Deux médecins du CHU de Besançon mis en examen pour euthanasie présumée

Publié le 11/10/2013 - 16:19
Mis à jour le 12/10/2013 - 11:06

Au terme d'une instruction ouverte en 2007, deux médecins ont été mis en examen en début de semaine dans une affaire d'euthanasie présumée au CHU de Besançon pour "empoisonnement de personnes en fin de vie" sur quatre patients. Un troisième médecin a été maintenu sous le statut de témoin assisté, selon le parquet de Besançon qui n'a pas donner plus de détails car d'autre expertises sont en cours...

2013-05-31_marisol_touraine_chu.jpg
Un accueil des patients est assuré par France AVC Sud 25, le 29 octobre de 10h à 16h dans le hall de l’hôpital Jean Minjoz, à Besançon©montage roman
PUBLICITÉ

D’après une source proche du dossier, les médecins ont contesté leur mise en cause pour empoisonnement, affirmant qu’ils s’étaient contentés d’assurer une thérapeutique de confort pour accompagner les derniers instants de ces patients en fin de vie.

Une information judiciaire pour « empoisonnement de personnes en fin de vie » avait été ouverte en juillet 2007 par le parquet de Besançon, sur demande de la Chancellerie, au terme de cinq ans d’enquête préliminaire sur des cas d’euthanasie présumés au CHU de Besançon.

Les investigations initiales, débutées en 2002 et confiées au SRPJ de Dijon, concernaient 18 cas suspects survenus dans le service de réanimation chirurgicale au CHU de Besançon entre 1998 et 2001, mais seulement quatre cas ont été retenus au terme de la procédure.

« Le nombre de cas retenus est limité, du fait du filtre opéré par les expertises médicales et par l’intervention des lois pénales successives« , a indiqué à Vincent Maubert, délégué Cfdt au CHU de Besançon. Le représentant du syndicat partie civile a été entendu vendredi par la juge d’instruction, « pour la première fois depuis 12 ans, dans cette affaire qui traîne depuis trop longtemps« . « Nous nous sommes portés partie civile pour soutenir les personnels non médicaux qui auraient pu être incriminés dans cette affaire pour avoir administré des produits aux patients sur ordre et qui ont été malmenés par les médecins, qui contestaient le rôle de contrôle de l’exécution de la prescription médicale« , a expliqué M. Maubert.

Infirmiers et aides-soignants du service de réanimation chirurgicale avaient révélé l’affaire au printemps 2002, accusant les médecins du service,  avec lesquels ils setrouvaient en conflit social ouvert, de « thérapies de fin de vie » qu’ils jugeaient « choquantes« .

« Dès que les personnels non médicaux se sont rendus compte de la porté de leurs actes, non conformes ni déontologie, ni au regard de la loi, ils ont réagi, certains ont refusé d’administrer les produits« , a souligné le délégué.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.04
couvert
le 22/10 à 6h00
Vent
0.71 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %

Sondage