avec incompréhension. La gauche, traditionnellement, a toujours été dans ce combat (…) contre le Front national. On est au deuxième tour d’une présidentielle, il y a un choix qui s’impose, celui qui consiste à défendre les valeurs de la République (…) Moi, je considère aujourd’hui que c’est une erreur que de faire ce choix-là », a déclaré M. Le Foll à la presse, quelques minutes avant l’ouverture d’un meeting de soutien à Emmanuel Macron avec Bernard Cazeneuve.

Pour Le Foll, il y a « dans le projet Front national des remises en cause profondes des valeurs de la République »

« Le choix, il doit être d’abord la France, la République dans l’Europe », a souligné M. Le Foll, jugeant qu’il y a « dans le projet du Front national des remises en cause profondes des valeurs de la République, (…) la remise en cause de la construction européenne (…) la sortie de l’euro, sur les questions d’immigration et de sécurité, des positions parfaitement inacceptables ».

« Il y a un deuxième tour, il n’est pas encore joué et il faut qu’on soit mobilisé. C’est pourquoi on a souhaité se réunir ce soir à Dijon », a encore expliqué M. Le Foll. « Un vote ca se mérite (…) un vote ça se conquiert, rien n’est joué, rien n’est jamais joué en démocratie », lui a fait écho M. Rebsamen à ses côtés.

« On ne peut pas être neutre »

Arrivé quelques minutes après MM. Le Foll et Rebsamen, le Premier ministre a expliqué à la presse qu’il y « avait des moments historiques particuliers, où il faut savoir prendre ses responsabilités ». « Donc moi je m’engage de toutes mes forces, avec le premier secrétaire du Parti socialiste, avec l’ensemble des socialistes, avec les membres du gouvernement, pour que Marine Le Pen ne soit pas élue et pour cela il faut appeler à voter sans la moindre ambiguïté pour Emmanuel Macron », a-t-il poursuivi.

Jean-Christophe Cambadélis a de son côté souligné que « la situation n’est pas facile », alors que « les dernier sondages » marquent « une montée de Marine Le Pen », et que les Insoumis ont pris position en faveur du vote blanc ou de l’abstention.

« Tout ça ne fait pas un climat propice à la mobilisation. Or il faut se mobiliser. Car évidemment Marine Le Pen peut l’emporter. Et en même temps si elle était battue, ça n’est pas la même chose d’être battue à 38 ou à 42%. Je fais remarquer que son père faisait 18% (…) Il se passe quelque chose. On ne peut pas être neutre, regarder, commenter, apprécier, soupeser, il faut se mobiliser », a-t-il mis en garde.

Environ 500 personnes participent à ce meeting organisé à l’initiative du PS à cinq jours du second tour de la présidentielle.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.25
ciel dégagé
le 20/09 à 9h00
Vent
7.12 m/s
Pression
1023.9 hPa
Humidité
46 %

Sondage