Deux ex-colistiers FN condamnés en appel pour abus de faiblesse : la réaction du Front National

Publié le 07/09/2016 - 08:10
Mis à jour le 07/09/2016 - 10:51

Deux anciens colistiers FN aux municipales à Montbéliard (Doubs) en 2014 ont été condamnés mardi à une peine d'amende et cinq ans d'inéligibilité pour avoir abusé de la vulnérabilité d'une dame de 90 ans, dont ils avaient obtenu la candidature sur la liste frontiste.

regionales_genredufay_004.jpg
© archives
PUBLICITÉ
  • Robert Sennerich, ancien conseiller régional FN âgé de 66 ans, et Catherine  Piotrowski, 65 ans, ont respectivement été condamnés à 5.000 et 2.000 euros  d’amende par la cour d’appel de Besançon qui a confirmé la décision de  première instance du tribunal correctionnel de Montbéliard. Les juges ont également condamné les deux anciens colistiers FN à une peine complémentaire de cinq ans d’inéligibilité.

Les mis en cause sont deux anciens colistiers de Sophie Montel, candidate FN à la mairie de Montbéliard en 2014, candidate à la législative partielle du Doubs en février 2015 et élue eurodéputée aux dernières élections européennes. « Je connais Robert Sennerich depuis toujours et je continue à le croire, je ne le vois pas allant commettre cette erreur de surprendre un consentement à cette dame. Il dit qu’il connaît cette dame depuis très longtemps, je crois que c’est vrai, c’est pas la première fois qu’elle était candidate », a réagi le trésorier et ancien avocat du FN, Wallerand de Saint-Just. « Il y a eu plusieurs occasions comme ça, plusieurs cas, notamment en Normandie, en Seine-Maritime, finalement ça a pas été vraiment avéré », a-t-il souligné.

 Plusieurs cas de ce type avaient été relayés par la presse pendant les municipales de 2014. Marine Le Pen avait à l’époque dénoncé un « scandale » ourdi par « l’UMP (ndlr: désormais les Républicains) dans certains endroits, le PS dans d’autres » via des « pressions » sur les colistiers pour les faire renoncer. La patronne du FN avait aussi promis qu’elle allait « porter plainte », tandis que M. de Saint-Just avait déclaré qu’il demanderait « l’annulation des élections » municipales à cause de ces supposées « fraudes électorales »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.95
légère pluie
le 21/05 à 0h00
Vent
1.72 m/s
Pression
1013.75 hPa
Humidité
98 %

Sondage