Des détenus peignent une fresque à la maison d’arrêt de Besançon : ”Ça nous a permis de nous évader"

Publié le 05/07/2023 - 18:03
Mis à jour le 09/07/2023 - 08:31

Ce mercredi 5 juillet, en milieu de matinée, un évènement inhabituel s’est déroulé dans la cour de promenade du bâtiment D, dit des travailleurs, de la maison d’arrêt de Besançon. Une dizaine de personnes détenues et deux artistes bisontins ont présenté une fresque murale géante qu’ils ont créée en près de 10 jours. Découverte.

Ce projet artistique, initiée par Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la Culture, a pour objectif de recouvrir une partie du vaste mur encadrant la cour de promenade du bâtiment D de la maison d’arrêt pour égayer et adoucir le lieu, mais aussi pour limiter la réverbération du soleil. Un phénomène qui, jusqu’à présent, transformait les temps de promenade des personnes détenues en pause insupportable à cause de la chaleur. ”C’était un vrai four”, nous confirme Aurélie Tellier, responsable du bâtiment D, ”c’était donc le lieu idéal pour accueillir cette fresque”, la végétalisation étant ”impossible” au sein de l’établissement pour des questions de sécurité.

© Alexane Alfaro

10 jours, 12 participants, 200 m2 de peinture, un mur de 40 mètres

Après avoir travaillé l’organisation de ce projet pendant un an, les personnes détenues de la maison d’arrêt ont toutes reçu un document les invitant à s’inscrire à l’atelier. ”Sur les 430 personnes que compte la population carcérale, une soixantaine étaient volontaires et 12 ont été sélectionnées pour y participer”, nous précise Dan Nicolle, coordinateur culturel aux Services pénitentiaires d’insertion et de probation du Doubs et du Jura.

Les participants ont pu se mettre au travail avec deux artistes bisontins, Vincent Jacquin (Small Studio) et Félix Lafay (Mujo Atelier) pendant une dizaine de jours. Les premiers ateliers avaient pour but d’imaginer la fresque sur des feuilles de papier avant de la peindre sur un mur de 40 mètres de long sur 5 mètres de haut, "ce qui représente 200 m2 de peinture", ajoute Félix.

Vincent Jacquin, Félix Falay et Aline Chassagne. © Alexane Alfaro

Pour les deux artistes professionnels intervenants, cette expérience en milieu carcéral était une première. ”Nous avons été très touchés par l’investissement de tous, de l’administration comme de celui des personnes détenues”, raconte Félix Lafay. Organiser un tel projet dans un établissement aussi sécurisé n’est pas chose facile : entrer dans une maison d’arrêt ou y faire entrer du matériel, ”tout est compliqué, c’est une montagne à organiser et pour y arriver, il faut beaucoup de motivation de la part de l’administration et de son personnel”, souligne l’artiste, ”s’il n’y a pas de motivation, il ne se passe rien”. Pour Vincent Jacquin, cette expérience a été riche en ”belles rencontres”. Il nous explique que ”tous les aprioris que l’on pouvait avoir avant de venir ont disparu, c’est un projet qui va nous marquer.”

"Ceux qui sont les plus forts en détention sont ceux qui arrivent à ne pas penser à dehors." - Romain

Du côté des participants, Umut, conducteur de travaux en dehors de la maison d'arrêt, nous explique que "c'était une première pour moi de travailler avec de la peinture, j'appréhendais un peu, mais tout s'est bien déroulé (...) Ça nous a permis de nous évader psychologiquement."

Pour Romain, plaquiste-peintre de métier, participer à cet atelier était une évidence : "je me suis dit que c'était quelque chose que je devais faire, voir si j'ai un côté créatif, et puis c'est du temps pendant lequel on fait quelque chose. (...) Je n'ai jamais fait un atelier comme ça, et du coup, quand on fait quelque chose, on oublie, on ne pense pas à la prison et souvent, ceux qui sont les plus forts en détention sont ceux qui arrivent à ne pas penser à dehors."

© Alexane Alfaro

Un vernissage comme ”dehors”

Pour marquer cette inauguration, le personnel de la maison d’arrêt a fait les choses en grand pour mettre en valeur le travail et l’investissement des participants. Au-delà du fait d’avoir invité une élue de la Ville de Besançon, Valérie Groscolas, adjointe au directeur du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du Doubs, des personnels de l’établissement ou encore la presse, un grand buffet coloré sucré/salé était proposé, confectionné par plusieurs personnes détenues actuellement en formation ”cuisine” au sein de l’établissement.

