Crèches : du personnel non diplômé bientôt recruté

Publié le 10/08/2022 - 16:21
Mis à jour le 10/08/2022 - 16:21

En proie à d'importantes pénuries de personnel, les crèches pourront bientôt recruter plus facilement des salariés non diplômés et les former en interne : un assouplissement assumé par le gouvernement et approuvé par les employeurs, mais qui inquiète une partie des professionnels. 

Un récent arrêté ministériel, applicable le 31 août, officialise et harmonise les dérogations accordées "à titre exceptionnel" aux établissements pour le niveau de qualification exigé des adultes qui prennent en charge les moins de 3 ans.

Ces dérogations seront applicables dans un "contexte local de pénurie", précise le texte. L'employeur, s'il peut prouver qu'il a vainement cherché un salarié qualifié pendant au moins trois semaines, pourra embaucher un candidat non qualifié : il devra seulement prendre en compte son expérience, "notamment auprès d'enfants", voire tout simplement sa "motivation".

Les syndicats s'inquiètent de la baisse du niveau de service

Il ne s'agit pourtant pas de laisser croire que les métiers de la petite enfance ne requièrent aucune "compétence spécifique", assure à l'AFP le ministère des Solidarités, qui gère ce dossier. Mais, pour le Syndicat national des professionnels de la petite enfance (SNPPE), le risque est bien de "brader" les qualifications des salariés déjà en place et de voir des mesures exceptionnelles "devenir ensuite permanentes".

"L'État se contente d'organiser la pénurie", soupire Cyrille Godfroid, secrétaire général de ce syndicat. "Certains gestionnaires vont utiliser cet arrêté pour maintenir les crèches ouvertes coûte que coûte. Mais pour quel niveau de service ensuite ?" interroge-t-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Gabriel Attal appelle la Nation à se mobiliser contre la violence des jeunes

+ Nouvelles mesures • "Mobilisation générale" et "sursaut d'autorité", Gabriel Attal a promis une réponse rapide de son gouvernement, avant l'été, à l'"addiction à la violence" d'une partie de la jeunesse, lors d'un déplacement jeudi 18 avril 2024 dans la ville de Viry-Châtillon (Essonne) pour son centième jour à Matignon.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Une quarantaine d’élèves du lycée Pergaud en voyage à Espagne…

Quarante-neuf élèves du lycée Pergaud de Besançon ont participé à un voyage culturel et linguistique à Valencia en Espagne du 7 au 12 avril 2024. Les élèves émanant de la section européenne espagnol et des classes technologiques ST2S, ont été accompagnés par leurs professeures Mesdames Mougenot, Lallemand, Jeanningros et Ferreira-Lopes.

Une vingtaine d’écoles bisontines reçoivent un arbre jumeau de la place de la Révolution

Dans le cadre de la végétalisation de la place de la Révolution, la Ville de Besançon a organisé jeudi 11 avril 2024 une cérémonie avec 476 enfants issus de 21 écoles bisontines. Un arbre, ayant son jumeau place de la Révolution, est ainsi remis à chaque école. Ils seront plantés à l’automne prochain.

Partiel blanc pour les premières années de médecine...

Comme chaque année, le Tutorat Santé Besançon organise un examen classant blanc le 4 mai pour les Pass (Parcours accès santé spécifique) et l’après-midi du 3 mai pour les Las (Licence à accès santé). Cet évènement, plus communément appelé “partiel blanc”, totalement gratuit et accessible à tous, se déroulera dans les locaux de la faculté de médecine.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.77
couvert
le 21/04 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %