Déchets: le Grand Besançon met des puces dans ses poubelles

Publié le 02/02/2010 - 14:47
Mis à jour le 02/02/2010 - 14:47

Ce n’est pas nouveau, mais c’est la première fois en France que ce système est installé à une si grande échelle.

 ©
©
L’agglomération de Besançon compte quelque 180 000 habitants répartis dans 59 communes. Le système à puce, qui pèsera les déchets ramassés chez chaque particulier et qui instaurera « une redevance incitative » va être effectif le 1er janvier 2012. Finie donc la taxe forfaitaire payée en même temps que les impôts locaux.
 
La mise en place du dispositif coûtera 2,3 M€ dont 1,5M€ pris en charge par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). En attendant 2012, les services du Grand Besançon doivent équiper tous les bacs d’une puce qui identifiera son propriétaire. Plus de 11 000 poubelles doivent être équipées dans la périphérie bisontine avant la fin juin de cette année et environ 18 000 autres seront concernées en 2011 à Besançon même.
 
Chaque bac est retourné pour permettre aux employés du Grand Besançon d’insérer la puce dans une alvéole qui se trouve sous le rebord du bac. Une puce à laquelle correspond un code barre qui sera également apposé sur la poubelle. C’est une opération de grande envergure, intitulée « Un bac à puce pour tous », que vient d’engager l’agglomération bisontine. Elle est d’autant plus compliquée que, jusque là, la collecte des ordures ménagères ne se fait pas de la même manière dans les communes concernées.

« Il y a un énorme travail d’uniformisation à faire et nous voulons que tous les habitants du Grand Besançon bénéficient de la même prestation par souci d’équité et de solidarité », estime Jean-Pierre Taillard, vice-président de la Communauté d’agglomération du Grand Besançon, chargé de la gestion des déchets.

 
Il doit également faire face aux nombreuses questions des utilisateurs dont la plupart tournent autour du coût du système lié au seul poids de la poubelle et autour du comportement du voisin dont on craint évidemment qu’il pourrait de débarrasser des ces déchets dans la poubelle des autres…
 
« Ce sont des craintes fondées. Dans la première phase, il y a toujours des gestes pas très citoyens, mais c’est quelque chose dont on se lasse. Il y a des solutions pour lever ces inquiétudes comme le bac à serrure avec un dispositif sur le camion qui libère la gâche, mais cela coûte 30 € par bac », explique Jean-Pierre Taillard qui précise que « tout n’est pas tranché » et que « les grands principes se mettent seulement en place ». Il y a aussi le risque que certains habitants peu scrupuleux de l’environnement en profitent pour se débarrasser de leurs déchets dans la nature.
 
Des expériences du même type menées ailleurs, notamment en Alsace, laissent à penser que ces phénomènes sont marginaux.
 
L’essentiel, explique-t-il, c’est que « tout ça va contribuer à mieux trier donc à réduire le tonnage d’incinération et à augmenter le tonnage de matières recyclables récupérées dans les bacs jaunes et qui, eux, ne seront pas équipés de pouce ». Grâce au système à puce, le Grand Besançon espère réduire les déchets voués à l’incinération de 30 à 35% dès la première année.
 
 
 
85 000 tonnes de déchets par an
 
L’agglomération du Grand Besançon est compétente en matière de collecte de déchets sur le territoire de ses 59 communes. 85 074 tonnes de déchets sont prises en charge par an, soit 485,3 kg/an/hab. contre 547 Kg/an/hab. en moyenne au niveau national.
 
Sur ce tonnage, 10 722 tonnes sont des déchets recyclables, 39 842 tonnes sont résiduelles, le verre s’élève à 5727 tonnes et les déchetteries accueillent 28 346 tonnes.
 
Le budget déchet du Grand Besançon s’élève tous les ans à 15 M€. L’élimination des déchets des ménages représente 66 € par habitant.
 
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.8
partiellement nuageux
le 29/02 à 15h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
72 %