© Alexane Alfaro

Vers un budget spécial pour la maison d’arrêt

C’est une volonté affirmée par Aline Chassagne lors de ce vernissage. Dans le cadre d’un vaste appel à candidatures qui devrait être lancé fin 2023-début 2024, la Ville de Besançon souhaite développer davantage de projets culturels au sein de la maison d’arrêt de Besançon. Musique, lecture, philosophie, théâtre, arts visuels, etc. Toutes les associations et structures ayant des idées seront invitées à déposer leur candidature. ”L’idée n’est pas de mettre en place des projets de temps en temps, mais de les inscrire dans la durée, 2 à 3 ans, avec un vrai budget alloué à la maison d’arrêt”, nous explique l’adjointe.

Infos +

Le budget de ce projet s'élève à 11.000€, financé par la Ville de Besançon, la Direction régionale des affaires culturelles, la Direction interrégionale des services pénitentiaires la maison d’arrêt de Besançon et le Service pénitentiaire d’insertion et de probation du Doubs.

Vincent Jacquin et Félix Lafay travaillent actuellement sur un projet artistique mené au sein du bâtiment destiné aux personnes détenues mineures de la maison d’arrêt de Besançon.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Soirées estivales à la Saline royale d’Arc-et-Senans

PUBLI-INFOS • Du 11 juillet au 10 août 2024, les jeudis, vendredis et samedis, la Saline royale d’Arc-et-Senans vous invite à deux grands voyages. L’un, vous fait découvrir l’histoire de la Saline grâce à 200 personnes costumées. L’autre, vous permet de suivre Vincent Munier, photographe animalier, des Vosges au Tibet.

Un financement participatif pour la sortie d’un livre sur les 40 ans du cirque plume…

Bernard Kudlak, auteur du livre et metteur en scène, directeur artistique du Cirque Plume, propose un ouvrage retraçant la vie du cirque plume à travers 40 ans d’activités. Ce dernier est financé à hauteur de 10 % ce mois de juillet 2024 avec une somme récoltée de 8.216 euros. Il n’est pas trop tard pour participer…

Le No Logo festival peaufine les derniers préparatifs

Le No Logo Festival revient les 9, 10 et 11 août 2024 aux Forges de Fraisans. Pour cette nouvelle édition placée sous le signe des shows exclusifs et des cartes blanches avec plus de 50% d’artistes qui ne sont jamais venus au festival, les organisateurs ont dévoilé une surprise en clôture de la Dub Factory : L’Entourloop en Soundsystem Exclusive Show. 

Cinéma en plein air à la Citadelle de Besançon chaque jeudi soir du 18 juillet au 29 août

PUBLI-INFO • Cet été, le bel écrin de nature qu’est le Parc Saint-Étienne ne vous offrira pas seulement la vue sur la ville de Besançon. En effet, sa toile estivale s’y installera de nouveau en 2024. Petits et grands, à cette occasion, pourront retrouver chaque semaine des films populaires et intemporels.

Derniers jours pour voter pour que la Saline royale devienne "Le Monument préféré des Français 2024"

Opposée à La Grande Forge de Buffon (Côte d’Or) lors du premier tour, la Saline Royale d’Arc-et-Senans a finalement été sélectionnée comme représentant de Bourgogne-Franche-Comté pour le deuxième tour de l’émission de Stéphane Bern, le Monument préféré des Français. 

En images – Les 140 ans de l’Observatoire de Besançon

VIDÉO • Construit en 1884, l’Observatoire des sciences de l’univers de Besançon a fêté mercredi 10 juillet son 140e anniversaire en présence notamment de Anne Vignot, maire de Besançon, Macha Woronoff, présidente de l’université de Franche-Comté, et Philippe Rousselot, directeur de l’observatoire.

Un bus cabriolet pour découvrir Besançon autrement

Les Vedettes de Besançon passent cette fois à la terre ferme. Déjà connues pour leurs croisières sur le Doubs, elles proposent désormais de visiter la cité comtoise en montant à bord d'un bus cabriolet lors d’un circuit de 45 minutes. Premier départ prévu, le samedi 13 juillet 2024. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.02
couvert
le 23/07 à 03h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
100 %