Des cadenas d’amour sur le pont Battant de Besançon

Publié le 17/03/2014 - 16:33
Mis à jour le 18/03/2014 - 10:09

Les premiers sont apparus quelques jours seulement après l’ouverture du nouveau pont Battant. On dénombre aujourd’hui une centaine de cadenas sur le grillage de la balustrade. Cette mode du cadenas ne semble pas déranger la mairie de Besançon outre-mesure... 

for ever…

Les amoureux viennent y sceller leur amour, certains laissant même parfois un message sur le petit bout de métal. Simple affaire de mode ou véritable geste d’affection ? Les "cadenas d’amour" fleurissent un peu partout dans les grandes villes et dorénavant aussi dans les plus petites, comme à Besançon. 

Il faut dire que l’arrivée du nouveau pont Battant était l’occasion rêvée. D’autant qu’un grillage assez fin a été utilisé pour la balustrade. La plupart des Bisontins étant attachés à ce pont qui assure le lien entre le centre-ville et les quartiers populaires, ils trouvent peut-être là un moyen de le réinvestir après les travaux et sa démolition.

"J’ai le cadenas mais pas l’amoureux"

La municipalité ne semble pas s’y opposer. "Quand les gens s'approprient l'espace public, c'est plutôt réjouissant", reconnaît-on au cabinet du maire. Lors de l’apparition des premiers cadenas, la Ville s’était même félicitée sur sa page Facebook que Besançon ait « son pont des amoureux. » Et certains internautes de plaisanter autour de ça : « je file m’acheter un cadenas », ou encore « j’ai le cadenas mais pas l’amoureux ! »

La Ville précise toutefois qu’elle reste vigilante sur cette pratique, "de manière à en maîtriser les évolutions sur le poids de l'ouvrage." Il ne faudrait pas en effet que le grillage s’en retrouve entièrement recouvert, au point d’en venir à déborder sur le patrimoine…

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.28
partiellement nuageux
le 29/11 à 18h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
50 %

Sondage