Conseil régional: Alain Joyandet veut "travailler ensemble" puis s'en va

Publié le 25/06/2010 - 17:13
Mis à jour le 25/06/2010 - 17:13

Le secrétaire d’Etat a mis en cause le fonctionnement « autocratique » de l’assemblée régionale tout en s’abstenant de participer aux débats.

 ©
©
 
 
Après une pensée appuyée à l'intention des habitants du Pays de Montbéliard victimes de la grêle, -"nous sommes touchés à travers nos lycées"- , la présidente PS du conseil régional a ouvert ce matin à Besançon la troisième session de la collectivité régionale sur "une grosse inquiétude". "Quelle dynamique pourrons nous mettre en oeuvre sans levier pouvant actionner des recettes ?", s'est interrogée Marie-Guite Dufay en évoquant les 114 M€ de rentrées fiscales de 2009 qui ne seront plus au rendez-vous avec la nouvelle donne "imposée" aux collectivités.

Etant persuadée que la Franche-Comté sera perdante "au jeu de la péréquation" et que l'Etat ne compensera pas ce manque à gagner, la présidente a avoué être "dans le brouillard". "On lève donc le pied en faisant preuve de la plus extrême prudence", a-t-elle poursuivi sans vouloir "polémiquer", "ni verser dans la querelle partisane".

Alain Joyandet n'a pas consacré son intervention initiale à cette problématique, mais au fonctionnement de l'assemblée régionale. Le secrétaire d'Etat a mis en cause l'organisation de la Région en regrettant à la fois l'absence de représentants de l'opposition à la tête des commissions, tout en réclamant que la totalité des conseillers ne soit pas contrainte de participer à la commission permanente. "Personnellement, je ne souhaite pas en faire partie, j'y suis contre mon gré", a-t-il souligné en suggérant que seulement 75% des conseillers régionaux en fasse partie, se basant sur une recommandation de la chambre régionale des comptes.

Visiblement peu rancunier à l'égard de la presse qui ne le ménage pas en ce moment, le secrétaire d'Etat a également prôné la présence des journalistes et du public aux réunions de la commission permanente, sinon "ça pose un problème démocratique". "Cette façon de faire, c'est le fait du prince, notamment quand on distribue des subventions. Notre assemblée est autocratique et sectaire", a poursuivi le maire de Vesoul dont la commune est nettement moins favorisée dans l'attribution de la participation régionale au financement de son projet de réaménagement urbain ANRU qui est de 1,17% du montant total, alors que Héricourt bénéficie d'une contribution à hauteur de 37,02%.

Avant de se retirer sur la pointe des pieds une heure et demi à peine après le début de la session, Alain Joyandet, pourtant chef de file de l'UMP, a invité Marie-Guite Dufay à "rectifié le tir". "Il y a un temps pour les campagnes électorales et un temps pour travailler ensemble", a conclu le secrétaire d'Etat qui a brillé par son absence le reste de la journée. Si le secrétaire d'Etat était resté, il aurait pu "travailler ensemble" sur le compte administratif, le rapport d'activité, la situation de l'emploi et le TGV. Du même coup, il a aussi échappé à l'explication de la présidente sur le réglement intérieur qui prévoit désormais la possibilité de réduire l'indemnité mensuelle des conseillers régionaux (1872,17 €) qui ne font pas preuve d'assiduité... Le cumul des mandats ne sera pas considéré comme une excuse valable, a précisé la présidente à la suite d'une question de la députée UMP de Besançon, Françoise Branget.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Agriculteur : ”Le toilettage normatif ne signifie pas l’abandon de toute ambition en matière environnementale” selon le sénateur Rietmann

À l’occasion d’un débat sur l’avenir du modèle agricole français le 13 février 2024, Olivier Rietmann, sénateur LR de la Haute-Saône, a défendu une revendication nouvelle exprimée par les agriculteurs lors du récent mouvement de protestation : l’impératif de simplification administrative.

Magazine municipal de Besançon : une “propagande politique” selon L. Croizier et L. Fagaut

Suite à la parution de l’édition février/mars 2024 du magazine municipal Besançon votre ville, les élus du groupe Ensemble bisontins (Renaissance-Modem-Horizon) et du groupe LR Besançon maintenant ont exprimé leur stupéfaction, mercredi 14 février 2024, en dénonçant “le détournement du magazine de la ville à des fins de propagande politique”. Le dossier porte, ce mois-ci, sur le positionnement de la maire de Besançon, Anne Vignot, au sujet de la loi immigration. Une entrevue qui n’a pas laissé les groupe d’élus sans voix.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Élections européennes : plusieurs partis politiques se réunissent pour sensibiliser les jeunes à Besançon

Les élection européennes sont délaissées par bon nombre de citoyennes et de citoyens en France et à travers l’union. C’est pourquoi sept partis de gauche se réuniront pour sensibiliser les jeunes électeurs à ce temps démocratique jeudi 15 février 2024 à la faculté des lettres, rue Mégevand à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.82
couvert
le 25/02 à 12h00
Vent
4.29 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
57 %