Covid long :  "500 000 Français souffrent de symptômes persistants"

Publié le 17/11/2021 - 07:18
Mis à jour le 17/11/2021 - 07:18

Le député UDI du Territoire de Belfort Michel Zumkeller a mis à l’ordre du jour avec ses collèges à l’Assemblée nationale une proposition de loi visant à créer une plateforme de suivi pour mieux prendre en charge les personnes souffrant de Covid.

Après son passage en commission des Affaires sociales mercredi, le texte sera au menu en séance publique le 26 novembre, dans le cadre d’une niche prévue par son groupe. "Ce ne sont pas des malades imaginaires" et "ces patients souffrent réellement dans leurs corps", est-il expliqué en préambule de la proposition de loi, qui avait été déposée dès octobre 2020 et cosignée par des députés de divers groupes.

Le Covid long se caractérise par la persistance de symptômes chez un patient atteint des mois plus tôt par la covid-19, y compris par des formes légères. Une récente étude suggérant des ressorts avant tout psychologiques a fait polémique. "Des gens ne peuvent plus travailler, ni s’occuper de leurs enfants… Ils souffrent aussi de cette non-reconnaissance", a plaidé Michel Zumkeller, député de la 2e circonscription du Territoire de Belfort, lors d’un point presse à Paris. Il a recueilli sur son site loicovidlong.fr quelque 2 000 témoignages en quelques jours.

"Fatigue, essoufflement, douleurs thoraciques, difficultés de concentration et de mémoire, douleurs, vertiges, insomnies", quelque "500 000 Français souffrent de symptômes persistants du Covid", y affirme Michel Zumkeller, qui juge que "la prise en charge actuelle n’est pas suffisante et n’est pas coordonnée". Les agences régionales de santé ont mis en place des cellules de coordination post-covid. Le premier interlocuteur reste le médecin généraliste.

Michel Zumkeller souhaiterait le développement de centres covid long, à l’instar de ce qui existe en Grande-Bretagne et en Catalogne.

Il en appelle également à ce que "les analyses et les soins liés à la Covid persistante (soient) pris en charge à 100 % par l’assurance maladie et les complémentaires de santé". "Mettons cette première pierre. L’attente est énorme", a-t-il appuyé au côté du Dr Ludovic Toro, médecin et maire UDI de Coubron (Seine-Saint-Denis).

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.95
légère pluie
le 01/03 à 6h00
Vent
4.07 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
93 %