Darmanin veut revoir la répartition entre police et gendarmerie

Publié le 16/11/2020 - 17:15
Mis à jour le 16/11/2020 - 16:52

En écartant toute fusion entre police et gendarmerie, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin souhaite une nouvelle répartition territoriale entre la police et la gendarmerie, dans un entretien au Parisien publié ce samedi 14 novembre dans la soirée, où il dévoile quelques axes du livre blanc de la sécurité intérieure censé repenser l’organisation de ce secteur régalien.
 

© Hélène Loget ©
© Hélène Loget ©

"Il est hors de question de toucher à notre modèle, qui voit agir deux forces complémentaires. Mais il y a une mauvaise répartition entre police et gendarmerie sur le plan national", assène le ministre.

De manière simplifiée, la gendarmerie opère en zone rurale et la police dans les villes. "Mais depuis, les agglomérations se sont étendues", poursuit Darmanin à titre d’exemple, si bien que "dans l’agglomération de Toulouse, il y a quatre villes sous l’autorité de la police, et tout le reste de la zone, très urbanisée, sous le contrôle de la gendarmerie".

"Il faut sans tabou aller vers une organisation plus efficace", ajoute-t-il, en évoquant la notion de "bassin de délinquance comme ceux autour des transports en commun ou des axes autoroutiers".

Pas de fusion des deux forces

Le ministre plaide en outre pour une coopération accrue entre la gendarmerie et la police dans "le maintien de l’ordre", "la police technique et scientifique (PTS) ou le Cyber". Il écarte en tous cas une fusion des deux forces qui serait, selon lui, "une funeste erreur".

Concernant la police, le ministre annonce la création d’une "direction départementale unique dans chaque département" qui aura sous ses ordres "la sécurité publique, la police aux frontières et la police judiciaire".

Cette nouvelle organisation sera mise en place "dès le début de l’année prochaine dans trois départements métropolitains: le Pas-de-Calais, la Savoie et les Pyrénées-Orientales", explique Darmanin, en soulignant que "deux de ces trois départements ‘frontière’ connaissent des difficultés liées à l’immigration".

"L’expérience durera un an avant que le système soit généralisé s’il est concluant", précise-t-il.

Enfin, le ministre prône "une modernisation plus forte dans certains domaines comme celui de l’investigation". "Aujourd’hui, il y a 3.000 officiers de police judiciaire (OPJ) qui ne font plus un travail d’enquête, alors que paradoxalement nous en manquons. C’est un système un peu fou. Il faut rendre son attractivité au vrai boulot de flic, celui de l’enquête".

Le livre blanc de la sécurité, initié par le le prédécesseur de Darmanin place Beauvau, Christophe Castaner, et son secrétaire d’État Laurent Nunez, a demandé un an de travail et de discussions entre le gouvernement, les grands corps de la police et de la gendarmerie et les organisations syndicales.

Le document devrait être publié ces tout prochains jours.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Des familles de l’Adapei du Doubs demandent l’exclusion de la secrétaire de l’association, Floriane Jeandenand-Guinchard

C'est à travers un courrier adressé à la présidente de l'Adapei (Association départementale de parents et d'amis des personnes handicapées mentales), Nicole Gauthier, que les familles ont alerté sur la candidature de la secrétaire Floriane Jeandenand-Guinchard pour le rassemblement national aux prochaines législatives.

Législatives : le vice-président de GBM Gabriel Baulieu soutient Laurent Croizier

Le maire de la commune de Serre-les-Sapins et vice-président de Grand Besançon Métropole en charge des finances a publié un communiqué le 18 juin dernier dans lequel il annonce publiquement soutenir la candidature de Laurent Croizier, député sortant de la 1ere circonscription du Doubs. Dans celui-ci, il explique les raisons d’une telle "première". 

Le Rassemblement national, un programme “au service des plus riches” ?

À dix jours du premier tour des élections législatives, l’intersyndicale a souhaité tenir une conférence de presse jeudi 20 juin 2024 à Besançon afin d’apporter son point de vue sur la situation. Elle a notamment voulu rappeler les mesures contre lesquelles l’extrême droite s’est opposée…

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Amiante à l'école : "pas de danger pour les enfants" affirme la Ville

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.23
légère pluie
le 22/06 à 21h00
Vent
1.87 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
93 %