Covid-19 : les mesures sanitaires devraient être assouplies dans les écoles

Publié le 21/09/2020 - 11:40
Mis à jour le 21/09/2020 - 11:09

Tandis que les départements français sont de plus en plus nombreux à devenir des "zones rouges", le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le 17 septembre dernier que les mesures sanitaires dans les écoles seraient assouplies. Pourquoi ?

ecole besancon deconfinement-024
© D Poirier

Le ministre a déclaré que "les enfants, en primaire, en maternelle, en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d’eux". Et d’insister : "Les enfants jeunes sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus."

Citant un nouvel avis du Haut Conseil pour la santé publique, le ministre de la Santé a tranché le débat sur la contagiosité sur des enfants qui divise toujours la communauté scientifique.

Plusieurs études ont montré que les jeunes enfants semblaient peu transmettre la maladie, peut-être car ils ont moins de symptômes. Toutefois, une récente étude américaine tend vers la conclusion inverse.

Malgré l’absence de consensus, l’avis du Haut Conseil pour la santé publique lui permet d’ouvrir la porte à un assouplissement des mesures dans les crèches, les écoles maternelles et primaires, dans les prochains jours et ce malgré l’accélération de la circulation du coronavirus dans le pays.

Changement de doctrine dans les écoles. Olivier Véran annonçait lors d’une conférence de presse, jeudi 17 septembre, que « les enfants, en primaire, en maternelle, en crèche, sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d’eux ». Et d’insister : « Les enfants jeunes sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus ».

Citant un nouvel avis du Haut Conseil pour la santé publique, le ministre de la Santé a tranché le débat sur la contagiosité sur des enfants qui divise toujours la communauté scientifique.

Plusieurs études ont montré que les jeunes enfants semblaient peu transmettre la maladie, peut-être car ils ont moins de symptômes. Toutefois, une récente étude américaine tend vers la conclusion inverse.

Malgré l’absence de consensus, l’avis du Haut Conseil pour la santé publique lui permet d’ouvrir la porte à un assouplissement des mesures dans les crèches, les écoles maternelles et primaires, dans les prochains jours et ce malgré l’accélération de la circulation du coronavirus dans le pays.

Les enfants positifs isolés, pas leurs classes

Ces nouvelles données ont poussé le ministère de la Santé a décidé que lorsqu’un enfant serait testé positif, il serait mis à l’isolement chez lui pendant sept jours mais les autres élèves de sa classe, jusqu’alors considérés comme cas contact, "pourront normalement continuer à se rendre à l’école".

Les enseignants de maternelle ou d’élémentaire portant un masque qui ont côtoyé un élève non masqué positif au Covid-19 ne seront plus non plus considérés comme un cas contact ni renvoyé chez eux juge le Haut conseil pour la santé publique (HCSP). Des décisions qui devraient faire baisser le nombre de classes et d’établissements qui ferment après un cas positif au Covid-19.

Selon les derniers chiffres officiels, 81 établissements scolaires et un peu plus de 2 100 classes sont actuellement fermés en France en raison de cas de Covid-19.

Le ministre de l’Éducation devrait revenir sur cet assouplissement "dans les prochains jours" selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Confinement et ouverture des écoles : « C’est un défi nouveau qui va singulariser la situation des établissements scolaires » (Recteur de la région)

Le recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté et de l'académie de Besançon Jean-François Chanet, a tenu une conférence de presse ce vendredi 30 octobre 2020 accompagné du préfet de Bourgogne Franche-Comté et du directeur régional de l'ARS pour donner quelques précisions concernant l'ouverture des établissements scolaires pendant le confinement à partir de lundi 2 novembre.

Confinement et rentrée scolaire : « Nous sommes dans le flou total »

Dans un communiqué de ce jeudi 29 octobre, le syndicat Snuipp-FSU du Doubs réagit suite à l'annonce d'un nouveau confinement à partir de ce soir minuit tout en gardant les établissements scolaires ouverts. Même s'il est nécessaire que les élèves se rendent en classe, le syndicat demande à ce que "le maintien de l’ouverture des écoles soit accompagné d’un protocole réellement adapté à la situation sanitaire actuelle et des moyens nécessaires à sa mise en oeuvre".

La Présidente de Région « pour » l’ouverture des écoles mais inquiète pour l’avenir des entreprises…

Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté a souhaité réagir  face aux mesures prises par le gouvernement ce mercredi 29 octobre 2020. Si elle salue la décision de maintenir ouvertes les écoles, elle s'inquiète toutefois de l'avenir des TPE...

Prévention des violences et sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires : appel à projets

Dans le cadre du plan de lutte contre les violences faites aux enfants, lancé en novembre 2019 par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, les ministères des Solidarités et de la Santé et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports lancent un appel à projet portant sur la prévention des violences et la sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires. La date limite d’envoi des projets est fixée au 15 janvier 2021.

Hommage à Samuel Paty au lycée Pergaud de Besancon : « Assassiner un professeur touche le coeur même de notre république, notre démocratie, notre laïcité… »

Enseignants, personnels, élèves, parents. Plus de 250 personnes de l'ensemble de la communauté éducative se sont réunies ce mercredi 21 octobre 2020 dans la cour du lycée Pergaud à Besançon pour rendre hommage au professeur d'histoire-géographie tué vendredi dernier près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine.

Enseignant décapité à Conflans : « Nous avons décidé qu’il fallait faire système autour de l’école » (A. Vignot)

Anne Vignot, la maire de Besançon, accompagné de Abdel Ghezali, 1er adjoint, ont souhaité faire part de leur tristesse ce 19 octobre 2020 suite à l'assassinat de Samuel Paty, enseignant à Conflans. Ils ont notamment évoqué plusieurs dispositifs sur lesquels ils travaillent comme des "assises de l'histoire des religions"...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.65
couvert
le 31/10 à 9h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
88 %

Sondage