Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone ?

Publié le 31/12/2015 - 15:31
Mis à jour le 31/12/2015 - 16:10

Chaque année, les intoxications au monoxyde de carbone figurent parmi les causes les plus graves de mortalité durant la saison hivernale. Raphaël Bartolt, préfet du Doubs et de la région Franche-Comté, souhaite rappeler les mesures simples à respecter pour éviter ces intoxications au monoxyde de carbone

monoxydecarbone.jpg
monoxydecarbone.jpg
PUBLICITÉ

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz invisible, inodore, et non irritant qui résulte d’une combustion incomplète du bois, de butane, de charbon, d’essence, de fuel, de gaz naturel, de pétrole ou de propane. L’utilisation d’appareils à combustion mal entretenus ou utilisés dans de mauvaises conditions présente un risque d’intoxication.

34 personnes décédées

En effet selon l’Institut de veille sanitaire (InVS) entre septembre 2014 et mars 2015, 3456 personnes ont été exposées aux émanations de gaz et 34 en sont décédées.

Il existe deux types d’intoxication :

  • l’intoxication faible dite « chronique » qui se manifeste par des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, de la fatigue. L’intoxication est lente et les symptômes peuvent ne pas se manifester immédiatement.
  • l’intoxication aiguë, rapide, qui entraîne des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, des troubles du comportement, voire coma ou le décès.

Qu’arrive-t-il ensuite ?

Les séquelles peuvent être très graves telles que des migraines chroniques, des dépendances neurologiques invalidantes (troubles de la coordination motrice, paralysies de toutes formes). 

Pour prévenir, des gestes élémentaires à suivre

Pour éviter ces risques d’intoxication, quelques gestes élémentaires peuvent être adoptés et mis en pratique tout au long de l’année sur les différents appareils à combustion (chaudières, cheminées, chauffe-eau, groupes électrogènes etc….) dans l’habitat :

  • Faire vérifier et entretenir chaque année les installations par un professionnel 
  • Faire effectuer un ramonage mécanique de vos conduits et cheminées au moins une fois par an
  • Bien ventiler et aérer le logement, même en hiver
  • Ne jamais boucher les entrées d’air
  • Respecter les consignes d’utilisation des appareils à combustion
  • Ne pas utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage
  • Ne pas utiliser des chauffages d’appoint en continu
  • Ne jamais utiliser en intérieur un groupe électrogène

Que faire en cas d’accident ?

  • Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • Arrêter si possible les appareils à combustion
  • Evacuer les locaux et vider les lieux de leurs occupants
  • Appeler les secours : le numéro unique d’urgence européen (112) ou les pompiers (18) ou le SAMU (15)
  • Ne réintégrer les locaux qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Color Life, ce dimanche à Besançon

La Color Life, ce dimanche à Besançon

Organisée conjointement depuis 2014 par les étudiants de l’école de commerce Imea et le Comité du Doubs de la ligue contre le cancer, la Color life revient pour une sixième édition le dimanche 26 mai 2019 dès 13 h au parc de la Gare d’eau de Besançon.  

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.27
légère pluie
le 27/05 à 6h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1013.58 hPa
Humidité
96 %

Sondage