Deux ex-colistiers FN condamnés en appel pour abus de faiblesse : la réaction du Front National

Publié le 07/09/2016 - 08:10
Mis à jour le 07/09/2016 - 10:51

Deux anciens colistiers FN aux municipales à Montbéliard (Doubs) en 2014 ont été condamnés mardi à une peine d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour avoir abusé de la vulnérabilité d'une dame de 90 ans, dont ils avaient obtenu la candidature sur la liste frontiste.

regionales_genredufay_004.jpg
© archives
PUBLICITÉ
  • Robert Sennerich, ancien conseiller régional FN âgé de 66 ans, et Catherine  Piotrowski, 65 ans, ont respectivement été condamnés à 5.000 et 2.000 euros  d’amende par la cour d’appel de Besançon qui a confirmé la décision de  première instance du tribunal correctionnel de Montbéliard. Les juges ont également condamné les deux anciens colistiers FN à une peine complémentaire de cinq ans d’inéligibilité.

Les mis en cause sont deux anciens colistiers de Sophie Montel, candidate FN à la mairie de Montbéliard en 2014, candidate à la législative partielle du Doubs en février 2015 et élue eurodéputée aux dernières élections européennes. « Je connais Robert Sennerich depuis toujours et je continue à le croire, je ne le vois pas allant commettre cette erreur de surprendre un consentement à cette dame. Il dit qu’il connaît cette dame depuis très longtemps, je crois que c’est vrai, c’est pas la première fois qu’elle était candidate », a réagi le trésorier et ancien avocat du FN, Wallerand de Saint-Just. « Il y a eu plusieurs occasions comme ça, plusieurs cas, notamment en Normandie, en Seine-Maritime, finalement ça a pas été vraiment avéré », a-t-il souligné.

 Plusieurs cas de ce type avaient été relayés par la presse pendant les municipales de 2014. Marine Le Pen avait à l’époque dénoncé un « scandale » ourdi par « l’UMP (ndlr: désormais les Républicains) dans certains endroits, le PS dans d’autres » via des « pressions » sur les colistiers pour les faire renoncer. La patronne du FN avait aussi promis qu’elle allait « porter plainte », tandis que M. de Saint-Just avait déclaré qu’il demanderait « l’annulation des élections » municipales à cause de ces supposées « fraudes électorales »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.19
couvert
le 20/10 à 12h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1006.05 hPa
Humidité
79 %

Sondage