Congrès des maires de France : Macron défend pied à pied ses projets pour les collectivités

Publié le 24/11/2017 - 09:58
Mis à jour le 24/11/2017 - 09:59

Ferme malgré quelques huées, Emmanuel Macron a présenté, lors du Congrès des maires de France à Paris jeudi 23 novembre 2017, devant plusieurs milliers de maires inquiets, ses projets pour les collectivités locales, dont une refonte des impôts locaux, sans rien lâcher sur les économies qu’il leur demande.

© damien poirier  ©
© damien poirier ©

Arrivé sous quelques sifflets, le chef de l'Etat a conclu son plaidoyer d'une heure et quart devant un auditoire finalement amadoué. Comme il le demandait à ses partisans durant sa campagne, il a enjoint aux maires, rétifs à la suppression de la taxe d'habitation et aux économies demandées aux collectivités, de ne pas le siffler. "Les sifflets ne m'ont jamais beaucoup étourdi", a-t-il rétorqué, "je n'ai pas peur d'affronter une grogne lorsque l'action publique l'exige".

La suppression de la taxe d'habitation n'est que le premier acte...

Principale annonce : le chef de l'Etat a souhaité pour 2020 la "mise en oeuvre (d')une refonte profonde de la fiscalité locale et notamment communale". La suppression en trois ans de la taxe d'habitation pour 80% des Français "n'est que le premier acte d'une réforme ambitieuse des finances locales", a-t-il promis. Il a même laissé entendre que cette taxe pourrait disparaître à terme car si cet impôt "n'est pas bon pour 80% des ménages, il y a peu de chances qu'il soit bon pour les 20% restants". "Je veux garantir pleinement votre autonomie financière et fiscale", a ajouté M. Macron, répondant à une priorité des élus locaux. 

Le chef de l'Etat est en revanche resté intransigeant sur l'objectif de limiter à 1,2% par an la hausse des dépenses de fonctionnement des collectivités, tout en annonçant que cet impératif serait modulé en fonction de la situation économique et budgétaire locale. "Notre pays aime la finance magique où on peut baisser les impôts sans que la dépense publique ne baisse", a-t-il fait valoir, en réponse à quelques mouvements d'humeur.

"J'ai besoin de vous"

"J'ai besoin de vous", a lancé celui qui n'a jamais été maire pour apaiser des élus en mal de reconnaissance, "parce que le pays ne réussira que parce que partout sur les territoires, il y a les engagés que vous êtes". "Ce que je vais vous dire n'a pas toujours vocation (...) à vous contenter", mais a vocation "en tous cas à être appliqué", a-t-il néanmoins prévenu en préambule. 

Le président de l'Association des maires de France (AMF), François Baroin, avait auparavant vivement critiqué les mesures d'encadrement des dépenses et des emprunts des collectivités prévues par l'exécutif. 

"Contrats léonins"

Tout en ménageant globalement le chef de l'Etat, les maires sont très remontés contre les décisions prises depuis l'été qui ont un impact sur les finances et le fonctionnement des communes. L'objectif de 13 milliards d'euros d'économies de leurs dépenses sur cinq ans cristallise leur mécontentement, ainsi que la baisse des aides au logement, la diminution des emplois aidés et l'exonération pour 80% des foyers de la taxe d'habitation, compensée par l'Etat. Pour apaiser les maires, le chef de l'Etat a en outre promis de ne pas toucher à la carte territoriale ni de "forcer aux regroupements de communes". 

Emmanuel Macron a également annoncé une réforme de la fonction publique territoriale et la création d'une "agence de la cohésion des territoires" pour accompagner les projets locaux. Autre nouveauté, une réforme constitutionnelle qui permettra un droit à l'expérimentation des collectivités, sans nécessairement une extension nationale, et la possibilité d'adapter les normes aux situations locales. 

Il prévoit enfin une "conférence du consensus" sur le logement début décembre, qui préparera la loi logement de 2018, avec des mesures encourageant la construction tout en réduisant les aides au logement. 

L'exécutif entend à présent des 300 plus importantes collectivités (régions, départements, grandes villes…) qu'elles signent un "contrat" sur la maîtrise de leurs dépenses. François Baroin a dénoncé des contrats "léonins" qui n'en sont pas vraiment, car "obligatoires et assortis de sanctions". 

Dans la résolution finale de leur 100e congrès, les maires maintiennent leur menace de "suspendre leur participation à la conférence nationale des territoires", prévue mi-décembre, si leurs revendications n'étaient pas prises en compte. L'AMF se réserve également la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel pour défendre leur autonomie financière.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.31
nuageux
le 28/05 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
85 %