CLS Bellevaux : le syndicat UNSA Santé Sociaux répond à son tour

Publié le 21/08/2016 - 16:25
Mis à jour le 22/08/2016 - 09:22

L’UNSA Santé Sociaux du CLS Bellevaux a souhaité à son tour réagir suite à un article précédent du 18 août 2016 au sujet de la note de service diffusée par la direction sur l’absentéisme au sein du CLS Bellevaux. Dans un communiqué de presse, le syndicat tient en mettre en avant et faire comprendre d’abord pourquoi autant d’absentéisme.

 ©
©

L’UNSA Santé Sociaux, Syndicat Majoritaire au sein du CLS Bellevaux, tient à préciser que le CLS n’est pas qu’un seul EHPAD mais qu’il est composé de différents services : "toutes ces personnes contribuent au mieux à accompagner les personnes âgées à la fin de leur vie, sans eux, cette fin de parcours de vie pour les résidents/patients, ne serait pas possible" explique t-il dans un communiqué. 

Le syndicat précise aussi à son tour que le syndicat SUD n’est pas représenté au sein de l’établissement et répond à leur communiqué :"La Direction au cours des nombreuses instances, a félicité, remercié et souligné l’engagement des personnels de l’établissement. Un contrat local d’amélioration sur les conditions de travail va être signé en collaboration avec l’Agence régionale de santé pour prévenir et lutter contre les troubles musculo-squelettiques". 

Un personnel fatigué

D’après l’UUNSA Sociaux, il y a moins de salariés disponibles et formés. De ce fait, il explique que cela engendre une augmentation des tâches pour le personnel présent. De plus, embaucher de nouveaux salariés est, d’après le syndicat, chose délicate car il n’y a "pas de disponibilité du personnel pour les accueillir et les former avec pour conséquence un départ de ces nouveaux embauchés" explique t il. Le communiqué ajoute que le CLS Bellevaux se voit obligé de développer des "stratégies de compensation".

"Lorsque le mode optimisé est déclenché, les agents se dépêchent, ce qui entraine :

  • une augmentation de la charge physique,
  • la rupture du travail en binôme,
  • la priorisation ou la suppression de certaines tâches,
  • les salariés ne disposent plus du temps nécessaire pour utiliser le matériel à disposition (augmentation de la charge physique)".

Le communiqué explique aussi que les horaires ont été modifiés. L’horaire coupé a été mis en place et c’est durant celui ci que les tâches les plus lourdes sont réalisées comme l’aide au repas le matin, les soins de "nursing"... Le soir, il s’agit d’accompagner aux toilettes, de distribuer et aider aux repas, installer les patients pour la nuit et aussi quelques soins de "nursing".

D’après le syndicat, tous ces facteurs combinés fatiguent le personnel soignant : "Le syndicat UNSA Santé Sociaux a demandé lors d’un CHSCT de ne plus rappeler les agents sur leur temps de repos. La Direction a pris la décision de ne plus rappeler dans un premier temps les agents en repos. Les absences imprévues (être malade arrive à tout le monde) déclenchent le mode optimisé, qui est effectivement récurant au sein de l’établissement".

Pour finir, l’UNSA Santé Sociaux du CLS BELLEVAUX rappelle que les syndicats sont présents dans l’intérêt des professionnels. C’est pour cette raison qu’il  n’a pas souhaité "polémiquer dans les médias mais a fait part de son point vue à la direction".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.52
légère pluie
le 27/05 à 9h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
88 %