Des voeux sans cotillons pour Emmanuel Macron

Publié le 31/12/2020 - 19:58
Mis à jour le 31/12/2020 - 14:43

Une allocution sans cotillons. Emmanuel Macron présente ses voeux aux Français ce jeudi 31 décembre 2020 à 20h00 au terme d’une année particulièrement éprouvante, marquée par une épidémie qui ne faiblit pas et continuera à bousculer l’agenda présidentiel en 2021.

Le président de la République aura "un message de vérité, de transparence sur une année extrêmement difficile pour le pays", souligne le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Après une année 2020 jugée négative par 82 % des Français (+35 points), selon un sondage Harris-Interactive, le chef de l'État devrait "donner des perspectives sur la suite" avec "l'arrivée du vaccin" et "notre économie qui doit repartir", ainsi qu'un "message d'unité", précise-t-il.

2021 sera une année de "résultats", "d'actions concrètes" et de "poursuite de l'agenda des réformes", promet l'Elysée.

"Ce que nos concitoyens attendent de nous pour l'année 2021, c'est d'en faire une année utile de combat, de relance et d'ambition", avait lancé Emmanuel Macron, lui-même atteint du Covid-19, au dernier Conseil des ministres le 21 décembre.

Le président veut reprendre la main après une année 2020 balayée par une "pandémie historique, les crises internationales, le terrorisme, les divisions de la société et une crise économique et sociale sans précédent", selon ses propres termes.

Et qui s'est terminée par le décès au Mali lundi de trois militaires français, auxquels le Premier ministre Jean Castex rendra hommage depuis le Tchad, juste après les voeux télévisés du chef de l'État à l'Elysée.

"Incontrôlée"

La crise sanitaire reste la priorité du président, dont ce sera, jeudi à l'heure du couvre-feu, la neuvième allocution télévisée, pas moins, cette année. Des adresses qui, à chaque fois, ont battu des records d'audience.

Après avoir endossé l'uniforme de chef de guerre pour la première vague du virus, Emmanuel Macron a enfilé le costume de président protecteur face à la deuxième vague, appelant à "l'unité".

Mais ceux qui espèrent la levée des restrictions anti-Covid en 2021 en seront pour leurs frais: "il semble assez peu probable qu'on puisse alléger un grand nombre de contraintes", selon M. Attal, sceptique que les lieux culturels puissent rouvrir le 7 janvier.

En outre, le couvre-feu, suspendu le 24 décembre mais en vigueur pour le réveillon, devrait être avancé à 18h00 dans les régions les plus touchées à partir du 2 janvier. Une mesure que les élus des territoires concernés jugent même trop légère.

Le niveau des contaminations se situe sur un "plateau assez haut" de 15.000 contaminations par jour en moyenne, selon M. Attal, loin de l'objectif de 5.000. 24.560 malades du Covid sont hospitalisés, dont 2.652 en réanimation.

Après les brassages de population des vacances de Noël, une "reprise incontrôlée de l'épidémie" en janvier est "probable", avertit le Conseil scientifique qui guide le gouvernement.

Pour marquer cette année sans pareille, la promotion de la Légion d'honneur du 1er janvier rendra hommage aux personnes, connues ou anonymes, mobilisées contre le Covid-19.

"Reconstruction"

Pour voir le bout du tunnel d'un virus qui aura tué en 2020 plus de 60.000 personnes en France, l'exécutif mise sur le déploiement de la campagne vaccinale, dont des soignants et responsables politiques de tous bords critiquent la lenteur.

Une stratégie "assumée" par le ministre de la Santé Olivier Véran, qui veut prendre le temps de la "pédagogie" dans un pays où la défiance envers les vaccins est forte.

Alors que l'incertitude demeure sur la réouverture des restaurants et bars le 20 janvier, Emmanuel Macron devrait également insister sur la "reconstruction économique" du pays, grâce à un État dépensier comme jamais.

Il pourrait aussi évoquer les autres dossiers de son quinquennat éclipsés par la crise, comme la réforme des retraites, qui reviendra sur la table "dès que la lisibilité sanitaire sera meilleure", selon un conseiller de l'exécutif.

Le 2 octobre, le chef de l'Etat s'est attaqué au régalien, en présentant sa stratégie pour lutter contre l'islam radical, avant le retour des attentats, qui l'ont conduit à durcir son discours sécuritaire.

Se projetant vers la présidentielle de 2022, Emmanuel Macron, dont la cote de confiance reste stable à 49 % d'opinions favorables selon un récent sondage Harris Interactive, avance un nouveau slogan: "Nous, Français", qu'il présente comme "un principe d'action".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.77
couvert
le 21/04 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %